Conférence « Le “libre examen”, l’islam et la révolution philologique » par Mohammad Ali Amir-Moezzi — Académie royale de Belgique, 14 février 2024

Comment le « libre examen », principe affirmant la liberté d’exercer une pensée indépendante et critique, rencontre-t-il les croyances et se réalise-t-il dans le cadre démocratique ? Ce cycle explorera les multiples facettes de la notion de « libre examen » et notamment ses lectures dans les mondes du chirstianisme et de l’islam. Une table ronde conclura le cycle.

Pour s’interroger sur l’articulation entre le libre-examen et l’islam, il semble utile de commencer par un aperçu de l’évolution de la notion de « raison » dans cette religion à travers les glissements sémantiques du terme ‘aql, depuis ses origines coraniques jusqu’à sa fixation après la traduction en arabe des œuvres grecques, notamment aristotéliciennes. A part ses quelques rares « libres penseurs », le passage rapide du 10e siècle comme celui du rationalisme islamique et un certain universalisme de quelques-uns de ses philosophes, l’islam semble plutôt marqué par la Révélation (waḥy) et la Loi religieuse (shar‘). Ce fait serait à la base de son autocentrisme, c’est-à-dire la perception très souvent hostile des autres communautés religieuses, parce qu’exclusivement déterminée par ses propres critères polémiques notamment sur les plans dogmatique et juridique. A cet égard, l’ambigüité de « la tolérance » du grand mystique Ibn al-‘Arabī (12e-13es.) s’avère significative. L’autocentrisme traditionnel, massivement présents dans les autres religions également, sera sérieusement ébranlé par la naissance de la philologie et de la méthode historique dans l’Occident postmédiéval. Ces disciplines permirent aux savants européens d’avoir une perception de plus en plus impartiale de l’Autre en dépassant, de manière critique, les limites de leurs propres convictions confessionnelles. Cette « révolution » intellectuelle et humaniste, constituant un des socles du libre-examen moderne et une des principales racines des sciences humaines, ne semble pas encore intégrée, même de nos jours, par la culture musulmane dominante qui verrait dans les méthodes historiques et philologiques appliquées à l’étude de l’islam une menace pour la foi. Cette crainte est-elle une fatalité ?
14/02/2024, 17:00-19:00
Palais des Académies – Écuries royales, Rue Ducale, 1, 1000 Bruxelles

À retrouver sur le site de l’Académie royale de Belgique



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2024, 22 janvier). Conférence « Le “libre examen”, l’islam et la révolution philologique » par Mohammad Ali Amir-Moezzi — Académie royale de Belgique, 14 février 2024. IISMM. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vn3q

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search