Tables rondes | Mémoire créative de la révolution syrienne : 10 ans de résistance — IMA Paris, 4 novembre 2023

4 Novembre 2023 
Samedi : de 15h30 à 19h30

 

Lancée en 2013, la plateforme numérique trilingue (arabe, français, anglais) Mémoire créative de la révolution syrienne est devenue une ressource de référence. Rassemblant et diffusant la production culturelle et artistique de la résistance syrienne, elle se propose d’écrire une histoire indépendante et de constituer une archive du patrimoine immatériel national.
A l’occasion des dix ans de la plateforme, l’Institut du monde arabe organise deux tables rondes pour revenir sur cette expérience citoyenne dans le contexte d’une Syrie éclatée.

 Paris Response, 2023

Table ronde 1 | 15h30-16h45

Comment archiver, traduire et représenter la révolution syrienne ?

Le projet numérique de « mémoire créative » est un défi lancé il y a dix ans contre la falsification ou l’appropriation de l’histoire, pour construire et sauvegarder une mémoire alternative construite par des œuvres publiées en ligne. Le projet soulève de nombreuses questions : y a-t-il une mémoire pour tous ? Que faire des récits contradictoires, même s’ils sont « du même bord » ? Quelle réflexion sur l’identité nationale ; en existait-il réellement une ? De la réalisation d’affiches politiques à la peinture dans l’exil, que dit la mémoire d’un artiste sur l’histoire collective d’un peuple et de son combat pour la justice ? Comment raconter la révolte du peuple syrien, tout en se racontant soi-même ? Que font le temps et la distance à cette mémoire meurtrie par plus d’une décennie de perte, de violence et de destruction ?
Cette table ronde reviendra également aux origines du projet et à son inscription dans les événements de mars 2011 en Syrie.

Avec :

  • Sana Yazigi, graphiste diplômée des Beaux-Arts de l’Université de Damas (1992), fondatrice et chef de projet de la plateforme Mémoire Créative de la Révolution syrienne. Sana Yazigi est également la fondatrice du premier agenda culturel bilingue syrien, The Cultural Diary (2007-2012), et de l’initiative ALWAN proposant de l’art-thérapie aux enfants réfugiés et des séances d’accompagnement psychologique aux adultes au Liban (2012-2018).
  • Tammam Al-Omar, artiste plasticien syrien exilé en France depuis 2014. Ayant payé son engagement de longs mois d’emprisonnements et de tortures – quand éclate, en 2011, la révolution syrienne, il réalise des affiches politiques documentant l’actualité et appelant à la mobilisation contre la répression –, il explore à travers une œuvre protéiforme la représentation du corps torturé, à commencer par le sien et par les violences qui lui ont été infligées. Le travail de Tammam Al-Omar figure aujourd’hui dans de nombreuses collections privées et publiques, dont le British Museum à Londres.
  • Emma Aubin-Boltanski, membre du Centre d’études en Sciences sociales du religieux (CéSor). Ses travaux actuels portent sur les formes d’engagements politiques et religieux des femmes syriennes, ainsi que sur la question des masculinités brisées par la guerre et l’exil. En collaboration avec Nibras Chehayed, elle a traduit 19 femmes. Les Syriennes racontent de Samar Yazbek (Stock, 2019). Elle coordonne les travaux du Lexique vivant de la révolution et de la guerre en Syrie.
  • Modération : Jumana al-Yasiri, curatrice, autrice et traductrice indépendante. Née à Damas, Jumana vit et travaille à Paris depuis 2010. Ses nombreuses interventions et publications portent sur l’art et la migration, la reconstruction de l’identité artistique dans l’exil, les réseaux transnationaux de circulation des œuvres, et la représentation et les conditions de travail des artistes et des producteurs culturels originaires des pays arabes et du sud global.
 

Table ronde 2 | 17h-18h30

État des lieux de la Syrie post-révolutionnaire

Le régime syrien s’est maintenu grâce au concours d’un ensemble exceptionnel de forces régionales et internationales. Mais la « révolution syrienne » n’est pas vaincue et s’inscrit dans un processus révolutionnaire de longue durée dont les ressorts sont à la fois socio-économiques et politiques. Toutefois, depuis 2018, la « fréquentabilité » des autorités syriennes se négocie à bas bruit. Quel rôle a joué le séisme dans son accélération ? Quels sont les résultats concrets de sa réintégration au sein de la Ligue arabe ? Quelle place pour l’ONU dans ce processus ?

La table ronde reviendra sur la situation socio-économique du pays : flambée des prix, chute de la devise syrienne, baisse de l’assistance humanitaire, mesures d’austérité, chômage et bas salaire, sanctions, etc. La nouvelle détérioration des conditions de vie des classes populaires du pays, aggravée par les décisions économiques prises par le gouvernement, a déclenché un mouvement de protestation populaire parti de Suwayda, dans le sud de la Syrie.

Avec :

  • Gilbert Achcar, depuis 2007 professeur en études du développement et relations internationales, School of Oriental and African Studies (Université de Londres), après avoir été enseignant et/ou chercheur à l’Université libanaise, à l’Université Paris-8 et au Centre March Bloch de Berlin. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont Le peuple veut. Une exploration radicale du soulèvement arabe (Sindbad, Actes Sud, 2013) et Symptômes morbides. La rechute du soulèvement arabe (Sindbad, Actes Sud, 2017).
  • Manon-Nour Tannous, maîtresse de conférences en science politique à l’université de Reims Champagne-Ardenne, chercheuse associée à la chaire d’histoire contemporaine du monde arabe au Collège de France, rédactrice en chef de la revue Mondes arabes. Elle a écrit Chirac, Assad et les autres, les relations franco-syriennes depuis 1946 (PUF, 2017), La Syrie au-delà de la guerre. Histoire, politique et société (Le cavalier bleu, 2022) et a dirigé le collectif Fréquenter les infréquentables (CNRS éditions, 2023)
  • Joseph Daher, enseignant à l’Université de Lausanne (Suisse) et professeur affilié à l’Institut universitaire européen de Florence (Italie) où il participe au projet « Syrian Trajectories ». Il est l’auteur de Hezbollah, Un fondamentalisme religieux à l’épreuve du néolibéralisme (Syllepse, 2019) et de Syrie : le martyre d’une révolution (Syllepse, 2022).
  • Modération : Agnès Levallois, analyste spécialiste du Moyen-Orient, vice-présidente de l’iReMMO, membre du comité de rédaction de Confluences Méditerranée, chargée de cours à Sciences-Po Paris. Elle a rédigé les notices sur la Syrie et le Proche Orient dans l’Atlas militaire et stratégique (Autrement, 2023).
 


Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2023, 23 octobre). Tables rondes | Mémoire créative de la révolution syrienne : 10 ans de résistance — IMA Paris, 4 novembre 2023. IISMM. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q35v

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search