Appel à communications | Colloque de l’Association française de sciences sociales des religions (ASFR) : « Religions en temps de crise », 10-11 juin 2024, Campus Condorcet Aubervilliers — LIMITE : 15/03/2024

Argumentaire

Le rapport du religieux à la « crise » constitue un phénomène multiforme. Face à l’émergence de crises sociales, politiques, économiques, environnementales, etc. les acteurs religieux sont à la fois tributaires de leurs conséquences et producteurs de réponses matérielles et conceptuelles (Artaud de La Ferrière, 2018 ; Bertina, 2019 ; Schnabel & Schieman, 2022). Ces acteurs religieux peuvent aussi jouer le rôle de créateurs de discours de crise dont l’écho résonne à travers la société dans laquelle ils sont implantés (Defois, 1971 ; Bourdieu, 1975). La « crise » se manifeste aussi souvent au sein même des communautés et des institutions confessionnelles, entraînant alors des dynamiques endogènes de transformations, de dissolutions et d’innovations religieuses (Hervieu-Léger, 1990 ; Grewal, 2014 ; Béraud, 2021). Observer les religions lorsqu’elles répondent à des crises extérieures, lorsqu’elles produisent des discours de crise, ou lorsqu’elles sont elle-même le théâtre d’une crise interne, permet aux sciences sociales d’approfondir l’analyse du religieux lorsque celui-ci est mis sous tension ainsi que d’interroger l’évolution de la signification même du concept de « crise ». L’objet de ce colloque sera donc de penser la crise sous le prisme du religieux, ce qui constitue un angle d’approche jusqu’ici largement occulté en « crisologie » (Morin, 1976, Ricoeur, 1988), et de penser le religieux à la lumière des apports théoriques développé par les travaux existant en sciences sociales des crises. 

La multiplication et l’emboîtement des phénomènes divers désignés comme « crises » depuis la fin du XXe siècle amène à y voir un trait constitutif et distinctif de l’époque contemporaine : crise sanitaire, nucléaire, sociale, économique, environnementale, climatique, énergétique, sécuritaire, géopolitique, et bien sûr, religieuse. En tant que catégorie de sens commun, les crises sont inscrites au centre de l’actualité médiatique et de l’agenda politique, faisant l’objet de diagnostiques, de gestions et de communications selon le modèle du « gouvernement de crise » qui remplace depuis les années 1990 celui du « gouvernement des risques ». En tant que concept analytique, les crises sont classées selon une typologie qui distingue et combine leurs dimensions morale (idéologique, axiologique) et matérielle (naturelles, humanitaires), ainsi que leurs origines exogène (naturelle, sanitaire) et endogène (institutionnelle, discursive). L’image d’une époque « crisogène » qui fait l’expérience de la « crise sans fin » dans un « contexte d’interdépendance tactique élargie » émerge alors comme une métaphore, voire comme une condition de possibilité, des sociétés globalisées et interconnectées via les marchés et les réseaux (Dobry 1986, Revault d’Allonnes 2012). Catégorie de sens commun ou concept analytique, dans les deux cas, le terme de « crise » gagne à ne pas être défini à priori, mais plutôt à être saisi comme le produit d’une opération de construction et de qualification d’une situation donnée dont le caractère instable ou insoutenable amène à la définir comme « faisant crise » selon un processus de « mise en crise » (Aguiton et al. 2019, Maingueneau 2021). 

Dans l’espace public, la production et la circulation de discours, d’images et de données sur les catastrophes diverses participent à un double processus normatif de « mise en visibilité » et de « mise en crise » qui passe par la sélection, le cadrage et la fabrication du sens des événements, donc par un travail de mise en discours (intelligibilité) et de mise en forme (lisibilité) qui légitime (ou non) la prise en charge des crises par des acteurs et des institutions à l’échelle locale, nationale et internationale (Voirol 2005, Aguiton et al 2019). Saisis dans leur dimension constructiviste, ces processus sont donc à la base de la définition de « ce qui fait crise » et de son « gouvernement », c’est-à-dire, un ensemble d’actions spécifiques mises en oeuvre par des acteurs désignés comme les responsables de la prévention, le diagnostic, la gestion et la sortie de ce qui a été défini comme « crise ». Processus dynamique, fait de logiques de « désectorisation/désobjectivation », les temps de crises sont des périodes de fluidité conjoncturelle et transformation structurelle, relevant d’un travail de « redéfinition de la réalité sociale que la crise impose aux acteurs » (Lagroye 1987). Plus que la définition d’une situation, le terme « crise » fonctionne ainsi comme un label ou un prisme à travers lequel les « problèmes » (climatiques, alimentaires, sanitaires, etc.) sont pensés comme le signe (indicielle et symbolique) d’une « crise sans fin ». Dans cette optique, les crises fonctionnent comme des laboratoires d’expérimentation des mesures politiques autoritaires (état d’exception, état d’urgence) normalisés par la suite. Cet « effet ‘laboratoire des crises’ mérite à être étudié au sein même des institutions qui disent et gouvernent la crise, plutôt que pris pour acquis quant aux problèmes qu’elles visent à gouverner » (Aguiton et al. 2019). 

Synonyme de désajustement, déséquilibre, dérégulation, discontinuité, désordre et trouble, le terme « crise » renvoie à un évènement qui altère ou rompt un état de fait celui du cours normal et ordinaire des choses. Perçue comme le résultat d’erreurs et des dysfonctionnements, la crise affecte le développement régulier d’un processus évolutif dont le sens est altéré de manière décisive et significative. Les « conjonctures de crise correspondent à un changement d’état des systèmes sociaux » (Dobry, 1986). Néanmoins, en raison de leur potentiel d’imprévisibilité et d’actualité (saillance, prégnance, immédiateté), les événements constitutifs des crises font l’objet d’une visibilité accrue et continue dans l’espace public qui finit par les inscrire dans la vie quotidienne. Ainsi, par un effet de répétition et de banalisation, l’extraordinaire devient ordinaire et l’exceptionnel la norme. Dans sa forme contemporaine, la crise apparaît ainsi comme une menace permanente qui brouille les frontières entre l’urgent et l’ordre routinier, générant un sentiment d’inquiétude généralisé dans un contexte « crisogène ». Or, ce procédé de normalisation de la crise soulève un paradoxe temporel, ou un double agencement narratif, de processus de « mise en crise » : l’idée même de crise ne serait-elle pas mise à l’épreuve d’une actualité qui met en relief et d’une historiographie qui s’écrit « sous l’angle des crises à répétition » (Roitman 2019) ? 

Les moments de crise correspondent à des « moments discursifs » (Moirand 2007) ou à une situation de circulation, voire de saturation, discursive (Charaudeau, Maingueneau 2002) caractérisée par la diversité des genres de discours émergeant sur le phénomène (experts, journalistes, représentants, citoyens), ainsi que par l’intensité de la production et la circulation de ces discours dans les espaces publics, médiatiques, politiques, sociaux, etc. Dans cette optique constructiviste, la « crise » renvoie à un processus discursif de cadrage, qualification et signification d’un phénomène ou d’une réalité qui fait l’objet d’une « mise en crise » dans et par le discours. La « mise en crise » ou la « sortie de crise » peut ainsi être appréhendée comme une opération sémiotique inscrite au coeur des politiques et des actions individuelles, collectives et institutionnelles de gestion de crise, parfois rendues visibles sous la forme de communication de crise. 

En ce sens, l’usage de la notion crée une réalité discursive dont il conviendrait d’interroger et d’analyser la spécificité lorsqu’il se manifeste dans le champ religieux. Comment la crise est mise en forme discursivement et visuellement par les acteurs religieux ou en rapport avec des mouvances religieuses ? Comment la crise au sein d’une institution religieuse est racontée ou comment la crise est mise en récit en employant un discours religieux ? Quels sont les champs sémantiques et les stratégies discursives mobilisées ? Dans la construction des crises, comment s’articulent les dimensions linguistique et extralinguistique ? Quelles sont les pratiques discursives utilisées par les acteurs et institutions religieuses dans les communications de crise ? En temps de crise interne, comment le discours et la légitimité des acteurs et institutions religieuses s’articulent ? Comment et dans quelles conditions le discours religieux en contexte de crise peut-il être créateur de sens (signification) et moteur de l’action (performativité) ? Quelles sont les conditions de réussite du discours religieux en contexte de crise et quelle est sa capacité d’action au sein de l’institution, dans le champ religieux ou dans la réalité sociale ? En temps de crise, comment le discours religieux cherche à agir sur la réalité institutionnelle et/ou sociale et comment peut-il être reçu par les publics religieux et non-religieux ?

Nous invitons donc un large éventail de propositions, issues des diverses sciences sociales, afin d’apporter des éléments de réponses à ces questions. Sur un plan théorique ou empirique, il s’agira d’analyser la manière dont les crises d’origine exogène, endogène (ou mixtes) aux religions affectent ses institutions, acteurs, pratiques, valeurs, etc. Sur un plan épistémologique, il sera également question de réfléchir ce qui signifie étudier le « religieux en temps de crises », la place du chercheur en sciences sociales et son rapport au terrain en contexte de crise. 

Les propositions de communications peuvent alors s’inscrire dans un des 3 axes thématiques suivants : (1) Les crises exogènes : lorsque les religions font face aux crises, (2) Les crises endogènes : crise du religieux et religions en crise, (3) Étudier les religions en contexte de crise : questions épistémologiques et méthodologiques 

Dans certains cas, il est difficile de délimiter la frontière entre les crises qui seraient endogènes et exogènes aux religions, notamment lorsqu’elles touchent au politique. Les origines des crises sont souvent nombreuses et variées, voire complexes, et leurs effets prennent la forme d’un emboîtement de crises indémêlables. Qu’elle soit de nature interne ou externe au religieux, la crise est le produit d’un processus de construction mettant en interaction, et souvent en tension, des acteurs, des pratiques, des logiques divers s’inscrivant dans les interstices des champs politique, social, religieux, etc. Multidimensionnelle et relationnelle, la crise comme objet d’étude nous amène donc à interroger et à dépasser les classifications et typologies scientifiques, parfois réifiantes, en fonction des terrains observés et de cas étudiés. Pour ce colloque, sont également invités les travaux de recherche qui, par une approche interdisciplinaire, cherchent à saisir la dynamique des crises d’origines multiples touchant le religieux, notamment dans son rapport au politique. 

Axe 1 : Les crises exogènes : lorsque les religions font face aux crises 

Les crises a priori exogènes aux religions – qu’elles soient d’origine économique, environnementale, sanitaire ou (géo)politique – affectent souvent les institutions, les acteurs, les discours et les pratiques religieuses. Force est de constater que les représentants religieux ont une propension à considérer avoir des choses à dire, voire à proposer des solutions, sur les crises exogènes au fait religieux. Dans ce premier axe, nous invitions donc les travaux des chercheurs portant sur les conséquences des crises sur les religions, ainsi que les actions menées par les acteurs ou les institutions religieuses pour faire face aux crises. Comment le contexte de crise influence les acteurs religieux (discours, actions, parcours, etc.) ? Comment ces acteurs perçoivent et qualifient les crises ? Comment ils s’approprient et agissent face à ces crises ? Comment se positionnent-ils en temps de crise ? Quelles réponses le religieux apporte-t-il à ces crises ? Existe-t-il des spécificités, des réponses religieuses aux crises séculières/mondaines ? 

Axe 2 : Les crises endogènes : crise du religieux et religions en crise 

Qu’entendons-nous par « crise du religieux » ou « religion en crise » ? Dans cette catégorie, s’inscrivent les crises déclenchées par des actes commis au nom des religions, comme le terrorisme, ou par des polémiques, scandales, dénonciations, tels que les questions de maltraitance infantile et de pédophilie. En outre, les crises endogènes aux religions peuvent aussi être des créatrices de nouvelles croyances ou de nouvelles cosmovisions, des croyances renouvelées ou des conceptions spirituelles et religieuses dissidentes, voire divergentes, parfois même contradictoires, au sein d’une même religion. Pour répondre à la problématique de ce second axe, nous invitions les chercheurs à réfléchir sur la manière dont le religieux peut être lui-même en crise ou une source de crises. Comment les crises d’origine endogène affectent les religions, ses institutions et ses acteurs ? Quels sont les effets qui en résultent au sein de la communauté religieuse ? Les « crises des religions » sont-elles précurseurs d’autres crises, parfois créatrices ? 

Axe 3 : Étudier les religions en contexte de crise : questions épistémologiques et méthodologiques 

L’étude des religions en temps de crise pose au chercheur en sciences sociales des religions une série des questionnements d’ordres méthodologique, épistémologique et éthique. Au-delà de l’observateur et du théoricien, le chercheur demeure un acteur de son temps. Le chercheur lui-même vit les différentes crises que traversent les sociétés contemporaines simultanément aux sujets qu’elle/il observe. Cette question implique tout d’abord une distance analytique, émotionnelle, mais aussi intellectuelle par rapport à des questions pour lesquelles il/elle est lui-même concerné.e voire impliqué.e pour certain.es. Dans cet axe, les contributeurs sont donc invités à déceler les questions épistémologiques et méthodologiques concernant le chercheur en sciences sociales des religions, son positionnement (distanciation, proximité, familiarité, étrangeté), ses outils de collecte/analyse de données et son rapport au terrain en contexte de crises multiples. 

Le second problème que pose l’enquête en temps de crise se situe davantage sur un plan méthodologique et plus particulièrement sur la possibilité d’accéder au terrain. Comment enquêter en temps de Covid avec les multiples restrictions de déplacements, les confinements, etc., la distance physique et sociale ? Quelles techniques fallait-il “inventer” pour s’adapter aux conditions de l’enquête ? Ou encore comment enquêter en temps de guerre ou même en temps de crise politique, sociale ? Le contexte de crise n’est pas sans effet sur nos terrains, il les transforme, les façonne, les détermine et les amène à s’ajuster, voire à se redéfinir. 

Modalités de soumission des propositions 

Le colloque aura lieu le 10-11 juin 2024 au Campus Condorcet. 

Propositions de communication de 4 000 signes (espaces compris) à envoyer à afsr.association[at]gmail.com 

Date limite de soumissions de propositions : 15 mars 2024 

Comité scientifique 

 

Bibliographie 

ANGELI AGUITON, Sara ; CABANE, Lydie ; CORNILLEAU, Lise. « Politiques de la « mise en crise ». Critique internationale, 2019/4 (N° 85), p. 9-21, 2019. 
ARTAUD DE LA FERRIERE, Alexis. « Somewhere between love and justice: a Roman Catholic church in Paris responds to the European migration crisis », International Journal of Politics, Culture, and Society, 31, 397-417, 2018. 
BERAUD Céline, Le catholicisme français à l’épreuve des scandales sexuels, Paris, Éditions du Seuil, coll. « La République des idées », 2022. 
BERTINA, Ludovic, « La « conversion » écologiste de l’Église catholique en France : sociologie politique de l’appropriation du référent écologiste par une institution religieuse », La Pensée écologique, 2019/1 (N° 3) 
BOURDIEU, Pierre, « Le langage autorisé ». Actes de la recherche en sciences sociales1(5), 183-190, 1975. 
DEFOIS, Gérard, « Discours religieux et pouvoir social: Les responsables catholiques devant la crise française de mai 1968 », Archives de sociologie des religions, 85-106, 1971. 
DOBRY, Michel. Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles. Paris, Presses de Sciences Po., 1986. 
GREWAL, Zareeena, Islam is a foreign country: American Muslims and the global crisis of authority (Vol. 22). Nyu Press, 2014. 
HERVIEU-LEGER, Danièle, « De quelques recompositions culturelles du catholicisme français », Sociologie et sociètés22(2), 195-206, 1990. 
REVAULT D’ALLONNES, Myriam. La crise sans fin. Essai sur l’expérience moderne du temps. Paris, Seuil, 2012. 
LAGROYE, Jacques. « Dobry (Michel), Sociologie des crises politiques, La dynamique des mobilisations multisectorielles ». Revue française de science politique, 37ᵉ année, n°5, 1987. pp. 723-726. 
CHARAUDEAU, Patrick, MAINGUENEAU, Dominique (dir), Dictionnaire d’analyse du discours. Paris, Seuil, 2002, 
ROITMAN, Janet (entretien avec la traduction et notes de Sara Angeli Aguiton, Lydie Cabane et Lise Cornilleau) « Anti-Crisis : penser avec et contre les crises ? », Critique internationale, 2019/4 (N° 85), p. 107-121. 
ROITMAN Janet L., 2014, Anti-crisis, Durham, Duke University Press. 
MOIRAND Sophie, Les Discours de la presse quotidienne. Observer, analyser, comprendre. Paris, Presse Universitaires de France, 2007. 
MORIN Edgar, 1976, « Pour une crisologie », Communications, no 25, p. 149-163. 
RICOEUR Paul, 1988, « La crise, un phénomène spécifiquement moderne ? », Revue de théologie et de philosophie, no 120, p. 1-19. 
SCHNABEL, L., & SCHIEMAN, S, « Religion protected mental health but constrained crisis response during crucial early days of the COVID‐19 pandemic », Journal for the Scientific Study of Religion, 61(2), 530-543, 2022. 
VOIROL Olivier, « Les luttes pour la visibilité. Esquisse d’une problématique », Réseaux, 2005/1-2 (n° 129-130), p. 89-121. 

 

À retrouver sur le site de l’AFSR



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2024, 27 février). Appel à communications | Colloque de l’Association française de sciences sociales des religions (ASFR) : « Religions en temps de crise », 10-11 juin 2024, Campus Condorcet Aubervilliers — LIMITE : 15/03/2024. IISMM. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://iismm.hypotheses.org/96956

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search