Auteur : Ifao

Appel à articles : Religion et alimentation dans l’Égypte et l’Orient anciens — LIMITE : 30/10/2014

Religion et alimentation interagissent à plusieurs degrés, principalement parce que la norme, mise en forme à travers les rites, est au cœur de l’une et de l’autre ; dans cette optique, elles sont un moyen privilégié d’interroger les sociétés, de les comparer entre elles, et de souligner les spécificités de chacune.
L’anthropologie – en particulier les travaux de Claude Levi-Strauss (Mythologiques III, Les manières de table, Paris, 1962) et de Mary Douglas (Food in the Social Order. Studies of Food and Festivities in Three American Communities, New York, 1984) – a très tôt mis en lumière le lien profond qui unit pratiques alimentaires, culture et croyances. Les sociologues ne sont pas en reste : on pense en particulier à Pierre Bourdieu (La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, 1979), qui s’est attaché à démontrer que les modes alimentaires dépendent aussi de l’appartenance sociale.
Les rapports étroits qu’entretiennent religion et alimentation ont pourtant longtemps échappé à l’attention des chercheurs travaillant sur l’Égypte et l’Orient anciens, à l’exception notable des thèmes spécifiques du sacrifice et du tabou alimentaire.
Pourtant, beaucoup d’autres points de rencontre entre les deux domaines méritent d’être explorés. Ainsi, la religion impose à l’alimentation un cadre normatif ; il est possible de questionner ce cadre à travers la place occupée par le sacré dans la chaîne de la préparation alimentaire, du champ à la cuisine, de son influence sur les manières de table, et de la façon dont est distingué ce qui est pur/consommable, de ce qui est impur/impropre à la consommation.
Par ailleurs, dans la mesure où l’alimentation est un marqueur d’identité, s’intéresser à la nourriture dans le mythe permet de mieux appréhender ce qui sépare, ou ce qui rapproche, le monde des dieux de celui des hommes. Pivot de la pratique rituelle, puisque la nourriture est à la fois un don divin et le fruit du travail des hommes, l’offrande alimentaire permet de mieux comprendre la circulation entre ces deux mondes.
Très récemment, des travaux collectifs sont venus poser les bases de l’étude, pour l’aire orientale, et en ont démontré l’intérêt (en particulier L. Milano (éd.), Mangiare divinamente. Pratiche e simbologie alimentari nell’Antico oriente, Eothen 20, 2012). Nous souhaitons faire le lien entre ces travaux, ceux initiés dans les autres parties de l’Orient antique, et ainsi dépasser les habituels cloisonnements disciplinaires. Pour ce faire, l’Ifao entend publier un ouvrage collectif, Religion et alimentation en Égypte et Orient anciens, qui aura pour objectif de préciser la place de la nourriture dans les mythes et les pratiques rituelles, et de définir la nature et l’importance de la marque religieuse dans les pratiques alimentaires. Fondé sur une démarche comparatiste, il rassemblera aussi bien des études de cas que des travaux de synthèse, qui porteront sur l’Égypte, la Mésopotamie, l’Anatolie et le Levant, du IIIe millénaire à l’Antiquité tardive.
Les propositions de contribution s’insèreront dans la trame suivante, et une préférence sera accordée à celles correspondant à la première partie :

Introduction. Les habitudes alimentaires comme fondement de l’identité socio-religieuse
I. La place de la religion dans l’alimentation
I.1. La religion dans la préparation des aliments
I.1.a. La récolte des plantes, l’abattage des bêtes, les préparations pré-culinaires
I.1.b. La cuisine, acte et espace sacralisés
I.2. La religion dans la consommation des aliments : repas et manières de table
I.3. Les prescriptions
I.3.a. Interdits liés à des attitudes non conformes (notamment excessives)
I.3.b. Interdits liés à des catégories d’aliments
I.3.c. La pratique du jeûne
II. La place de l’alimentation dans la religion
II.1. Mythes et nourriture
II.2. La nourriture rituelle
II.2.a. Dans le temple et sur les autels : les aliments offerts au(x) dieu(x)
II.2.b. Dans l’espace domestique : les aliments offerts au(x) dieu(x) et aux ancêtres
II.2.c. Dans la tombe : les aliments offerts aux morts
II.3. La construction du sacré et la commensalité

Éditeur scientifique : Marie-Lys Arnette (Ifao, membre scientifique).
Les propositions (titre et résumé des articles, 250-300 mots) sont à soumettre avant le 30 octobre 2014 à l’adresse suivante : mlarnette@ifao.egnet.net. Les articles acceptés devront être rendus avant le 28 février 2015 à la même adresse, et suivre les normes éditoriales téléchargeables ici :
Recommandations français
English guidelines

Langues : français, anglais.

Call for papers: Food and Religion in Egypt and in the Ancient Near East

Food and religion interact in several ways, each holding a large share in the other. They offer in fact two excellent ways of questioning the societies in which they develop, insofar as the concept of norm is at the heart of each; in both cases the importance of norms is enacted through a number of codified behaviors and rites.
Anthropologists have been interested in food and religion for a fairly long time – as evidenced for instance by the work of Claude Levi-Strauss (Mythologiques III, Les manières de table, Paris, 1962) and of Mary Douglas (Food in the Social Order. Studies of Food and Festivities in Three American Communities, New York, 1984); they shed light on the deep bonds that exist between eating habits, cultural habits and beliefs. Sociologists are not to be left aside, most particularly Pierre Bourdieu (La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, 1979), who showed that eating habits are also dependent on social classes. However, the major importance of food in religion and religion in food is a field of investigation that has largely been ignored by researchers working on the Ancient Near East, with the notable exception of the specific themes of sacrifice and taboo. Many other links between food and religion would then need to be addressed. Thus, religion is a normative environment for eating habits; it is possible to tackle this environment through the role given to the sacred in the food supply chain – from the field to the kitchen –, its influence on table manners, and the way foods are considered pure/edible or impure/unfit for consumption. As long as food is a criterion for defining the identity of a group, studying food in myths allows addressing the question of the distance between divine identity and human nature. Food necessarily plays a paradoxical role in the field of rituals: indeed, if it is a gift from the gods, it is nonetheless at the same time the fruit of human labor. It is through food offerings that a link, mainly based on relations of interdependence, can be created between the human and the sacred.
Very recent collective works have allowed researchers to make significant progress in this area concerning Near Eastern cultures (L. Milano (ed.), Mangiare divinamente. Pratiche e simbologie alimentari nell’Antico oriente, Eothen 20, 2012). We would like to build bridges between this work and those initiated on other parts of the Oriental Antiquity and try to break down the tight partitions between our respective disciplines. Thus, the purpose of the book Food and Religion in Egypt and in the Ancient Near East that will be edited at the Ifao, is to determine the role of food in religion – myths and ritual practices – as well as to try and define how religion impose its mark on eating habits. Based on a comparative approach, it will bring together case studies and synthesis works, which will include Egypt, Mesopotamia, Anatolia and Levant, from the IIIrd millennium B.C. until late Antiquity. Although they relate to different cultural areas, they deal with common concerns and shared questions.
The proposals should revolve around those themes and those concerning the first part would be preferred:
Introduction. Food habits as a basis for socio-religious identity
I. Religion in food
I.1. Religion in food preparation
I.1.a. Harvest of plants, slaughter of animals, preparations before cooking
I.1.b. Cooking, a sacralized practice; the kitchen, a sanctified space
I.2. Religion in food consumption: meals and table manners
I.3. Religious dietary obligations and restrictions
I.3.a. Restrictions related with attitudes regarded as inconvenient (exaggerated)
I.3.b. Restrictions related with categories of food
I.3.c. Fasting
II. Food in religion
II.1. Food in myths
II. 2. Food in rituals
II.2.a. The temple and the altars: food for the god(s)
II.2.b. The domestic space: food for the god(s) and the ancestors
II.2.c. The tomb: food for the dead
II.3. Commensality: constructing the sacred
Scientific editor: Marie-Lys Arnette (Ifao, scientific member).
Proposals (title and abstract, 250-300 words) are to be submitted before the 30th of October 2014 to mlarnette@ifao.egnet.net. The articles should be submitted before the 28th of February 2015 to the same address, and should follow the editor’s guidelines:

English guidelines

Recommandations français

Langages: French, English.

Cet appel est aussi disponible en pdf – This call is also available in pdf : appel_MLA.pdf

Appel à chapitres : La littérature arabe dite « tardive » (XIIIe-XVIIIe siècle) : une production décadente ?, AUC/IFAO — LIMITE : 15/09/2013

Appel à contribution

La littérature arabe dite « tardive » (XIIIe-XVIIIe siècle) : une production décadente ?

La littérature arabe de la fin du Moyen Âge et des premiers siècles de l’époque moderne demeure un domaine presque inexploré. Cette situation est liée en grande partie à l’image négative et aux préjugés qui sont attachés à la littérature arabe postérieure au XIIe siècle, souvent considérée comme privée de tout intérêt. La tradition littéraire arabe est conservatrice et, selon les standards prémodernes, elle a été capable de préserver et transmettre une grande quantité d’informations, grâce aux moyens « technologiques » qu’elle possédait (papier, bibliothèques, etc.). Aux yeux de nombre de chercheurs, en particulier dans le monde arabe, après un âge d’or (IXe, Xe et XIe siècles) et un âge d’argent (XIIe siècle), la littérature en langue arabe, serait entrée dans une phase de décadence, en se limitant à produire des compilations et des exercices de style qui représentent des tentatives non-abouties et sans aucune originalité d’imiter la littérature de l’époque glorieuse. Cela est dû, en partie, au fait que la grande quantité de données préservées, qui ont été réutilisées maintes fois à obscurci l’innovation des auteurs tardifs, qui ont réorganisé, réinterprété et analysé l’ancien matériel.

Nous lançons donc un projet d’ouvrage, publié dans le cadre d’une coopération entre l’AUC et l’IFAO, qui contribue à remédier, au moins en partie, au manque d’intérêt et au déficit d’études qui affligent la littérature arabe, considérée comme « marginale » ou « décadente » à partir du XIIIe siècle.

Nous proposons d’aborder cette production littéraire par l’étude d’un ou plusieurs de ces ouvrages selon trois axes problématiques.

1 – La question de la compilation ou de l’innovation de ces œuvres

Il conviendra d’étudier les procédés par lesquels les auteurs « tardifs » ont innové tout en réutilisant du matériel ancien. Comme Katia Zakharia et Hilary Kilpatrick l’ont montré, le contexte dans lequel chaque ḫabar figure, ainsi que l’enchaînement des notices, sont chargés de sens. Dans les citations d’un même ḫabar, les variantes (omissions, rajouts, etc.), bien qu’elles puissent paraître insignifiantes, jouent également un rôle essentiel dans la production du « nouveau ».

2 – Les conditions sociales de la production

Quel type de littérature bénéficiait de l’aval des autorités politiques ? Quelles sont les raisons qui ont amené à la censure de certaines œuvres littéraires ? Jusqu’à quel point cette littérature était « indépendante » ?

3 – Les conditions sociales de la réception

Jusqu’au XIIe siècle, l’ adab ne s’adressait qu’à une élite de notables et de savants. Comme les études de Th. Bauer le démontrent, à une période plus tardive, on remarque un changement important un changement important. En effet, cette époque est caractérisée par une « démocratisation » progressive du savoir, qui coïncide avec le recul de l’influence exercée par les élites politiques sur la vie littéraire et religieuse.

Il est donc demandé que les auteurs fassent spécifiquement référence, dans leurs articles, aux différents éléments qui témoignent de l’innovation et de l’originalité de cette production « tardive » aussi bien qu’au contexte de production (conditions intellectuelles et sociales) et à la réception de ces œuvres.

Les études porteront sur des textes inconnus ou peu étudiés, qu’ils soient édités ou manuscrits. Des extraits d’œuvres pourront être cités, sachant que, dans ce livre-ci, il ne s’agit pas d’éditions, lesquelles seront proposées par ailleurs. En effet, parallèlement à cet ouvrage collectif, une nouvelle série de publications, consistant dans l’édition complète de textes inédits, verra le jour à l’IFAO.

Les propositions d’articles (titres et résumés d’environ 250 mots) sont à envoyer avant le à 15 septembre 2013 à l’adresse suivante :

baldatillier@gmail.com

Elles pourront s’accompagner d’une proposition d’édition de texte, pour la collection concernée.

La sélection des propositions sera faite par un comité scientifique qui pourra proposer des infléchissements à la problématique proposée. Les auteurs en seront informés avant le 15 novembre 2013 et les articles correspondants aux propositions retenues devront être envoyés avant le 30 juin 2014. La publication de l’ouvrage étant prévue pour l’hiver 2014-2015.

Les langues de la publication sont les suivantes : français, anglais, arabe.

Call for Papers

Litteratura Post Quem: Arabic Literature, 1200–1800, and the question of decadence

edited by Monica Balda-Tillier (IFAO) and Adam Talib (AUC)

Arabic literary production in the period between the Crusades and the beginning of the modern period has not been studied very closely at all. This is to a large extent the product of a prejudice against intellectual production in Arabic after the 11th century; the centuries that followed are generally regarded as devoid of material for scholarly interest. The Arabic literary tradition is a conservative one and, in line with pre-modern values, it dutifully preserved and transmitted a massive amount of information; it was able to do so partly thanks to its substantial technological advantages (e.g. paper, libraries, etc.). In the eyes of many scholars, Arab and non-Arab alike, after a purported golden age of literary production in the 9th, 10th, and 11th centuries, and a ‘silver’ age in the 12th, literature in Arabic entered a long period of decline. This phase, according to the “declinist” view, produced nothing but compilations and exercises in style, all devoid of originality and in imitation of the works produced during the golden age. This is due, in part, to the fact that the great quantity of preserved material, which was reproduced and repurposed, has obscured the innovative techniques and approaches of later authors, who rearranged, reinterpreted, and analyzed this older material.

To redress this lack of scholarly interest and attention in a period of Arabic literature that is seen as “marginal” or “decadent”, we are establishing a series of editions of new literary sources from the period edited by Monica Balda-Tillier (IFAO) and Adam Talib (AUC) to be based at the IFAO Press in Cairo.

We propose to deal with literary production in this period through three principal approaches.

1 – Compilation vs innovation

One such approach will examine the way in which these later authors pioneered innovative compositional methods in their reproduction of older literary material. As Katia Zakharia and Hilary Kilpatrick have already shown, the context of the khabar appearance and the sequence and linking of akhbār is meaningful. Variations such as omissions or additions in citing “older” akhbār play an essential role in producing innovation.

2 –Social conditions of production

The later period, on the other hand, is characterized by a gradual “democratization” of cultural production and consumption, as has been shown by Thomas Bauer and others, which coincides with the receding influence of political elites on literary and religious life. It is important to know what kind of literature benefited from the support of political authorities and whether the works in question were written within a system of political patronage or can be seen as “independent”.

3 – Social conditions of reception

It is also true that this period witnessed a seminal transformation in the composition of the audience for literature and the pattern of literary reception itself. With certain exceptions, Adab-literature up until the 12th century was addressed to an audience of political and scholarly elites. Contributors will be asked to engage specifically with issues regarding the audience of the works under study.

Contributions will ideally focus on the three previous points and submit contribution studying texts that are little known or have attracted minimal scholarly attention, whether they have been edited or remain in manuscript. Contributions may also include micro-editions of unedited texts accompanied by commentaries that explain why the text being presented is notable or innovative.

This collection of articles will be launched alongside a new series of editions of literary texts from the period that have never been edited before to be published by the IFAO.

Article proposals (consisting of titles and 250-word abstracts) should be sent by email before 15 September 2013 to baldatillier@gmail.com

A scientific committee will review the article proposals and inform authors of their acceptance by 15 November 2013. Final contributions will be due 30 June 2014 with planned publication in winter 2014-2015.

Articles may be submitted in French, English, or Arabic.