Appel à contributions | Colloque « Sahara occidental : explorer de nouvelles perspectives du droit international et des relations internationales », 9-10 mai 2024, Université de Deusto Espagne — LIMITE : 18/02/2024

Le conflit au Sahara occidental dure depuis des décennies, devenant l’un des plus anciens conflits prolongés et gelés au monde. Les conflits prolongés ne sont pas une catégorie à part entière en droit international. Cette catégorisation remonte au terme inventé par Eduard Azar en 1985, qui caractérisait certains conflits par leur complexité et leur pérennité dans le temps (Azar, 1985). Cependant, cette typologie de conflit a des implications importantes pour le droit international. Ce domaine, construit au cours de siècles d’histoire, a toujours été à la traîne des avancées technologiques (Picker, 2001) et montre la complexité de l’actualisation de la discipline. Cette incapacité des campagnes à s’adapter peut conduire à l’insécurité juridique de devoir appliquer, par une interprétation large, des règles, des principes et des dispositions adoptés au milieu du XXe siècle. Ces limites sont encore plus évidentes lorsqu’il s’agit de conflits dits prolongés, également connus sous le nom de conflits gelés. A la persistence de ces conflits dans le temps, en plus de leur complexité (Zartman, 2005 ; Coleman, 2003) et de leur multidimensionnalité (Millar, 2020), une autre question essentielle s’ajoute : le respect du droit international et le débat autour de sa nature (Howse & Teitel, 2010). Les facteurs inhérents aux conflits prolongés créent des marges d’inefficacité du droit international, ou « entropie », inhérentes au système et ont tendance à s’accroître.

Le conflit au Sahara occidental est l’un des exemples traditionnels de ce type de conflits dans la littérature et un cas d’école de l’incapacité du droit à résoudre un conflit malgré la clarté des dispositions applicables. La rupture du cessez-le-feu le 13 novembre 2020 et la reprise des hostilités ont montré non seulement que le statu quo dans la région n’était pas viable, comme l’affirme la littérature (Zoubir, 1996 ; Darbouche et Zoubir, 2008 ; Blanc, 2015 ; Fernández- Molina, 2017 ; Jensen, 2005 ; Wilson, 2015), mais aussi que les actions des parties provoquent une série de réactions au sein du système aux conséquences imprévisibles. Dans le contexte politique actuel, cette situation présente des défis et des opportunités uniques. La région du Maghreb et de l’Afrique du Nord connaît des changements importants dans la dynamique géopolitique, et la résolution du conflit au Sahara occidental est devenue un facteur crucial pour la stabilité régionale.

En outre, le contexte géopolitique mondial actuel a mis en évidence les risques liés à l’incapacité de résoudre des conflits tels que les conflits sahraouis, palestiniens ou arméniens, a mis en évidence les risques posés par la prolongation ou la perpétuation du statu quo pour la sécurité internationale, ainsi que l’aggravation des crises humanitaires associées. Il ne fait aucun doute que l’importance des États impliqués, tels que la RASD, le Maroc, l’Algérie et la Mauritanie, ainsi que le rôle de l’Espagne et de la France, sont fondamentaux dans l’application ou la nonapplication du droit international dans le conflit au Sahara occidental. Ces États ont des intérêts politiques, économiques et stratégiques en jeu dans la région, ce qui influence leur position et leurs actions vis-à-vis du conflit. De plus, leur adhésion ou leur résistance aux résolutions et normes internationales jouent un rôle crucial dans la recherche d’une solution. En outre, les organismes internationaux tels que l’Union africaine (UA), l’Organisation des Nations Unies (ONU) et la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO), la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) et le Comité des droits de l’homme des Nations Unies, ont également un rôle essentiel à jouer dans le suivi et la promotion du respect du droit international dans le conflit. Leur capacité à exercer des pressions et à servir de médiateurs entre les parties est essentielle pour avancer vers une solution pacifique et juste. La coopération et la volonté politique de tous ces acteurs sont essentielles pour aborder efficacement la question du Sahara occidental du point de vue juridique et des relations internationales.

Face à cette situation, il est urgent d’aborder le conflit sahraoui et d’autres conflits similaires sur la scène internationale dans une perspective multidisciplinaire et innovante, qui cherche à fournir de nouvelles approches et des examens critiques du conflit et du contexte géopolitique actuel, et qui puissent aider à identifier les domaines et les moyens de résoudre le conflit sahraoui.

La conférence vise également à impliquer les jeunes chercheurs (étudiants prédoctoraux et postdoctoraux) et les étudiants de premier cycle, en intégrant des dynamiques participatives et des simulations qui aident à sensibiliser à la pertinence et à la multidimensionnalité des conflits.

(…)

Lire la suite :

AAC colloque Sahara Occidental – Deusto – 9-10 mai 2024 FR
CALL Conference Western Sahara – Deusto – May 9-10 2024 ENG
CALL Conferencia Sáhara Occidental – Deusto – 9-10 de mayo 2024 ESP


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Chargé de diffusion scientifique (12 février 2024). Appel à contributions | Colloque « Sahara occidental : explorer de nouvelles perspectives du droit international et des relations internationales », 9-10 mai 2024, Université de Deusto Espagne — LIMITE : 18/02/2024. IISMM. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vtay


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search