Journées d’étude du RHAM : « L’architecture et l’urbanisme au Maroc après l’indépendance (1956-1986) : trajectoires d’acteurs et circulation des savoirs » — Centre Jacques Berque, 20-21 février 2024

Les premières journées d’étude du RHAM (le Réseau de recherche sur l’histoire de l’architecture au Maroc aux XXe-XXIe siècleshttps://rham.hypotheses.org/) marquent le lancement de ce nouveau réseau scientifique.

Le RHAM a pour objectif d’être à la fois une plateforme d’échange, de partage d’informations, de publications, d’actualités, et une structure permettant d’organiser des activités de recherche telles que des séminaires et des ateliers doctoraux. Sa création vise à mettre en avant les nouvelles orientations de la recherche en histoire de l’architecture et de l’aménagement du territoire au Maroc aux XX-XXIe siècles.

Les membres du RHAM (https://rham.hypotheses.org/membres) sont des chercheurs et chercheuses qui ont récemment achevé ou entrepris des projets de thèse liés au champ de l’histoire de l’architecture et/ou de l’aménagement du territoire au Maroc. Le réseau compte actuellement plus d’une vingtaine de membres issus de différentes universités au Maroc et à l’international (Belgique, Suisse, Italie, France, États-Unis, Angleterre).

Les rendez-vous de février s’organisent autour de deux journées. La première se déroulera le 20 février au Centre Jacques Berque et aura pour thème « l’architecture et l’urbanisme au Maroc après l’indépendance (1956-86) ». Dix interventions de jeunes chercheurs (essentiellement des doctorants) y sont prévues. La seconde journée aura lieu le 21 février aux Archives du Maroc et sera consacrée à la question des « archives d’architecture ». Les responsables des principales institutions ou associations concernées par la conservation et la valorisation des archives d’architecture marocaine y interviendront.

Journée n°1 – 20 février 2024 à Rabat au Centre Jacques Berque

L’architecture et l’urbanisme au Maroc après l’indépendance (1956-1986) : trajectoires d’acteurs et circulation des savoirs

La première journée RHAM2024 porte sur une période spécifique de l’histoire du Maroc : de 1956, date de l’indépendance, à 1986, une année marquée par l’important discours de Sa Majesté Hassan II devant les représentants des architectes marocains et lors de laquelle fut diplômée la première promotion de l’École Nationale d’Architecture de Rabat.

Cette période transitoire d’une trentaine d’années — qui demeure encore largement sous-explorée au regard de la littérature produite sur la période coloniale — suscite désormais un intérêt croissant dans le champ de la recherche en architecture qui se reflète notamment parmi les recherches de plusieurs membres du RHAM. Fort de ce constat, la journée d’étude vise à faire se croiser et se rencontrer ces différentes manières d’aborder l’histoire de l’architecture, du paysage, de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire au lendemain de l’indépendance, en cherchant à mettre en évidence des matériaux de recherche encore inédits.

L’indépendance du Maroc, tout comme dans de nombreux pays anciennement colonisés, n’a pas entraîné une rupture nette. La structure générale de l’organisation institutionnelle héritée de la période du Protectorat a largement perduré après 1956. Malgré le départ de nombreux cadres français, une grande partie des postes à responsabilité est demeurée occupée, directement ou indirectement, par du personnel étranger. Cependant, malgré les effets résiduels et persistants du colonialisme, la situation d’après-indépendance est bien singulière et voit apparaître notamment de nouveaux acteurs, de nouvelles aspirations, et une complexification des relations avec la France, et l’essor de nouveaux partenariats internationaux.

Pour prendre en compte la complexité et la singularité de cette période, l’une des approches possibles pour les historiens est de retracer les diverses trajectoires et circulations entremêlées d’objets, d’acteurs, de connaissances, de modèles et de techniques, à l’image des débats récents dans la recherche en architecture autour de l’appropriation des concepts d’histoire « croisée », « globale » ou « connectée ». Une approche qui a le grand avantage de détourner le regard des considérations encore trop souvent apologétiques des « grands architectes », pour se concentrer sur l’analyse des réseaux d’acteurs divers (institutions internationales, entrepreneurs et ingénieurs locaux, experts voyageurs, etc.), des « transferts » (de technologies, modèles, instruments, etc.) et des « zones de contact » (expositions internationales, lieux de formation, etc.) mais également et surtout de considérer la place et l’agentivité de la pluralité des acteurs du Sud planétaire, en ne les représentant plus comme des récepteurs passifs mais comme des participants à part entière de ces réseaux. Dans ce cadre, les différentes contributions de la journée d’étude s’inscrivent dans les récents travaux remettant en cause le centrage occidental de l’historiographie de l’architecture, en montrant l’essor d’une architecture moderne « post-indépendante » dans les pays du sud dans la deuxième moitié du XXème siècle.

La première session de la journée, intitulée « Construire l’indépendance », regroupe trois contributions interrogeant le rôle de différentes institutions nationales (l’École Mohammedia d’ingénieurs, le Service de l’urbanisme du Maroc et son Bureau Central des Études Rurales) et internationales (telles que les Nations-Unies et ses agences spécialisées telles que la FAO et l’UNESCO) dans la définition de l’architecture au lendemain de l’indépendance, en y interrogeant leur inscription ou non dans un « agenda de décolonisation ».

La seconde session s’intéresse quant à elle à la manière dont les architectes ont inventé une « nouvelle modernité » adaptée au contexte climatique, géographique et culturel du pays. Les intervenants interrogent cette approche contextuelle de la modernité à travers les œuvres des architectes européens et marocains, tous formés en Europe, mais désireux de rompre avec les modèles coloniaux à travers un nouveau langage et une matérialité plus ancrée dans le contexte local.

Enfin, la dernière session rassemble trois contributions explorant la notion d’« habitat marocain » à la fois comme modèle voyageur, comme matrice de projet et d’expérimentation pour des architectes étrangers mais également comme l’émergence effective d’un type de logement nouveau non planifié lié à l’après-indépendance. Les intervenants y analysent la manière dont d’une part, l’habitat « vernaculaire » au Maroc a pu représenter une source d’inspiration pour certains architectes européens, et d’autre part, comment à la même époque les contours d’une nouvelle forme de « vernaculaire » s’est dessiné par exemple à travers l’émergence de la maison de lotissement, habitat urbain le plus répandu dans le pays.

Journée n°2 – 21 février 2024 à Rabat aux Archives du Maroc

Les archives d’architecture au MarocUn état des lieux pour la recherche sur l’histoire de l’architecture au XXe siècle

Le réseau de recherche RHAM s’est également fixé comme objectif dès sa création, en février 2023, de participer à identifier les principaux lieux-ressources, centres de recherche et d’archives liés aux domaines de l’architecture, de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire au Maroc pour la période du début du XXe siècle à aujourd’hui, et d’engager des débats et rencontres autour de la question des archives d’architecture au Maroc. Cet engagement a été récemment soutenu par  la Chaire UNESCO « Les Archives au service des Nations et des Sociétés africaines » d’une part, et par les Archives du Maroc d’autre part. 

La deuxième journée RHAM, le 21 février 2024, vise à rassembler les acteurs des différentes institutions et associations, nationales et internationales, qui travaillent actuellement à la valorisation, à la recherche et à la conservation des archives d’architecture au Maroc au XXe siècle. Face au constat d’une forme d’une « atomisation des sources architecturales » (Toulier, 2022), l’objectif principal de la journée est de participer à dresser un état des lieux à destination des chercheurs, en identifiant collectivement les lieux-ressources et la diversité des collections et fonds d’archives (archives privées, institutionnelles, etc.) qui y sont conservés. 

Au-delà des enjeux historiographiques évidents, la journée invite à interroger la nature et la production même des collections d’archives. Comment définir la singularité des archives d’architecture ? Qui sont les acteurs de la production des archives d’architecture du Maroc ? Quels rôles ont pris récemment les associations tels que Mamma ou CasaMémoire dans la valorisation de ces archives au Maroc ?

Il s’agit également, en lien avec le sujet de la 1re journée du 20 février (« l’architecture et l’urbanisme après l’indépendance, 1956-86 »), d’engager une réflexion commune autour des archives portant plus spécifiquement sur cette période post-indépendance; une question au cœur de nombreuses recherches de membres du RHAM. Le RHAM s’efforce enfin de contribuer à la collecte des archives d’architecture de cette période, pour les verser auprès des institutions marocaines en charge de leur conservation et de leur valorisation. La journée d’étude sera ainsi l’occasion de rendre compte des actions à venir dans ce sens.

À retrouver sur le site du RHAM


Voir : Appel à communications | 1ère Journée d’étude du RHAM, 20 février 2024, Centre Jacques Berque, Rabat — LIMITE : 30/09/2023



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2024, 30 janvier). Journées d’étude du RHAM : « L’architecture et l’urbanisme au Maroc après l’indépendance (1956-1986) : trajectoires d’acteurs et circulation des savoirs » — Centre Jacques Berque, 20-21 février 2024. IISMM. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vppk

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search