Formation | Atelier « Les rivalités Algérie-Maroc » — iReMMO, 3 février 2024

Samedi 3 février 2024 | 14h-19h

Présentation
Vieux de plus de soixante ans, le contentieux entre Alger et Rabat prend une dimension nouvelle avec d’une part, la pénurie de gaz naturel due à la guerre en Ukraine, et d’autre part, la reconnaissance du caractère marocain du Sahara occidental par les États-Unis en 2020. La décision américaine a provoqué la fin du cessez-le-feu entre le Front Polisario et les forces marocaines, induisant également l’escalade des tensions entre Alger et Rabat, en rupture diplomatique depuis août 2021. La rivalité entre l’Algérie et le Maroc constitue une entrave majeure à la coopération maghrébine. Mais ce différend régional s’insère aussi dans une géopolitique plus large qui se reconfigure, notamment depuis la guerre en Ukraine et la guerre à Gaza, en créant une distance plus grande encore entre les pays occidentaux et ce qu’on appelle le «Sud global».

L’escalade entre les deux États maghrébins nuit aussi aux relations qu’ils entretiennent avec leurs partenaires européens, principalement l’Espagne et la France. L’UE qui courtise le gaz algérien pour sortir de sa dépendance au gaz russe attise, à son tour, la concurrence entre Alger et Rabat. Enfin, le Maroc qui a normalisé ses relations avec Israël, se trouve dans une position inconfortable, qui n’est pas sans effet sur la relation qu’il entretient avec l’Algérie.

Autant d’éléments nouveaux qui contribuent à extraire le différend entre l’Algérie et le Maroc de sa dimension maghrébine en lui donnant un caractère international. Cet atelier portera notamment sur l’évolution des relations conflictuelles entre les deux grands États du Maghreb. Alors que le différend portait initialement sur la question des frontières et le leadership sur la région, la tension entre les deux États s’est cristallisée, depuis 1975, sur la question du Sahara occidental. Ce conflit de décolonisation oppose le Maroc au Front Polisario, un mouvement indépendantiste appuyé par l’Algérie.

Dans le contexte actuel, il paraît nécessaire de revenir également sur les armes que mobilisent les classes politiques algérienne et marocaine pour prolonger le contentieux qui les oppose et qui permet aux deux régimes politiques de se maintenir. Cet atelier permettra de revenir sur les causes profondes des rivalités qui remontent au lendemain des indépendances, avant de voir dans quelle mesure le conflit du Sahara occidental fut un abcès de fixation pour des États qui convoquent différemment l’Histoire et le droit international pour expliquer leur positionnement sur ce sujet.
 
Intervenant.e.s

Khadija Mohsen-Finan
Enseignante à Paris I, spécialiste du Maghreb et des questions méditerranéennes, membre du comité de rédaction d’Orient XXI, chercheure au laboratoire Sirice et politologue. Autrice de Tunisie, l’apprentissage de la démocratie 2011-2021 (Nouveau Monde, 2021) et Dissidents du Maghreb (avec Pierre Vermeren, Belin, 2018). Membre de la rédaction d’Orient XXI.

Brahim Oumansour
Chercheur associé et directeur de l’Observatoire du Maghreb à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS). Il intervient à l’IRIS Sup’ en tant qu’expert en stratégie internationale. Ses recherches portent principalement sur le Maghreb ainsi que sur la politique étrangère des États-Unis en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Il s’intéresse particulièrement à la diplomatie publique et au rôle des acteurs non-étatiques (ONG, syndicats, groupes d’influences, multinationales, etc.), aux questions relatives au terrorisme, à la gestion des conflits, etc. Il est auteur du livre Algérie. Un rebond diplomatique (Eyrolles, 2023). Il a déjà publié dans plusieurs revues universitaires, françaises et étrangères.

 
Les formations de l’iReMMO
Ouvertes à tous et ne nécessitant pas de connaissances préalables, ces formations s’adressent à celles et ceux qui souhaitent approfondir leur connaissance de la région. Elles peuvent être prises en compte dans le plan de formation de votre institution ou organisme de rattachement et donnent lieu, en fin de cycle, à la remise d’une attestation de formation professionnelle, sous la forme d’un certificat de participation.Reposant sur l’échange entre formateurs et participants, les formations de l’iReMMO réunissent des effectifs limités et se composent d’exposés associés à des temps de discussions collectives permettant l’approfondissement des thématiques abordées. Cet atelier fait partie des modules du Magistère de l’iReMMO, il peut être suivi dans ce cadre ou bien de façon indépendante, à la carte
 
 


Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2024, 23 janvier). Formation | Atelier « Les rivalités Algérie-Maroc » — iReMMO, 3 février 2024. IISMM. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vq5u

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search