Contrat doctoral EHESS (Paris) et IFEA (Istanbul) – Bureaux de traduction ottomans au XIXe siècle — LIMITE : 14/07/2023

Informations générales

Intitulé de l’offre : Contrat doctoral H/F – EHESS (Paris) et IFEA (Istanbul) – Bureaux de traduction ottomans au XIXe siècle
Référence : UMR8032-MARAYM1-001
Nombre de Postes : 1
Lieu de travail : AUBERVILLIERS
Date de publication : vendredi 16 juin 2023
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2023
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel
Section(s) CN : Mondes modernes et contemporains

Description du sujet de thèse

Résumé :

La thèse prend pour objet les « bureaux de traduction » (tercüme odaları) établis au sein de l’administration ottomane (en province comme en métropole) au XIXe siècle, pour proposer, à partir de ce cas d’étude, une histoire sociale et linguistique de l’empire ottoman de l’époque.

Argument :

Comment parler de l’empire ottoman sans traiter de traduction ? Comme la plupart des formations impériales, le système politique et social des Ottomans était constitué de juridictions linguistiques multiples. La langue ottomane, celle de l’élite palatiale, était un mixte de trois langues, l’arabe, le persan et le turc. Mais les simples sujets de l’empire eux-mêmes avaient à fréquenter l’albanais et l’arabe, l’arménien et le grec, le judéo-espagnol, le kurde kurmandji, le persan, le polonais, le serbo-croate, le turc, le zazaki… Dans certains segments sociaux plus extravertis, s’imposait aussi le recours à des langues de communication (français, italien) ou à une « langue métisse » de type lingua franca (Jocelyne Dakhlia). Les mondes sociaux ottomans ont ainsi pour trait essentiel une multitude de « pratiques translingues » (Lydia H. Liu).

Le XIXe siècle, sur lequel la thèse portera de façon privilégiée, est une période clé d’intensification de ces pratiques. Après l’adoption, en 1858, d’un Code pénal remanié, les tribunaux des cadis se sont vus doublés de juridictions sécularisées où la langue des juges faisait droit à un multilinguisme accru. La technicité de la chose militaire, les inquiétantes étrangetés des occupations armées, le renseignement, la négociation des termes de la paix, justifiaient — notamment à partir de la guerre de Crimée (1853-1856) — la fonctionnarisation de traducteurs au sein de l’État ottoman. Aussi, côtoyant les praticiens de la transaction assermentée (commerciale, diplomatique, académique), nombreux étaient les interprètes du quotidien qui contribuèrent à la densification des médiations linguistiques informelles.

Dans ce contexte, la thèse s’attachera à un corpus d’étude privilégié : les archives des « bureaux de traduction » (tercüme odaları) établis en province comme en métropole au sein de l’administration ottomane de l’époque. Le principal (et le plus fameux) fut établi auprès du grand vizir ottoman en 1821, lors du déclenchement de la guerre d’indépendance grecque, puis intégré au ministère des « Affaires extérieures » (Umûr-ı Hâriciyye Nezâreti) suite à la création de ce dernier en 1836. Conservés aux archives ottomanes à Istanbul, les fonds d’archives de ce « Bureau de traduction » ont été catalogués et indexés ; ils sont ouverts à la consultation depuis 2010 ; mais une analyse approfondie reste à faire (voir les travaux de Sezai Balcı, Mehmet Darakcioglu et Berna Kamay). Surtout, leur mise en perspective via les archives d’autres « bureaux de traduction » ailleurs dans (voire au dehors de) l’empire ajouterait à leur compréhension.

De telles archives doivent permettre d’écrire deux histoires en une : une histoire sociale des traducteurs, et une étude de leurs techniques linguistiques. Les documents de travail des bureaux de traduction circonscrivent en effet un lieu pragmatique à partir duquel approcher l’histoire administrative et archivistique de la genèse d’un État moderne, d’une part, l’histoire linguistique des concepts circulant au sein du monde ottoman et au-delà, d’autre part. Dans la mesure où de nombreux brouillons laissent voir en détail comment les agents des bureaux procédaient, en pratique, pour ébaucher, corriger, réviser leurs traductions, les fonds des bureaux de traduction constituent un vaste observatoire du savoir-traduire — lesté de malentendus et d’accidents de parcours — des hommes de plume ottomans. Simultanément, cet atelier des traducteurs au travail rend sensible des processus sociologiques aussi bien que linguistiques : nombre de hauts responsables ottomans d’alors firent leurs débuts en tant qu’apprentis au sein des bureaux de traduction. De fait, si ceux-ci relevaient principalement de la gestion des affaires dites « extérieures », leur périmètre n’était en réalité nullement confiné aux seules affaires étrangères : il touchait aussi bien à toute affaire publique impliquant les ressortissants d’autres États. C’est d’ailleurs pour cette raison que ces fonctions d’administrateur-traducteur sont omniprésentes non seulement dans la capitale, mais aussi dans les réseaux de l’administration provinciale de l’empire. Les bureaux de traduction peuvent ainsi être étudiés en tant qu’institutions éducatives ou instances de promotion bureaucratique. Ses membres étaient-ils formés de manière ciblée ? Quelles étaient leurs connaissances par-delà la compétence de traduction ? Quels furent les hiérarchies et les réseaux de patronage liés à leurs parcours ? Il convient d’étudier comment différentes carrières de la traduction, intra- et inter-impériale, interagirent au sein de la société, tout en créant des formes d’esprit de corps ou de différenciation interne.

Comment lier les questions sociales et linguistiques ? Bien que concernant les mêmes personnes et les mêmes choses, elles relèvent de sujets différents. Afin de mener à bien cette histoire à la fois sociale et linguistique, le doctorant ou la doctorante s’attachera à définir un protocole d’enquête, à partir d’une relecture critique des développements en cours sur le sujet et dans le domaine. Bon nombre d’études sur la traduction en contexte ottoman font leur l’hypothèse dite de la « traduction culturelle », qui invite à « traiter de la traduction entre langues dans le contexte de la traduction entre cultures » (Peter Burke). S’ensuit une pensée des traductions en termes d’interaction entre cultures identifiées, suivant une logique souvent binaire (production/réception, importation/exportation) ne ménageant que de bien ténus interstices. Est-il concevable d’envisager une approche davantage relationnelle ou processuelle, étudiant les traductions non comme le résultat d’une marqueterie de cultures préétablie, mais en tant que lieu d’action, où se produit l’identification des compétences requises et des acteurs en présence ? Plusieurs ouvrages collectifs récents y invitent, tout en se limitant au domaine de prédilection des translation studies, celui des œuvres textuelles (voir les recueils dirigés par Marilyn Booth avec Claire Savina, ou par Monica M. Ringer et Etienne E. Charriere). Que deviennent les questions qu’ils posent, et les protocoles qu’ils proposent, lorsqu’on aborde d’autres usages de la traduction — ceux, généralement plus anonymes et moins autorisés, de la pratique administrative ?

Contexte de travail

N.B. : les programmes doctoraux des institutions françaises d’enseignement supérieur ne comprennent pas de cursus ni d’examens préalables ; le travail de recherche en vue de l’écriture de la thèse commencera dès le début du contrat doctoral.

Établissement d’inscription en doctorat : École des hautes études en sciences sociales (EHESS) ED 286, au sein de la formation doctorale jugée la plus pertinente par le ou la candidate.
URL : https://www.ehess.fr/fr/lecole-doctorale-lehess-ed-286

Laboratoire de rattachement : Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC), Paris.
URL : https://cetobac.ehess.fr/presentation

Mobilité internationale (12 mois minimum) : Institut français d’études anatoliennes (IFEA), Istanbul.
URL : https://www.ifea-istanbul.net/index.php/fr/

Le doctorant ou la doctorante sera encouragée à participer activement à l’atelier de travail « Ottoman Translation Lab » ouvert à compter de l’année 2023-2024 à l’EHESS (et en mode hybride), avec la collaboration d’Ömer Köksal (Freie Universität Berlin), de Natalie Rothman (Université de Toronto), d’Henning Sievert (Université de Heidelberg) et de Renaud Soler (Université de Strasbourg). Cet atelier visera à développer des cadres historiographiques et des outils d’analyse, notamment en matière d’humanités numériques, et donnera aux recherches du ou de la doctorante une dimension collective importante, susceptible de nourrir des collaborations nouvelles entre le CETOBaC, l’IFEA et les autres partenaires de ce projet.
URL : https://enseignements.ehess.fr/2023-2024/ue/48

Contraintes et risques

Compétences linguistiques :
– La maîtrise du turc ottoman et du français (ou d’une autre langue de travail utilisée dans les archives ottomanes) doit être attestée par des certificats, relevés de notes ou publications personnelles.
– La thèse sera écrite en français ou en anglais (sur dérogation de l’École doctorale de l’EHESS).

Informations complémentaires

Modalités de candidature :
Envoyer lettre de motivation, CV, projet de recherche, certificats de langue et le cas échéant publications, réunis dans un fichier pdf unique.

Comité de sélection :
– pour le CETOBaC : Marc Aymes et Marc Toutant
– pour l’IFEA : Philippe Bourmaud
– membres externes : E. Natalie Rothman (University of Toronto), Henning Sievert (Universität Heidelberg)

Calendrier prévisionnel :
– date-limite de réception des candidatures : 14 juillet 2023 ;
– résultats de la pré-sélection et convocation pour un entretien : 24 juillet 2023 ;
– entretiens et sélection finale : première semaine de septembre 2023.

Postuler
Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

 

À retrouver sur le portail emploi du CNRS



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2023, 16 juin). Contrat doctoral EHESS (Paris) et IFEA (Istanbul) – Bureaux de traduction ottomans au XIXe siècle — LIMITE : 14/07/2023. IISMM. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q2z7

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search