Parution : Revue Les cahiers de MaCoTer n°3, « Les Sciences Sociales dans la crise », 2023


Résumé de l’Introduction générale de Gilles Holder :

Dans un pays en guerre, les restrictions d’information pour raisons tactiques et stratégiques sont bien sûr légitimes. Mais par voie de conséquences, elles impactent aussi la recherche universitaire qui a besoin d’accéder à l’information et au terrain, pour des raisons qui ne sont pas celles des médias, mais de l’analyse et la mise en place de savoirs académiques. Or dans de telles conditions, la recherche a-t-elle encore la possibilité d’interroger la crise, tout en conservant une position neutre ou en tout cas sans jugement de valeur ? Peut-elle produire des savoirs sur l’état de la société, sans être prise dans l’agenda de la crise, y compris sur le plan psychologique ? Pourtant les situations de crise ne sont-elles pas par définition un état classique des sociétés, autre manière de parler du changement social, voire du changement de l’ordre social ? C’est en cela que les sciences de l’homme et de la société sont en quelque sorte « taillées » pour l’analyse des crises, dès lors que leur travail est de comprendre la nature et les causes des problèmes sociaux, de manière à ce que les pouvoirs publics puissent anticiper la crise à venir, ou bien en sortir.

À retrouver sur le site du LMI-MaCoTer



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2024, 6 mars). Parution : Revue Les cahiers de MaCoTer n°3, « Les Sciences Sociales dans la crise », 2023. IISMM. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vyq9

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search