Auteur : Catherine Mayeur-Jaouen

Alexandre Papas, Mystiques et vagabonds en islam. Portraits de trois soufis qalandar, Paris, Cerf, 2010, 338 p.

On se souvient de la thèse d’Alexandre Papas, désormais un classique, consacrée aux rapports entre soufisme et politique dans la Naqshbandiyya des Khwājas qui fondèrent, aux xviie et xviiie siècles, une dynastie et un Empire en Asie centrale (Soufisme et politique entre Chine, Tibet et Turkestan, Paris, Jean Maisonneuve, 2005 – dont nous avions rendu compte dans la REMMM, n° 125). Ici, des disciples naqshbandīs, fidèles à Āfāq Khwāja et à ses descendants dont ils visitent d’ailleurs les tombeaux à Kashgar, choisissent pourtant une autre voie, celle de la Qalandariyya, à laquelle A. Papas consacre son étude. Y a-t-il opposition autrement que rhétorique entre ces deux voies ? C’est l’une des questions que pose le livre, consacré à trois qalandars qui sillonnèrent l’Asie centrale entre 1650 et 1750 : Mashrab (1640-1711), le plus provocant et choquant des trois, poète d’abord dans son Dīwān, Dīwān assez populaire pour être lithographié dès la fin du xixe siècle : Mashrab mourut finaleme…

Sluglett Peter et Stefan Weber (dir.), Syria and Bilad al-Sham under Ottoman Rule. Essays in honour of Abdul-Karim Rafeq, Leyde, Brill, 2010, 633 p.

Un an avant le printemps arabe de 2011 qui coïncida avec son quatre-vingtième annniversaire, le grand historien syrien Abdulkarim Rafeq s’était vu offrir en 2010 ce beau volume de Mélanges, fruit d’un colloque tenu en 2004 à Damas et à Beyrouth. La cohérence de l’œuvre de Rafeq (l’histoire du Bilād al-Shām ottoman à travers les archives dont il est un connaisseur hors pair) comme le caractère bilingue de sa formation (Collège américain à Alep, Université syrienne à Damas, un doctorat à la SOAS avec Peter Holt, édité en 1966), de sa carrière (professeur à l’Université syrienne de 1964 à 1990, puis une carrière américaine) et de ses publications (en anglais et en arabe) ont dicté les caractéristiques de ce volume : historiens syriens, libanais, jordanien, canadien, français, néerlandais, allemands, suisse, japonais et pour finir américains ont participé à l’entreprise. Cet échantillon scientifique mériterait déjà une étude : le plus âgé, l’historien Nicola Ziadeh qui fut l’un des prof…