Appel à contributions | Revue Cahiers d’Études africaines, numéro thématique « Tensions dans le genre » — LIMITE : 15/09/2023 

Ce numéro des Cahiers d’études africaines propose de réfléchir à la production de connaissances sur le genre en Afrique subsaharienne. Chercheurs et chercheuses partagent le constat d’une tension empirique entre, d’une part, de persistantes inégalités structurelles de genre et, de l’autre, une importante autonomie économique des femmes, leur forte présence dans l’espace public et leur mobilité spatiale considérable (Adjamagbo & Gastineau 2017). Ce constat donne lieu à des analyses variées en fonction de grilles de lecture qui diffèrent ou sont parfois contradictoires, et donc elles aussi « en tension » — théorique cette fois. Ce numéro propose de rassembler des travaux qui s’appuient sur des matériaux empiriques pour éclairer les points de tension analytiques spécifiques aux recherches sur les dynamiques de genre en Afrique.

Si le titre de ce dossier fait implicitement référence au célèbre Trouble dans le genre de Judith Butler (1990), il n’appelle pas simplement des textes étudiant les identités de genre ou les modèles et les orientations sexuelles. Cette référence à Butler est plutôt une invitation à troubler les catégories en place. L’objectif est ainsi de mettre en débat des concepts ou des regards sur les rapports de genre dont la définition et l’usage sont loin d’être partagés par toutes et tous mais dont la mobilisation, ou à l’inverse la mise à distance, restent peu discutées. D’un côté, des travaux contestent la pertinence du paradigme de la domination dans le contexte africain. Pour certain·e·s, ces contradictions témoignent plutôt de la capacité des femmes à retourner les armes des hommes contre eux-mêmes (Broqua & Doquet 2013). D’autres considèrent que la conformation aux normes de genre (familiales ou religieuses) confère aux femmes des espaces d’autonomie, voire de pouvoir, parfois très importants (Moya 2015 ; Gning 2019). D’un autre côté, des travaux soutiennent que les institutions patriarcales contraignent fortement les possibilités d’émancipation des femmes (Adjamagbo & Calves 2012). Pour des chercheuses comme Hill Collins (1990), l’enjeu n’est pas de questionner le paradigme de la domination mais d’en définir le contenu. Ces positions distinctes interrogent l’application de nombreux concepts utilisés habituellement dans les études de genre, tels patriarcat, domination masculine, pouvoir, autorité, division sexuelle du travail, égalité et émancipation.

Si troubler peut renvoyer à la perturbation des études sur le genre ici appelées à refuser les automatismes analytiques et conceptuels, le terme peut aussi traduire l’idée que les concepts ne sont jamais transparents — ils ont une part de trouble, et c’est de ce trouble que peut surgir le renouvellement théorique. Quels savoirs académiques, grilles d’analyse et outillages conceptuels liés au genre sont utilisés pour travailler aujourd’hui en/sur l’Afrique, et quels en sont les ressorts ? Dans quelle mesure les théories, les concepts et les méthodologies féministes — et lesquels — sont mobilisés dans les travaux universitaires ? Quelles critiques sont formulées à leur égard ? Quelles notions et quelles postures sont mises à distance ? Comment celles-ci sont-elles revisitées par les chercheurs et chercheuses qui pensent les Suds et/ou pensent depuis les Suds ? Quelles théorisations alternatives sont avancées pour renouveler les approches ? À travers ces questions, ce numéro propose de confronter les grilles de lecture, concepts et théories aux contextes étudiés en partant de travaux de terrain récents ou de travaux historiques. Dans quelle mesure les sociétés africaines — d’hier et d’aujourd’hui — viennent-elles déstabiliser le genre comme catégorie d’analyse ?

Les transformations récentes dans les rôles et les statuts féminins — tels une meilleure scolarisation des filles, l’accès à l’emploi, la participation des femmes aux budgets des ménages ou encore les nouveaux modèles conjugaux — sont bien documentées. Susceptibles de remettre en cause certaines prérogatives masculines, ces transformations s’accompagnent de discours et pratiques variés qui peuvent parfois paraître contradictoires les uns avec les autres, ou contraires à une transformation en profondeur des rapports de genre. L’institution du mariage et, plus généralement, la « scène familiale » occupent toujours une place centrale dans le devenir des hommes et des femmes en Afrique (Moguérou & Wayack-Pambè 2018 ; Vampo 2018). Elles vont de pair avec un système normatif où l’hétérosexualité fait office de modèle de référence peu remis en cause. Les tensions dans le genre semblent exacerbées dans les espaces familiaux (qui ne se restreignent pas à la sphère domestique), entre hommes et femmes, mais aussi entre hommes ou entre femmes (Gning 2017 ; Moya 2017 ; Moguérou et al. 2019 ; Durand Sall 2021). Des tensions analogues se retrouvent aussi dans les champs religieux et politique ou encore dans celui du travail (économique, militant, associatif).

La tension entre effets de contraintes des inégalités structurelles de genre et capacité d’action à même d’ouvrir le champ des possibles pour les femmes d’Afrique sub-saharienne est loin d’être nouvelle. Et hier, comme aujourd’hui, les femmes se sont par exemple engagées dans des mouvements féminins et/ou militent pour améliorer les conditions de vie et les droits des femmes sans pourtant ni nécessairement utiliser l’étiquette féministe pour qualifier leurs aspirations (Sow 2007 ; Gning 2022). Ces tensions sont-elles plus visibles dans la période actuelle marquée par de profondes transformations sociales et notamment une urbanisation massive ? Les grands centres urbains sont des lieux hétérogènes de fabrique sociale active, entre innovation et héritage (Coquery-Vidrovitch 2006). Ils sont un véritable laboratoire sociologique des rapports de genre. Des tensions dans le genre travaillent aussi d’autres espaces géographiques en transformation, par exemple dans les villes secondaires où l’habitat est particulièrement dense ou dans des espaces ruraux marqués par une forte émigration masculine (Durand Sall 2021).

Ce numéro invite ainsi les contributeurs et contributrices à discuter, à partir d’études empiriques, des points de tension analytique et théorique présents dans leurs recherches, au regard des débats épistémologiques internationaux sur le genre. Cette proposition rejoint des débats anciens sur diverses sociétés des Suds en anthropologie (Ferchiou et al. 1982 ; Strathern 1988), en sociologie ou en démographie (Locoh & Puech 2008). Elle fait aussi écho aux controverses contemporaines sur la pertinence de la notion de patriarcat pour l’analyse des sociétés africaines (par ex. Wayack-Pambè & Sawadogo 2017). Elle vise à prolonger, à la lumière de situations empiriques actuelles, les travaux très conséquents qui discutent de l’opérativité d’un appareillage théorique initialement conçu dans le Nord pour analyser les dynamiques de genre sur le continent africain. Témoins de tels débats, les réflexions développées en/depuis l’Afrique anglophone (voir par exemple, la compilation récente d’Olajumonke & Toyin 2021) où de premières critiques allant dans le sens d’un « ethnocentrisme des études de genre » ont été formulées dès les années 1980 (Bouilly, Dutoya & Saiget 2022), ainsi que les travaux décoloniaux, élaborés « depuis les marges » (hooks 2017), qui pourront nourrir les réflexions développées dans le cadre de ce numéro. Plus largement, l’approche suivie s’inscrit dans le sillon du classique Africa and the Disciplines de Bates, Mudimbe et O’Barr (1993), qui, il y a 25 ans, réfléchissait à la contribution des études africaines aux sciences humaines et sociales. Dans quelle mesure les terrains africains peuvent-ils ou viennent-ils déstabiliser les connaissances produites sur le genre ? C’est in fine ce qu’il s’agit d’interroger.

Modalités de soumission

La date limite pour l’envoi des résumés (500 mots maximum), rédigés en anglais ou en français

est fixée au 15 septembre 2023

Les propositions sont à envoyer à tensionsgenre.ceaf[at]gmail.com.

Les propositions sous forme d’un document Word, seront rédigées en police Times New Roman, taille 12, interligne simple.

Elles indiqueront : les noms, prénoms, affiliation(s), statuts et coordonnées de·s l’auteur·rice·s ; le titre proposé ; le ou les terrains d’enquête présentés et les méthodes de collecte des données ; et un résumé de l’argument proposé (maximum 500 mots).

Les auteur·rice·s seront informé·e·s de la sélection des propositions retenues le 2 octobre 2023 et la date limite de réception des premières versions des articles est fixée au 22 décembre 2023.

Coordinateurs

  • Laure Moguérou (UPN/CRESPPA-GTM, IRD- LPED)
  • Charlotte Vampo (IRD-LPED)
  • Sadio Ba Gning (UGB)
  • Ismaël Moya (CNRS-École Polytechnique, LESC)

Références bibliographiques

Adjamagbo A. & Calvès A., 2012, « L’émancipation féminine sous contrainte », Autrepart, 2 (2) : 3-21.

Adjamagbo A. & Gastineau B (dir.), 2017, Le genre dans les recherches africanistes,- Marseille, AMU, IRD, LPED (Les Impromptus du LPED, 2).

Aniekwu N., 2006, « Converging Constructions : A Historical Perspective on Sexuality and Feminism in Post-Colonial Africa », African Sociological Review, 1 : 143-160.

Bates R. H., Mudimbe V. Y. & O’Barr J. F., 1993, Africa and the Disciplines, The Contributions of Research on Africa to the Social Sciences and Humanities, Chicago University, Chicago Press.

Bouilly E., Dutoya V. & Saiget M., 2022, « Gender Knowledge : Epistemological and Empirical Contributions from the Global South », Journal of International Women’s Studies, 23 (2) : 1-11.

Brilleau A., Roubaud F. & Torelli C., 2005, « L’emploi, le chômage et les conditions d’activité », Enquête 1-2-3, phase 1, Stateco, 99 : 44-63.

Broqua C. & Doquet A., 2013, « Les normes dominantes de la masculinité contre la domination masculine ? », Cahiers d’Études africaines, 209-210 : 293-321.

Butler J., 1990, Gender Trouble : Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge (2005, Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, préface d’É. Fassin, trad. de C. Kraus, Paris, La Découverte).

Coquery-Vidrovitch C., 2013 [1994], Les Africaines, Histoire des femmes d’Afrique subsaharienne du XIXe au XXe siècle, Paris, La Découverte/Poche.

Durand Sall D., 2021, « “La maison de ma mère”. De la patri-virilocalité au cycle domestique féminin chez les Wolof », Journal des africanistes, 91 (1) : 106-128.

Ferchiou S., Le Cour Grandmaison C. & Mathieu N.-C., 1982, « Rapport de l’atelier : Anthropologie des femmes et femmes anthropologues », Bulletin de l’Association française des anthropologues, 8 : 33-37.

Gning S. B., 2019, « La religion, une ressource à l’entrepreneuriat féminin au Sénégal », in La religion au travail, Sociologies pratiques, 39 (2) : 133-144.

Gning S. B., 2022, « Luttes féminines au Sénégal : aspirations et raisons d’agir d’entrepreneures sociales », in B. Almoravid & G. Ndour, Le combat féministe en Afrique de l’Ouest : avant, pendant et après la colonisation, Brussels, Institute for Epistemological Studies (IESE) : 40-67.

Gning S. B., 2017, « Masculin et féminin, aînés et cadets : recomposition du statut d’aidant et des solidarités intergénérationnelles familiales au Sénégal », Enfance, Famille et Génération, 27.

Gomez-Perez M. & Ba S., 2015, « Les prédicatrices au Sénégal : de la visibilité à la légitimité religieuse et sociale (des années 1980 à nos jours) » in A. Seck & M. Kaag, C. Guèye, & A. S. Fall (dir.), État, Sociétés et Islam au Sénégal, Paris, Khartala.

Gomez-Perez M. & Brossier M., 2016, « Négocier et habiter les normes sociales en Afrique au sud du Sahara : mobilisations et extraversions sociales et politiques des femmes », Recherches féministes, 29 (2) : 3-16.

Kandiyoti D., 1988, Bargaining with Patriarchy, Gender and Society, 2 (3) : 274-290.

Hertrich V., 2017, « Trends in Age at Marriage and the Onset of Fertility Transition in Sub-Saharan Africa », Population and Development Review, 43 : 112-137.

Hill Collins P., 1990, « Black Feminist Thought in the Matrix of Domination », in P.H. Collins (ed.), Black Feminist Thought : Knowledge, Consciousness, and Politics of Empowerment, Boston, Unwin Hyman : 221-238.

Hooks bell, 1984, Feminist Theory : From Margin to Center, New York, Routledge (2017, De la marge au centre. Théorie féministe, préface de N. Hedjerassi, trad.de N. B. Grusig, Paris, Éditions Cambourakis).

Le Cour Grandmaison C., 1979, « Contrats économiques entre époux dans l’Ouest africain », L’Homme, 19 (3-4) : 159-170.

Locoh T., 1996, « Changements des rôles masculins et féminins dans la crise : la révolution silencieuse », in V. Vallin & J. Coussy (dir.), Crise et population en Afrique, Paris, CEPED (« études du CEPED, 13 »), EHESS, INED, ORSTOM, Paris VI : 445-469.

Locoh T. & Puech I., 2008, « Fatou Sow. Les défis d’une féministe en Afrique », Travail, genre et sociétés, 20 : 5-22.

Moguérou L., 2015, « La scolarisation des filles : avancées et résistances », in I. Attané, C. Brugeilles & W. Rault (dir.), Atlas mondial des femmes. Les paradoxes de l’émancipation, Paris, Autrepart : 47-48.

Moguérou L. & Wayack-Pambè M., 2018, « Les femmes cheffes de ménage célibataires à Dakar et Ouagadougou : matérialité et vécu d’une situation atypique », in. A. E. Calvès, F. B. Dial & R. Marcoux (dir.), Nouvelles dynamiques familiales en Afrique, Québec, Presses de l’Université du Québec : 93-118.

Moguérou L., Vampo C., Kpadonou N. & Adjamagbo A., 2019, « Les hommes au travail… domestique en Afrique de l’Ouest : L’effet modéré des reconfigurations du travail féminin sur les masculinités à Dakar et à Lomé », Cahiers du genre, 2 (2) : 97-119.

Moya I., 2015, « L’esthétique de la norme. Discours, islam et pouvoir dans les relations matrimoniales et maraboutiques à Dakar », Autrepart, 73 : 181-197.

Moya I., 2017, De l’argent aux valeurs. Femmes, économie et société à Dakar, Nanterre, Société d’ethnologie.

Olajumoke Y. H & Toyin F., 2021, The Palgrave Handbook of African Women’s Studies, Palgrave MacMillan.

Sow F., 2007, « Présence continue des femmes africaines dans l’histoire », Présence Africaine, 175-176-177 : 732-737.

Strathern M., 1988, The Gender of the Gift. Problems with Women and Problems with Society in Melanesia, Berkeley, University of California Press.

Vampo C., 2018, « Les cheffes d’entreprise et jeunes entrepreneures de Lomé : des “superwomen” de la double journée de travail professionnel et domestique ? », Enfances Familles Générations, 29.

Vampo C., 2020, Itinéraires de réussite de cheffes d’entreprise contemporaines au pays des « Nana Benz » de Lomé (Togo). Du modèle de l’empowerment des femmes par le marché à l’étude des rapports sociaux de sexe, Thèse de doctorat, Paris, Université de Paris.

Verschuur C., 2009, « Quel genre ? Résistances et mésententes autour du mot “genre” dans le développement », Revue Tiers Monde, 200 : 785-803.

Wayack Pambè M. & Sawadogo N., 2017, « Dépasser le patriarcat pour mieux définir les féminismes africains ? », Travail, genre et sociétés, 2 (2) : 187-192.

Télécharger l’appel

 



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2023, 28 juillet). Appel à contributions | Revue Cahiers d’Études africaines, numéro thématique « Tensions dans le genre » — LIMITE : 15/09/2023 . IISMM. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q30y

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search