ADAB 2023 Festival des littératures contemporaines du Maghreb et du Moyen-Orient — Paris, du 8 au 10 décembre 2023

À la Maison de la poésie
Passage Molière, 157 rue Saint-Martin, 75003 Paris

Illustration: Hassan Al Mohtasib

Adab signifie littérature en arabe et s’écrit ادب. Les mots turc (edebiyat) et persan (adabiyat) pour dire littérature sont des dérivés d’adab, symbole de la porosité des langues et des mots voyageurs, du Maghreb au Moyen-Orient

Adab est un festival littéraire dédié aux nouvelles écritures venues du Maghreb et du Moyen-Orient et à la nouvelle génération d’écrivain-e-s de la région, tout en rendant hommage aux grandes plumes des dernières décennies. Depuis 2011, le monde arabe et le Moyen-Orient ont connu d’intenses bouleversements sociaux et politiques, qui se sont exprimés à travers une production culturelle renouvelée dans les pays de la région mais également dans les diasporas d’Europe. Ce sont ces nouvelles voix que nous vous donnerons à entendre durant trois jours à la Maison de la Poésie.

Responsables de la manifestation: Anne Millet (coordination générale), Martine Gillet (programmation)
Comité de programmation: Marie Descourtieux , Chirine El Messiri, Farouk Mardam-Bey, Franck Mermier, Nathalie Sfeir

VENDREDI 8 DÉCEMBRE

Entretien individuel | 60 min.

Modération : Francesca Isidori (journaliste)

Le 8 janvier 2020, le vol 752 d’Ukraine International Airlines reliant Téhéran à Kiev s’écrase six minutes après le décollage entraînant la mort des 176 passagers et membres d’équipage. Ce crash survient dans un contexte de tensions extrêmes entre l’Iran et les États-Unis. À travers l’histoire de sa cousine Niloufar Sadr, présente sur ce vol, Négar Djavadi relate cette tragédie. Traumatisme national, la chute du PS752 est l’un des événements qui annoncent le mouvement révolutionnaire qui s’est emparé de l’Iran à l’automne 2023.
Scénariste et écrivaine, Négar Djavadi est née en Iran. Elle est l’auteure de Désorientale et Arène aux éditions Liana Levi.

À lire | La dernière place (Stock, 2023)
 

Entretien croisé et lectures de textes en arabe avec traduction et sur-titrage | 90 min.

Modération : Coline Houssais (journaliste, traductrice, chercheuse indépendante)
Interprète: Rouba Hassan

Le langage n’existe pas seulement dans les mots, mais aussi dans le silence et le temps. C’est d’autant plus tangible pour les écrivains qui ne vivent pas dans leur pays d’origine, mais qui sont bercés par une autre langue que celle de leurs livres. L’Égyptienne Iman Mersal vit au Canada et la Palestinienne Adania Shibli en Allemagne. Toutes deux écrivent en arabe. Qu’est-ce que cela implique ? Mersal et Shibli discutent de la relation entre la langue et le fait d’être chez soi, le silence et le temps.
Iman Mersal a écrit plusieurs livres et recueil de poésie dont Sur les traces d’Enayat Zayyat et Des choses m’ont échappé. Elle est professeure de langue et littérature arabes à l’université d’Alberta, au Canada ; Adania Shibli est née en Palestine, a passé son doctorat à Londres et vit à Berlin. Elle a publié trois romans en arabe, dont Reflets sur un mur blanc, Nous sommes tous à égale distance de l’amour, Un détail mineur.

À lire | Adania Shibli, Un détail mineur (Actes Sud / Sindbad, 2020), Iman Mersal Sur les traces d’Enayat Zayyat (Actes Sud / Sindbad, 2021)

 
SAMEDI 9 DÉCEMBRE

De 5 à 12 ans, gratuit sur inscription à adab@iremmo.org | 90 min. 

L’institut Malac, propose un premier atelier à destination des 5-12 ans, en entrée libre sur réservation, afin d’initier les plus jeunes à l’apprentissage de l’alphabet arabe et à la calligraphie. Des lectures de contes bilingues tirés de la collection Sindbad Jeunesse seront proposées à l’issue des ateliers.

– Atelier d’initiation à l’alphabet arabe et à la calligraphie arabe (1h)  

– Lecture bilingue d’ouvrages de la collection Sindbad Jeunesse (Actes Sud) La tache noireMon histoireLa Ruse du chacal (30 minutes) 

 

Lecture en français et en arabe, suivie d’un entretien | 90 min.

Modération : Coline Houssais (journaliste, traductrice, chercheuse indépendante)

« Ce dont parle Souhaib, c’est d’être en exil dans son propre pays. […] Cette expérience paradoxale se double d’une autre expérience qui consiste dans le fait non pas d’habiter son lieu d’origine, mais d’être habité par lui » (Transfuge). L’auteur de l’Homme de satin (رجل من ساتان non traduit en français, Hachette Antoine, Liban, 2019) évoquera sur scène son attachement à sa ville natale de Tripoli, son identité queer, et la difficulté de l’exil, dans un texte saisissant de justesse et de sincérité.
Souhaib Ayoub est un journaliste et écrivain libanais, peintre et artiste. Il réside en France depuis 2015. Il a lancé le projet « Ta’a naktob » (« Écrivons ensemble »), dont le but est de populariser l’écriture créative (creative writing) auprès des jeunes. Souhaib Ayoub milite pour les droits de l’homme et s’attache à diffuser la notion d’identité de genre. Il est l’auteur de deux romans en arabe (non traduits).

 

Projection du film de Rania Stephan, Le Champ des mots : conversations avec Samar Yazbek (Liban, 2022, 70 min) suivie d’une conversation entre Rania Stephan et Justine Augier | 120 min.

Modération : Coline Houssais (journaliste, traductrice, chercheuse indépendante)

Le cinéma et la littérature peuvent-ils rendre compte de la tragédie de la guerre ? Dialoguant avec l’écrivaine syrienne Samar Yazbek, le film de Rania Stephan tisse des éléments visuels et sonores pour trouver du sens face à la violence du monde. Justine Augier a longuement écrit sur la guerre en Syrie (De l’ardeur. Histoire de Razan Zaitouneh, avocate syrienne, Actes Sud 2019 et Par une espèce de miracle. L’exil de Yassin al-Haj Saleh, Actes Sud, 2021) et son dernier ouvrage Croire. Sur les pouvoirs de la littérature (Actes Sud, 2023) interroge l’urgence d’écrire, de témoigner, de résister par le texte.

À lire | Justine Augier, Croire. Sur les pouvoirs de la littérature (Actes Sud, 2023)

 
DIMANCHE 10 DÉCEMBRE

Entrée libre, sur inscription à adab@iremmo.org | 120 min.

Atelier d’écriture créative (en arabe ou en français): en groupe, les participant·e·s feront connaissance en évoquant des mots issus de leur langue maternelle. Chacun·e tissera ensuite librement son récit en s’imprégnant de ce bagage linguistique et guidé par les observations de l’auteur.

 

 

De 5 à 12 ans, gratuit sur inscription à adab@iremmo.org | 90 min.

L’institut Malac propose un deuxième atelier à destination des 5-12 ans, en entrée libre (gouter offert), afin d’initier les plus jeunes à l’apprentissage de la culture arabe. Des lectures de contes bilingues tirés de la collection Sindbad Jeunesse seront proposées à l’issue des ateliers.

– Atelier découverte de la culture arabe : géographie, histoire, littérature (1h)  

– Lecture bilingue de la collection Sindbad Jeunesse (Actes Sud) La tache noireMon histoireLa Ruse du chacal (30 minutes)

 

 

Entretien individuel | 60 min

Modération: Francesca Isidori (journaliste)

« En plongeant dans la conscience de son héros, Habib Selmi y dépeint avec finesse la puissance du désir, l’acculturation, le lien aux racines » (Astrid Krivian, Afrique Magazine). S’inscrivant avec finesse et humour dans le microcosme d’un immeuble comme il y en a tant à Paris, le dernier roman d’Habib Selmi, La voisine du cinquième, aborde subtilement les questions brûlantes de l’immigration et de l’acculturation, à travers un personnage tout en ambivalences. Ce roman a obtenu le prestigieux prix Katara en 2021.
Né à Kairouan en 1951, Habib Selmi est agrégé d’arabe et travaille à Paris depuis 1983. Il a publié neuf romans et deux recueils de nouvelles qui l’ont placé parmi les meilleurs écrivains tunisiens de langue arabe ».

À lire | La voisine du cinquième (Sindbad / Actes Sud, 2022)

 
 

Entretien croisé | 90 min.

Modération : Francesca Isidori (journaliste)

Retour sur la guerre civile libanaise à travers deux textes et deux auteurs très singuliers, l’un d’ici, l’autre de là-bas, l’un né avec la guerre, l’autre jeune adulte lorsqu’elle éclate :
Chant balnéaire est le récit épique d’une expérience de la guerre civile qui se confond sans cesse avec la vie ordinaire et d’une vie ordinaire qui s’obstine à persister dans la guerre. Oliver Rohe est né en 1972 à Beyrouth, d’un père allemand et d’une mère libanaise, et vit en France depuis 1990. Membre fondateur du collectif et des éditions Inculte, il écrit également des pièces radiophoniques et collabore à plusieurs revues.
Le Tumulte se présente comme un portrait du Liban écrit à la première personne et aux accents autobiographiques. Cette fresque s’étale du début des années 1950 jusqu’en 1982 et les moments les plus sombres de la guerre civile libanaise. Chant d’amour pour une ville mythique, le roman décrit magistralement le mélange de tragique et de picaresque qui colore l’un des derniers grands conflits du vingtième siècle. Selim Nassib est né en 1946 et a grandi à Beyrouth. Il est issu d’une famille juive libanaise d’origine syrienne. Arrivé en France en 1969, il travaille de nombreuses années pour le quotidien Libération, couvrant en particulier l’intervention militaire israélienne au Liban de 1982. Depuis 1990, il se consacre à l’écriture.

À lire | Oliver Rohe, Chant balnéaire (éditions Allia, 2023), Sélim Nassib, Le tumulte (éditions de l’Olivier, 2022)

Le festival Adab vient clôturer le projet de coopération européen LEILAdédié à la promotion de la littérature arabe et sa traduction en Europe.



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2023, 10 novembre). ADAB 2023 Festival des littératures contemporaines du Maghreb et du Moyen-Orient — Paris, du 8 au 10 décembre 2023. IISMM. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q370

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search