Appel à contributions | Revue d’histoire contemporaine de l’Afrique (RHCA), n°7 « Travail et syndicalisme en Afrique au XXème siècle » — LIMITE : 01/11/2023

Le septième numéro de Revue d’Histoire Contemporaine de l’Afrique (RHCA), à paraître à la fin de l’année 2024, sera consacré au thème « Travail et syndicalisme en Afrique au XXème siècle », sous la direction de Françoise Blum (CHS, CNRS), Ophélie Rillon (IMAF, CNRS) et Elena Vezzadini (IMAF, CNRS).

Ce dossier thématique invite à réinvestir l’histoire du syndicalisme en Afrique à l’aune de nouvelles perspectives de recherche. Le syndicalisme africain, du nord au sud du continent, a fait l’objet d’une riche historiographie. Souvent née en concomitance avec le développement des mouvements ouvriers dans des contextes de colonialisme tardif (Davison 1954, Williams 1955, Mboya 1956), elle n’a pas cessé de se renouveler, en lien avec l’évolution des approches sur l’histoire du travail dans le sud global. Si, dans les années 1960 et 1970, l’historiographie s’est emparée d’objets classiquement marxistes (relations de travail et syndicats ; liens entre syndicats, politique, capitalisme et industrialisation) (Friedland 1974), depuis la fin des années 1980, de nouvelles recherches, propulsées par les travaux de Frederick Cooper (1996), ont mis l’accent sur les formes de mobilisation en contexte colonial et le rôle des syndicats dans le processus de décolonisation politique.

Avec ce dossier, il s’agit d’enjamber le moment des décolonisations pour saisir les reconfigurations syndicales dans la durée, par-delà les luttes anticoloniales et jusqu’au tournant du 21e siècle. Il s’agit également de faire du syndicalisme un objet d’étude en soi, sans présager de sa conflictualité et en s’intéressant aux formes routinières de la vie des organisations syndicales, en questionnant les rapports de pouvoir qui façonnent les organisations en interne et la façon dont se transmettent (ou non) l’histoire et les héritages syndicaux. On sera aussi attentif à la dimension interconnectée des syndicats à l’échelle du continent et avec le reste du monde (Confédérations syndicales mondiales, centrales européennes, américaines ou asiatiques).  L’intérêt sera enfin porté à des formes d’organisations professionnelles non syndicales (telles que les mutuelles ou les associations) qui défendent les droits des travailleuses et travailleurs non-salariés ou parmi les plus précaires.

***
En mai 1935 éclatent les premières grandes grèves de travailleurs noirs dans les mines de cuivre du Copperbelt en Rhodésie du Nord (actuelle Zambie). Celles-ci sont violemment réprimées par l’administration coloniale britannique. L’année suivante en France, le Front populaire octroie pour la première fois aux travailleurs africains de ses colonies le droit de créer leurs propres organisations syndicales. Les années 1930 voient ainsi émerger les premières organisations officiellement reconnues de défense des droits des travailleurs sur le sol africain et avec elles de nouvelles formes de luttes et de revendications parmi les salariés colonisés (grève des cheminots sénégalais de 1938 etc.). Si ce droit est largement remis en cause pendant la 2ème guerre mondiale, le syndicalisme africain prend un nouvel élan après 1945 dans le sillage des luttes anticoloniales, réclamant l’égalité des droits puis l’indépendance. Avec les décolonisations, de nouvelles histoires syndicales se dessinent dans le contexte de la guerre froide et des constructions nationales, avec le passage souvent rapide de systèmes démocratiques à des régimes de parti unique. Les droits syndicaux se retreignent et les responsables politiques imposent la mise en place de centrales syndicales uniques dans de nombreux pays, souvent étroitement contrôlées voire soumises aux partis uniques. Mais les organisations syndicales jouent aussi un rôle de premier plan dans les changements de régimes, révoltes et révolutions des années 1960-1970. De nombreuses facettes de cette histoire syndicale contemporaine restent à explorer pour saisir les reconfigurations des organisations professionnelles face aux transformations politiques et à celles des mondes du travail au cours du XXème siècle.

En effet, l’historiographie du syndicalisme en Afrique a largement été écrite à l’aune d’une grille de lecture qui mettait en lumière les luttes syndicales en articulation avec l’histoire politique des décolonisations africaines. Les approches marxisantes concevaient les syndicats comme un outil d’émancipation de la classe ouvrière africaine face à l’oppression de l’État (colonial ou post-colonial) (Stichter 1975). D’autres en critiquaient l’existence au regard de la faible existence de classes ouvrières sur le continent, de leur position privilégiée dans les mondes du travail, ou encore de la nature ‘atypique’ du capitalisme et de la lutte de classe dans le continent (Scott 1967, Kraus 1976). Cette polarisation a largement perduré dans les décennies suivantes, érigeant les syndicats en force progressiste et héros de l’indépendance ou, à l’inverse, comme des outils voués à disparaître sous les régimes de parti unique. Après les travaux fondateurs de Frederick Cooper sur l’histoire syndicale en contexte colonial, de récentes recherches se sont intéressées aux périodes postérieures aux décolonisations grâce notamment à l’ouverture de nouveaux fonds d’archives en Afrique et dans le monde. Ces recherches montrent que les syndicats ont été des acteurs fondamentaux – aux côtés des partis politiques, des organisations étudiantes (Blum 2017), de jeunesse ou de femmes (Rillon 2022) – des révoltes populaires et des changements de régime des années 1960 à 1980, même si les temporalités diffèrent d’une région à l’autre du continent africain (Kraus 2007). A la vue de ces travaux, les syndicats tendent à attirer l’attention des historiens et historiennes uniquement dans des contextes paroxystiques de luttes : révolution congolaise de 1963 ; insurrection voltaïque de 1966 ; Mai dakarois de 1968 et malgache de 1972, pour ne citer que quelques exemples (Blum 2014 ; Kabeya 1989).

Avec ce dossier, nous proposons un renouvellement de cette historiographie en accordant une attention accrue et inédite aux vécus des travailleuses et travailleurs africains, à leurs subjectivités et à leurs logiques d’action. Cette démarche permet de relire l’histoire du syndicalisme africain à l’aune d’une double ambition : écrire une histoire du syndicalisme au quotidien et écrire une histoire transnationale des syndicats par le bas. En orientant la focale sur les rapports sociaux de travail et le militantisme ordinaire, ce dossier invite également à dépasser l’universalisme abstrait qui invisibilise les travailleuses dans l’histoire du syndicalisme africain. Il s’agit ainsi de faire de la catégorie du genre un outil d’analyse pour renouveler le regard sur l’histoire des inégalités au travail et dans les organisations professionnelles. Enfin, ce dossier entend réarticuler l’étude du syndicalisme avec l’histoire des mondes du travail, et donc des travailleurs et travailleuses africaines qui sont les acteurs et les actrices de cette histoire syndicale.

Axes de recherche :

En considérant que les syndicats mènent des combats qui se situent dans une zone liminaire entre droits du travail, droits sociaux et politiques, nous invitons les auteurs et autrices à explorer les trois axes de recherche suivants :

Axe 1 : Connexions syndicales en contexte de décolonisation et de guerre froide :  solidarités internationales et panafricanismes.

 Par-delà la question de l’autonomie syndicale bien documentée dans les travaux scientifiques (Dewitte 1981 ; Fall 2006 ; Dedieu 2011), il s’agit d’explorer la fabrique concrète de la solidarité syndicale en contexte de décolonisation et de guerre froide, et ce jusqu’au « reflux internationaliste » des années 1980 (Delalande 2018). Diverses connexions se tissent à l’échelle continentale et internationale qui débordent les liens noués avec les centrales métropolitaines. Voyages, rencontres, conférences, écoles de formation de cadres syndicaux constituent autant de moments où se façonnent des savoirs et savoir-faire syndicaux communs, mais où s’expriment aussi des conceptions divergentes sur le droit du travail et les enjeux de la lutte syndicale. En suivant les pas des Africains et Africaines dans ces arènes syndicales transnationales, en documentant les échanges idéologiques, affectifs et matériels qui s’y nouent, ce dossier invite à écrire une « histoire désenclavée » (Delalande 2018) du syndicalisme africain pour saisir les multiples connexions au monde des travailleurs et travailleuses du continent (Lafond et Fauvelle 2022).

Axe 2 : Le genre des organisations syndicales et professionnelles. 

Le syndicalisme apparait comme une histoire d’hommes où les femmes peinent à trouver leur place. Si la féminisation de certains secteurs professionnels, à l’image de la santé et de l’éducation, a accru la syndicalisation des femmes, cette histoire reste à écrire. Et quand bien même des travailleuses salariées se syndiquent, elles accèdent rarement aux postes de représentativité syndicale et demeurent largement invisibles dans les archives, l’histoire et les mémoires syndicales. Ce dossier invite à explorer à la fois la division sexuée du travail syndical, la fabrique des masculinités syndicales (Lindsay 2003) et les espaces « hors syndicats » d’organisation et de défense des travailleuses. Si des organisations syndicales spécifiquement féminines ont vu le jour dans certains contextes (à l’exemple du Comité des femmes travailleuses au Soudan-français/Mali à l’époque coloniale tardive), les travailleuses se sont aussi organisées en associations, mutuelles, ou encore tontines dont le périmètre d’action déborde l’identité professionnelle de leurs adhérentes et couvre l’ensemble des espaces de vie (responsabilités familiales, sociales, économiques, voire religieuses).

Axe 3 : Le travail syndical au quotidien 

Inspirés par les travaux de de Certeau (1980), nous pensons que c’est dans les pratiques banales, quotidiennes et ordinaires que la recherche peut saisir les sensibilités des actrices et acteurs syndicaux. En effet, les organisations syndicales ont longtemps été étudiées à travers les évènements les plus spectaculaires (grèves, manifestations). Au lieu de regarder ces tensions au niveau macroscopique, ce dossier propose de se situer à une micro échelle, en analysant la façon dont les syndicats fonctionnent au jour le jour, la manière dont ils contribuent à façonner un système de valeurs, une idéologie, une éthique de travail, ou encore comment ils ritualisent leurs pratiques. Mettre l’accent sur cette quotidienneté invite aussi, dans le sillage des travaux de sociologie, à envisager l’activité syndicale comme un « travail » (Lhuilier et Meynaud 2014 ; Gassier et Giraud 2020). Cela suppose d’inscrire le syndicalisme dans son environnement économique en tenant compte des rétributions matérielles et symboliques engendrées par le « travail syndical », des logiques de professionnalisation et de division des tâches au sein des organisations. Ces dynamiques, davantage explorées sur les terrains occidentaux, méritent d’être questionnées à l’aune des expériences syndicales africaines contemporaines afin de comprendre comment se construit l’engagement syndical au quotidien.

Calendrier prévisionnel :

1 novembre 2023 : date limite d’envoi des propositions d’articles inédits, une page maximum en français ou en anglais aux adresses suivantes : fblum[at]univ-paris1.fr ; ophelie.rillon[at]cnrs.fr ; elena.vezzadini[at]cnrs.fr

5 novembre 2023 : notification aux auteur.e.s des propositions retenues.

10 janvier 2024 : date limite d’envoi des articles rédigés (50 000 signes maximum).

Fin d’année 2024 : parution du dossier

 

Plus d’informations : ici



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2023, 3 octobre). Appel à contributions | Revue d’histoire contemporaine de l’Afrique (RHCA), n°7 « Travail et syndicalisme en Afrique au XXème siècle » — LIMITE : 01/11/2023. IISMM. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q34l

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search