Conférence : Jean-Pierre Chevènement, “1914-2014, d’une mondialisation l’autre” — IMA, Paris, 18h30, 20/02/2014

[…] Il m’a paru éclairant de rapprocher les deux mondialisations, la 1ère sous égide britannique, qui a conduit au premier conflit mondial, la 2ème sous égide américaine, qui a entraîné la crise du capitalisme financier et l’actuel basculement du monde. La montée de la Chine peut-elle se comparer à celle de l’Allemagne impériale avant 1914 ? La brutale accélération du déclin européen, à travers la crise de la monnaie unique, n’illustre-t-elle pas l’erreur de conception qui a présidé à la construction européenne ? Si la place de l’Europe dans le monde s’est réduite, en Europe même l’Allemagne qui avait perdu les deux guerres mondiales a-t-elle vraiment «gagné la paix» ? À la nouvelle bipolarité du monde qui s’esquisse entre la Chine et l’Amérique, il est souhaitable d’opposer la vision d’un monde multipolaire où l’Europe tiendra toute sa place. Mais une autre que celle qui a échoué : une Europe réconciliée avec ses nations, compatible avec la République, où la France et l’Allemagne pourront de concert penser vraiment l’avenir d’un ensemble allant de la Méditerranée à la Russie. Dans une «réconciliation» enfin purgée de ses ambiguïtés et de ses non-dits : celle de deux grands peuples ayant surmonté leur histoire et capables de la continuer.
J.-P. C.

Fondateur du Ceres, l’un des grands artisans du Congrès d’Epinay d’où naquit le Parti socialiste avec François Mitterrand à sa tête, Jean-Pierre Chevènement a été ministre de la Défense et de l’Éducation nationale dans les gouvernements de gauche dont il démissionnera sur des désaccords de principe : implications de la France dans la guerre contre l’Irak, laxisme vis-à-vis des nationalistes corses, etc. Quittant le PS, il a créé le Mouvement des citoyens dont il est président d’honneur. Il est sénateur.

Salle du Haut Conseil, Institut du Monde Arabe
1, rue des Fossés-Saint-Bernard
Place Mohammed-V 75005 Paris


Vous aimerez aussi...