Dossier sur la formation des cadres religieux musulmans en Europe

À l’automne 2021 (7 et 8 octobre), l’IREL avait réuni son réseau européen pour organiser avec le GSRL un colloque sur La formation des cadres religieux musulmans en France et en Europe. La plupart des interventions sont désormais librement disponibles par écrit dans le dernier numéro de la revue Eurostudia (volume 14, 1-2) sous la direction de Sylvie Toscer-Angot, Philippe Gaudin et Renaud Rochette. «Interroger la formation des cadres religieux musulmans comme politique publique en Europe, écrivent-ils dans leur Introductionest un révélateur, un analyseur de nouvelles pratiques, qui déstabilisent un ordre reçu et révèlent un sujet complexe à la croisée de logiques politiques, religieuses et éducatives.»

Cela nécessite d’abord de définir la notion de cadre religieux musulman qui «comprend aujourd’hui une large palette de fonctions et de professions liées à l’islam, à l’exercice du culte ou à l’enseignement de la religion. Il s’agit donc aussi bien — selon les contextes spécifiques de chaque pays — des professeurs de religion islamique, des imams, des aumôniers intervenant en milieu fermé que des gestionnaires des associations et lieux de culte islamiques». Une notion sur laquelle interviennent pour le passé Pierre Vermeren (Perspective historique de la formation des cadres religieux musulmans en France coloniale) et pour le présent Dominique Avon (Les «hommes de religion» sunnites et l’autorité politique. Une subordination à géométrie variable dans le monde arabe contemporain).

Cela nécessite ensuite de comparer entre pays, non seulement pour «faire un état des lieux des situations à l’échelle européenne» mais aussi pour «examiner si on peut observer des politiques, des dynamiques transnationales ou des évolutions convergentes en matière de formation des cadres religieux musulmans». Cela commence pour la France avec trois articles: ceux de Philippe Gaudin (La question de la formation des cadres musulmans comme politique publique en France. Le cas des diplômes universitaires (DU) de formation civile et civique), Francis Messner (Former des spécialistes en sciences humaines et sociales de l’islam ou des imams ? Les projets et réalisations de l’université de Strasbourg) et Cédric Baylocq (Orientations et leçons d’un quart de siècle de tentatives de formation universitaire des ministres du culte musulman en France). La situation dans quatre autres pays européens est ensuite analysée par Leni Franken pour la Belgique (A Belgian Imam Training: Mission Impossible ?), Andrea Rota pour la Suisse (La formation des cadres musulmans en Suisse : d’un casse-tête à l’autre ?), Jordi Moreras pour l’Espagne (Quelle formation pour quels imams ? La formation des cadres religieux musulmans en Espagne) et Sylvie Toscer-Angot pour l’Allemagne (La formation des professeurs de religion islamique et des imams en Allemagne : enjeux, défis et perspectives).

«Sans imaginer qu’il existerait un modèle de formation à l’échelle européenne, peut-on quand même discerner des points communs à ces différents pays européens du point de vue de la prise en compte publique de la formation des cadres religieux musulmans ? La réponse à cette question est positive au moins sur un point: une des préoccupations majeures des pouvoirs publics est que ces formations ne soient pas dépendantes de structures émanant de pays étrangers, ce qui correspond à un changement de paradigme récent observable dans la plupart des États occidentaux.»

 

Lire en ligne le numéro sur La formation des cadres religieux musulmans en Europe et télécharger ses articles

À retrouver sur le site de l’IREL



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2024, 15 janvier). Dossier sur la formation des cadres religieux musulmans en Europe. IISMM. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vlft

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search