Appel à contributions | Revue REMMM n° 158 (2/2025) « Action philanthropique et développement au Proche-Orient. Acteurs, pratiques et expertises (XXe-XXIe siècles) » — LIMITE : 01/12/2023

Projet de publication proposé par Malak Labib (Institut français d’archéologie orientale) et Annalaura Turiano (Université Gustave Eiffel) 

Ce numéro a pour objet l’action philanthropique et son lien avec les politiques et pratiques de développement au Proche-Orient aux xxe et xxie siècles. À distance d’une histoire du développement souvent centrée sur l’État, l’objectif est double : d’une part, étudier conjointement le rôle d’acteurs locaux et internationaux dans la fabrique des savoirs et des pratiques sur le développement et, de l’autre, réfléchir à la manière dont l’action philanthropique s’articule aux politiques publiques de développement, au cours de la période concernée.

Le terme de philanthropie nous permet de penser ensemble une variété d’acteurs (locaux, internationaux, confessionnels, non confessionnels) et de structures (associations, fondations, trusts) privés revendiquant agir pour l’intérêt général. Liée à l’émergence, dès la fin du xixe siècle, d’une pensée de la réforme sociale (al-iṣlāḥ al-ijtimā‘i en arabe), la philanthropie se différencie d’autres modèles de bienfaisance, telles que la bienfaisance chrétienne ou musulmane plus traditionnelle, par d’autres formes et objectifs d’intervention sociale inspirés des idées de progrès et de prévention (Fallas, 2023 ; Singer, 2014 ; Ibrahim et Sherif, 2008).

À rebours de la vision selon laquelle la philanthropie serait une étape précédant la mise en œuvre des politiques de welfare et l’émergence de l’État développementaliste, mais en questionnant également le récit qui insiste sur la multiplication de fondations privées comme effet du désengagement progressif de l’État à partir des années 1970, ce numéro invite à réfléchir aux enchevêtrements et à la porosité entre action publique et action privée au Proche-Orient. Il s’intéresse plus précisément aux territoires du monde arabo-musulman restés – à divers degrés – sous tutelle ottomane jusqu’aux premières décennies du xxsiècle.

Ces territoires s’émancipent graduellement du cadre impérial ottoman, tout en étant soumis à diverses formes de contrôle colonial (de l’Égypte sous contrôle britannique puis semi-indépendante aux mandats SDN dans le Levant). L’héritage colonial ainsi que les différentes temporalités de construction étatique, et la diversité des régimes politiques qui ont coexisté et se sont succédé du début du xxe siècle à nos jours, sont autant d’éléments qui font de ces territoires un observatoire pertinent pour analyser les reconfigurations entre philanthropie privée et politiques publiques de développement. À cela s’ajoute la diversité religieuse de ces espaces qui invite à réfléchir à la manière dont les acteurs philanthropiques confessionnels investissent de manière concurrentielle le champ du développement (Faure, Yankaya et Ferrière, 2022). Outre l’analyse des configurations nationales spécifiques et des différentes déclinaisons de l’action publique selon les pays, il s’agit de mettre au jour les dynamiques partagées – ainsi que les circulations d’expertise – à l’échelle régionale.

L’approche de longue durée invite à questionner certaines scansions chronologiques généralement associées à l’histoire de la philanthropie et du développement. Sans ignorer les stratégies de modernisation qui se déploient dans le cadre ottoman (Özbek, 2005), et les formes d’intervention propres à la “mission civilisatrice” au xixe siècle (Matasci et Desgrandchamps, 2020), nous prenons comme point départ la période de l’entre-deux-guerres. Cela nous permettra d’analyser de manière conjointe la “germination des idées de développement” (Schayegh, 2015) et l’émergence d’une “philanthropie scientifique” visant à déterminer les causes des problèmes sociaux afin d’élaborer des solutions applicables à grande échelle (David et Tournès, 2014).

La reconfiguration des réseaux d’aide et d’expertise à l’heure des décolonisations et de la “Guerre froide globale” constitue un autre moment fort : la région devient alors une arène où se multiplient des projets de coopération et d’aide au développement portés par de nombreux acteurs internationaux, en collaboration avec les élites locales. Ces collaborations méritent d’être mieux étudiées afin de questionner la vision de l’État développeur comme une entité homogène. Enfin, l’adoption d’une approche de longue durée doit permettre de repenser et d’historiciser les transformations engendrées par le tournant néo-libéral, du point de vue de l’articulation entre logiques privées et politiques publiques.

Ce numéro se propose de faire dialoguer deux courants d’étude en plein renouvellement : les travaux sur la philanthropie et les pratiques du « bien », d’une part, et les études sur ce que différents acteurs ont pu rassembler au cours de l’histoire sous le terme de développement, de l’autre. La philanthropie, ses formes et ses usages suscitent un regain d’intérêt au cours des dernières années (Duvoux, 2017 ; Depecker, Deplaude et Larchet, 2018 ; Topalov et al., 2019). Ces travaux interrogent la philanthropie à l’aune de ses réseaux et de ses interactions avec l’action publique (Duvoux, 2017 ; Lambelet, 2014 ; Zunz, 2012). Ce faisant, ils éclairent à nouveaux frais la construction de l’État providence ainsi que la reconfiguration de l’action publique, au tournant du xxie siècle. Concernant le Proche-Orient, une analyse de longue durée des relations État-société au prisme de la philanthropie reste à faire, malgré un intérêt renouvelé envers l’histoire de la bienfaisance (Ener, 2003 ; Özbek, 2005 ; Pollard, 2014 ; Singer, 2014 ; Öztürk, 2021 ; Derbal, 2022 ; Fallas, 2023).

Les travaux sur l’histoire du développement ont – eux aussi – connu un renouvellement important au cours des trois dernières décennies. Si, dans une partie de ces travaux, le développement est analysé comme un dispositif de savoir-pouvoir, produit par les élites occidentales de la Guerre froide et contribuant à construire le Tiers-Monde comme objet d’intervention (Escobar, 1995 ; Rist, 1997), l’approche adoptée ici se veut cependant plus empirique (Cooper, 2010 ; Hodge, 2016). Elle s’inspire, en ce sens, des travaux historiques récents qui ont porté attention à la diversité des acteurs impliqués dans la mise en œuvre des projets de développement. Une telle approche a été accompagnée par un élargissement du cadre chronologique qui entendait tenir compte des origines en partie coloniales des pratiques et discours de développement, et en particulier la prolifération des projets de développement dans les empires britannique et français des années post-Seconde Guerre mondiale (Cooper et Packard, 1997 ; Moon, 2007). Notons que ces travaux ont essentiellement porté sur l’Asie du Sud et l’Afrique sub-saharienne, même si le Proche-Orient a fait l’objet de certains travaux importants (Bono et Hibou, 2017 ; Citino, 2017 ; Jackson, 2013 ; Norris, 2013 ; Seikaly, 2015 ; Tignor, 1998 ; Trentin, 2010).

Par une ouverture interdisciplinaire, ce numéro invite à une mise en dialogue d’approches, méthodes et cadres conceptuels différents. L’objectif est de mettre en perspective des analyses récentes du phénomène philanthropique, produites par des politistes et des sociologues, avec des approches historiques fondées sur la mobilisation d’une grande diversité de sources : archives étatiques, archives d’associations, de fondations et d’autres organismes philanthropiques, archives missionnaires, périodiques, sources orales.

La réflexion est centrée autour d’un certain nombre de questions : Quel rôle jouent les acteurs philanthropiques locaux et internationaux dans le champ du développement et quelles relations tissent-ils ? Quelles formes de savoir, d’expertise et de pouvoir émergent de ces interactions ? Comment l’action philanthropique s’articule-t-elle à l’émergence de l’État développementaliste, sous ses différentes formes, dans la région ? Enfin, si les années 1970 sont marquées par les premières remises en question des concepts et pratiques liées à l’État développeur, selon quelle chronologie peut-on penser l’émergence d’un nouveau régime de développement ? Et quelles formes prend-il ?

Les contributions proposées dans le cadre de ce numéro pourront s’inscrire dans l’un des trois axes suivants :

Axe 1-Acteurs, réseaux et pouvoir

L’objectif de cet axe est de réfléchir à l’articulation entre philanthropie et politiques de développement à travers l’analyse des acteurs, des structures et des réseaux constitués à la charnière entre appareils étatiques et organisations privées. Outre l’évolution et la reconfiguration de ces réseaux, il s’agit d’éclairer les relations de pouvoir qui sous-tendent les interactions entre acteurs et, plus généralement, les liens entre philanthropie et domination (Monier, 2018 ; Depecker, Deplaude et Larchet, 2018).

Pour la période de l’entre-deux-guerres – marquée par la “germination” des idées et pratiques liées au développement (Schayegh, 2015) – il s’agira d’élargir la focale au-delà des élites coloniales, en portant attention à d’autres acteurs et réseaux qui développent ces pratiques et discours : experts internationaux, élites politiques et économiques locales, missionnaires et fondations philanthropiques internationales. La période des indépendances correspond, quant à elle, à l’apogée des politiques de développement et à l’émergence du modèle de l’État développeur, dont l’Égypte de Nasser est emblématique. Le contexte de la Guerre froide est central pour comprendre le repositionnement des grandes organisations philanthropiques américaines/internationales qui conçoivent en partie leur mission comme celle de promouvoir le développement économique des pays du “Tiers-Monde” afin de les tenir à l’écart de l’influence soviétique.

Au-delà de ces repositionnements, on peut s’interroger sur le rôle d’acteurs philanthropiques locaux, sur les liens qu’ils entretiennent avec les organismes internationaux ainsi qu’avec les pouvoirs publics, à l’heure du développementalisme d’État. Enfin, nous attirons l’attention sur l’évolution du rôle des institutions philanthropiques dans le contexte néolibéral (Abu-Sada et Challand, 2012 ; Catusse, Destremau et Verdier, 2010), marqué par des processus de « décharge de l’État » (Hibou, 1999). Comment les modes de délégation des politiques étatiques de développement à des organismes philanthropiques permettent-ils d’interroger la redéfinition de l’action publique et la reconfiguration des pouvoirs autoritaires dans la région ?

Axe 2- Outils de savoir et d’action

S’intéresser à l’univers philanthropique dans sa relation avec les politiques de développement requiert également de se pencher sur les enjeux de labellisation au fil du temps et de s’interroger sur la production et la circulation des savoirs – entre élites politiques, acteurs gouvernementaux et organismes philanthropiques. Se pose en particulier la question des outils de savoir et d’action élaborés et adoptés par les divers acteurs.

Quels registres discursifs mobilisent-ils et comment pensent-ils leurs actions ? De quelle manière l’émergence d’une “philanthropie scientifique” dans l’entre-deux-guerres s’articule-t-elle à l’élaboration de savoirs sur le développement (Bourmaud, 2020 ; Schayegh, 2018) ? Quelles ruptures et continuités est-il possible de relever par rapport aux formes de la philanthropie ottomane ? Par ailleurs, comment les acteurs philanthropiques et internationaux repensent-ils leurs cadres intellectuels et conceptuels à l’heure des décolonisations ? De quelles manières la notion de bien commun est-elle retravaillée en fonction des priorités définies par les politiques étatiques de développement ?

Enfin, cet axe entend réfléchir aux liens qui se tissent entre économie capitaliste, philanthropie et développement. Les transformations du capitalisme ont-elles des effets sur les formes organisationnelles et les statuts des organisations philanthropiques et de leur rapport à l’État ? Considérant le don comme un investissement social, le phénomène du philanthrocapitalisme « prétend accroître l’efficacité de la philanthropie en appliquant les logiques de marché issues du monde de l’entreprise à la sphère caritative » (McGoey, Thiel et West, 2018). Comment cette éthique capitaliste du don s’articule à de nouveaux savoirs et à des nouvelles ingénieries de développement dans le contexte proche-oriental ?

Axe 3-Pratiques et champs d’intervention

Ce dernier axe se propose d’observer l’articulation entre philanthropie et développement à l’aune des pratiques, des terrains et des secteurs d’intervention. Dans quels champs, domaines, ou pour quelles causes en particulier (développement industriel et rural, éducation, pauvreté alimentaire, questions environnementales etc.) est-il possible d’observer cette articulation ? Selon quelles modalités se déploie-t-elle et quels éventuels partages des tâches et/ou concurrences entre les différents acteurs implique-t-elle ? Par quels réseaux relationnels et matériels sont fabriquées les actions philanthropiques ?

En partant des pratiques et des domaines d’action, cet axe se propose également de réfléchir aux reconfigurations de cette articulation. Comment, par exemple, la lutte contre la pauvreté ou encore l’action en faveur de l’alphabétisation permettent-elles de penser l’évolution des rapports entre les acteurs publics et la “nébuleuse philanthropique” (Duvoux, 2017) au fil du temps ? Que révèlent ces réagencements des enjeux de pouvoir, des luttes de concurrence entre différents acteurs ? Que révèle le “brouillage des frontières entre sphères publique et privée” (Ruiz De Elvira, 2019) des reconfigurations de l’action publique au cours des dernières décennies ? Et comment ces évolutions contribuent-elles à une transformation des formes de gouvernementalité ?

Calendrier

Les propositions d’article (4000 signes maximum), accompagnées d’une courte notice biographique, sont à envoyer avant le 1er décembre 2023 à Malak LABIB : mlabib[at]ifao.egnet.net ; Annalaura TURIANO : annalauraturiano[at]gmail.com. Les auteurs seront contactés avant la fin du mois suivant.

Les articles, rédigés en français ou en anglais, et d’un volume maximal de 45000 signes, devront être soumis au plus tard le 1er mai 2024. Pour plus d’informations concernant les règles de rédaction et le processus éditorial, voir ici : https://journals.openedition.org/remmm/3004.

La parution du numéro est prévue pour l’automne 2025.

À retrouver sur OpenEdition



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2023, 13 septembre). Appel à contributions | Revue REMMM n° 158 (2/2025) « Action philanthropique et développement au Proche-Orient. Acteurs, pratiques et expertises (XXe-XXIe siècles) » — LIMITE : 01/12/2023. IISMM. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q32y

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search