Parution : Hélène Bidaut-Palma, Les vies de Lady Hester Stanhope, L’Harmattan, 2024

 

Les vies de Lady Hester Stanhope

Hélène Bidaut-Palma

 

 

 

 

 

Lady Hester Stanhope, nièce de William Pitt le Jeune, aimait rompre avec les conventions : désargentée, elle partit pour l’Orient en 1810. Là-bas, rassemblant autour d’elle un cercle de notables orientaux, dont le Druze Bachir Joumblatt, elle se façonna l’aura d’un « être à part », qui lui permit de se ménager, au Liban, une influence locale : consolation toute relative pour cette aristocrate déchue qui, se rêvant riche et influente, termina ses jours dans le dénuement de sa maison en ruines sur les hauteurs du mont Liban.
Cette étude propose de s’interroger sur le mythe qui entoure le nom de lady Hester Stanhope, et offre plusieurs pistes de réflexion pour cerner le personnage. Ce travail s’appuie sur la correspondance inédite de lady Hester Stanhope, en anglais, en français et en arabe.

Hélène Bidaut-Palma, agrégée d’anglais, maître de conférences en études anglophones, habilitée à diriger des recherches, est en poste à l’université d’Aix-Marseille (Aix-Marseille Université, AMU).

À retrouver sur le site de l’éditeur



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2024, 20 mars). Parution : Hélène Bidaut-Palma, Les vies de Lady Hester Stanhope, L’Harmattan, 2024. IISMM. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1x0

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search