Parution : Mehdi Ghouirgate, Les Empires berbères: constructions et déconstructions d’un objet historiographique, De Gruyter, 2024 + Conférence “Le Maghreb, ce « grand Autre » si proche”, Pascal Buresi, Mehdi Ghouirgate — CAREP Paris, 7 mars 2024

 

Les Empires berbères: constructions et déconstructions d’un objet historiographique
The Berber Empires: construction and deconstruction of a historiographic object

Mehdi Ghouirgate

 

Volume 11 in the series Islam – Thought, Culture, and Society

 

This work compares medieval and modern Arabic sources relating to the Berber Empires (11th-13th centuries) with the way in which European studies have apprehended this topic against the backdrop of the emergence of orientalism and the expansion of France in the Maghreb.
Indeed, the invocation and then the study of the Berber Empires served to characterize a great Other of proximity : the Maghreb at once so close and yet so different. Studying this past therefore amounted to giving perspectives to this radical difference. In the context of the colonized and then newly independent Maghreb, this yet distant past never ceased to serve as a reference and as a framework for a “roman national” which aimed to give these States a solid foundation.

Mehdi Ghouirgate is Professor at the Université Bordeaux-Montaigne (Ausonius Institute) and affiliated to the University Polytechnic Mohammed VI FGSES. Holder of a Habilitation to direct research obtained at EHESS, he specializes in the history of the Muslim West in the medieval and modern periods. His approach to this history is resolutely multidisciplinary, drawing on anthropology, economics, military history and demography, among others.

À retrouver sur le site de l’éditeur


Cette conférence est organisée à l’occasion de la parution de l’ouvrage Les Empires berbères: constructions et déconstructions d’un objet historiographique. Avec Mehdi Ghouirgate, modération de Pascal Buresi.


Jeudi 
7 mars 2024 à 18h 30

Le Maghreb, ce « grand Autre » si proche 

Contrairement au Proche-Orient, le Maghreb possède cette particularité de se situer au contact immédiat de l’Europe. Or, à la Renaissance et à partir de la disparition d’al-Andalus, en 1492, savants, renégats et voyageurs européens n’ont cessé d’évoquer, puis d’étudier, le passé du Maghreb. Ces discours ont permis de caractériser, graduellement, le Maghreb en tant que « grand Autre » de proximité. Dans ce même esprit, les auteurs des Lumières, à commencer par Voltaire, ont éprouvé le besoin de se servir de ce miroir tendu par ce voisin si différent, afin d’étayer leur raisonnement. Par la suite, les savants procédant de la « Révolution scientifique », évoluant à Paris ou en milieu colonial leur ont emboîté le pas.

À l’époque de l’orientalisme, l’Espagne a entretenu et continue d’entretenir un rapport complexe avec son passé arabo-berbère, oscillant entre intégration au « roman national » et rejet ; quitte ce faisant à nier, en dépit du bon sens, la réalité des conquêtes arabo-islamiques du VIIIe siècle. Dans un second temps, les lettrés algériens et marocains ont cherché dans une optique nationaliste à se ressaisir de cette histoire pour donner une assise solidifiée aux indépendances.

Cette conférence posera les questions soulevées par l’ouvrage : Les Empires berbères: constructions et déconstructions d’un objet historiographique et qui diagnostiquent le vertige historien : comment les traces du passé que l’on croit avoir simplement exhumées ont-elles été déjà localisées, délimitées, triées, nommées, agencées et organisées jusqu’à faire émerger un objet historiographique spécifique : le Maghreb.

 

Mehdi Ghouirgate est Professeur des universités à l’Université Bordeaux-Montaigne et professeur associé à l’University Mohammed VI Polytechnic – FGSES de Rabat. Il est titulaire d’une Habilitation à diriger les recherches obtenues à l’École des hautes études en sciences sociales en 2019. Il est, par ailleurs, membre de l’Institut Ausonius d’archéologie. Il est spécialiste de l’Histoire de l’Occident musulman (Maghreb et al-Andalus) aux époques médiévale et moderne. Il s’attache à revisiter cette histoire en s’appuyant sur une démarche résolument pluridisciplinaire qui fait appel, entre autres, à l’anthropologie, à l’économie, à l’histoire militaire et à la démographie.

Pascal Buresi est membre de l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman (IISMM) à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), directeur de recherches au CNRS (Ciham-UMR 5648, Lyon) et directeur d’études à l’EHESS (Lyon). Ancien élève de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud (1989-1994) ; agrégé d’histoire (1991) ; boursier à l’Institut français d’études arabes de Damas (1992) ; membre de l’École des hautes études hispaniques et ibériques – Casa de Velázquez (1997-1999). Ses recherches portent sur le Maghreb médiéval et plus particulièrement sur les structures politiques et les pratiques administratives de l’Empire almohade (Maghreb-al-Andalus, XIe–XIIIe s.).

 

Mehdi Ghouirgate, Les Empires berbères: constructions et déconstructions d’un objet historiographiqueéditions de Gruyter,  mars 2024, 300 p. , 109 €.

La conférence se tiendra en présentiel dans les locaux du CAREP Paris situés au : 12 rue Raymond Aron, 75013, Paris. Pour suivre la conférence à distance, veuillez vous inscrire ici.

À retrouver sur le site du CAREP



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2024, 27 février). Parution : Mehdi Ghouirgate, Les Empires berbères: constructions et déconstructions d’un objet historiographique, De Gruyter, 2024 + Conférence “Le Maghreb, ce « grand Autre » si proche”, Pascal Buresi, Mehdi Ghouirgate — CAREP Paris, 7 mars 2024. IISMM. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwvq

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search