Expositions | « Afrique en musée » — France, du 14 juin au 15 juillet 2023

Afrique en musée : une série d’expositions sur les objets d’Afrique présents dans les collections publiques françaises coordonnée par l’Institut national d’histoire de l’art (INHA)

En échos au colloque « Collections premières ». Aux débuts des objets d’Afrique dans les musées occidentaux, qui se tiendra du 14 au 16 juin prochain, l’Institut national d’histoire de l’art invite plusieurs musées français à présenter au sein de leur institution une exposition sur la manière dont les objets africains sont entrés dans leurs collections.
 
___

Comment la mise en collection des objets d’Afrique depuis la fin du XVIIIe siècle a affecté la conservation de leur histoire jusqu’à les transformer en « arts premiers » à la fin du XXe siècle ? Si cette catégorie de classement n’est plus d’actualité, ses effets perdurent. Le colloque, organisé par Claire Bosc-Tiessé, conseillère scientifique* à l’INHA, réunira conservateurs et chercheurs pour revenir sur cette histoire en examinant au plus près la documentation disponible pour étudier la provenance de ces objets et la sortie de leur contexte d’usage. Il sera ainsi l’occasion de questionner les processus de muséalisation et leur rôle dans la définition du patrimoine africain. Adossé au colloque, neuf musées français ont répondu à l’invitation de l’INHA et mettront en lumière, au sein de leur institution, un élément de leur collection qui témoigne de cette patrimonialisation de l’art africain dans les collections hexagonales. Autant d’histoires et de manière de raconter ces collections parfois méconnues au travers d’expositions-dossiers.
 

Des expositions présentées dans 9 musées
 

La diversité des musées qui se sont associés à l’INHA pour ce projet permettent d’aborder une grande variété de typologies de collections dans un maillage qui couvre tout le territoire français. Certains musées possèdent d’importantes collections déjà bien identifiées qu’ils continuent d’enrichir et de documenter, tandis que d’autres institutions ressortent des objets de leurs réserves. Ces expositions-dossiers sont ainsi l’occasion de réexaminer les archives, aussi absconses et ténues qu’elles puissent nous paraître, pour voir ce qu’elles peuvent encore nous dire et parfois leur trouver un nouveau sens. 

Le musée d’Angoulême 

Depuis les années 1930 et le legs du docteur Lhomme, le musée d’Angoulême conserve l’une des plus importantes collections publiques d’objets d’Afrique et a été pionnier dans leur valorisation. Le fonds étant intégré aux collections permanentes du musée, l’exposition-dossier fera un focus sur le cahier d’acquisition du docteur Lhomme. Cela permettra de montrer, moins les manières d’acquisition qu’il a peu renseignées, que la façon dont il envisageait ces objets ainsi que les révisions opérées par les chercheurs dans les décennies qui ont suivies.
 

Le musée Calvet à Avignon 

Le fonds africain du musée Calvet était jusque-là connu seulement par un objet emblématique : un olifant en ivoire fabriqué en Afrique de l’Ouest au XVIe siècle et acquis par Esprit Calvet au XVIIIe siècle. L’exposition-dossier se penche, elle, sur le développement de la collection après sa mort par la Fondation qu’il a créée avec, tout d’abord, l’acquisition d’une vingtaine de pièces d’Afrique subsaharienne dans la première moitié du XIXe siècle.
 

Le musée municipal de Bourbonne-les-Bains 

Quelques objets africains rapportés par Ernest Noirot, photographe, explorateur et administrateur colonial au Sénégal et en Guinée française ainsi que quelques tableaux qu’il a réalisés lors de ses expéditions sont déjà présents dans l’exposition permanente. A l’occasion du projet partenarial avec l’INHA, de nouveaux objets peu étudiés jusqu’alors seront exceptionnellement sortis des réserves. 
 

Muséum d’histoire naturelle de La Rochelle 

En aval du colloque, à partir d’octobre prochain, le muséum inaugurera une série d’expositions dossiers avec la présentation des recherches menées pour recontextualiser un masque de Côte d’Ivoire donné par un marchand dans les années 1950.
 

Le musée d’Arts africains, océaniens et amérindiens de Marseille 

Ouvert en 1992, au cœur de la Vieille Charité, le MAAOA est l’un des rares musées dédiés aux arts non-européens en France. Ses collections ont d’abord été constituées à partir de la donation de fonds privés, mais aussi à partir d’un dépôt de la chambre de commerce de Marseille, héritière des deux musées coloniaux de la ville dont l’histoire sera évoquée.

La Monnaie de Paris 

L’exposition-dossier se propose de faire un focus sur la figure d’Alfred de Foville, directeur de l’institution de 1896 à 1926, qui mobilisa les réseaux coloniaux (administrateurs, missionnaires, entreprises commerciales) pour acquérir des paléo-monnaies témoignant d’autres pratiques monétaires alors encore en usage en Afrique.


L’Association des musées en Bourgogne Franche-Comté 

L’association créée en 2019 pour valoriser les collections muséales de la Région et développer les collaborations comprend onze musées qui possèdent des objets provenant d’Afrique. Plusieurs de ces musées, le musée des Beaux-Arts de Dijon, le musée municipal de Sens, le musée d’Art et d’Histoire de Belfort… s’associent projet « Afrique en musée » par une exposition virtuelle sur le site de l’association.
 

Le musée Saint Rémi de Reims

Les musées de la ville de Reims conservent dans leurs collections 80 objets venus du continent africain. Si ce modeste ensemble ne permet pas d’évoquer la diversité des cultures africaines et leur riche histoire, il raconte, en revanche, une histoire passionnante des relations entre Reims et l’Afrique. Faute de connaissances sur les arts non-européens, les conservateurs des musées de Reims se sont longtemps fondés sur la description des objets faite par les donateurs, qui s’est parfois révélée incomplète. Le musée Saint-Remi a entrepris, à partir de 2017, une nouvelle étude de ses collections extra-européennes, asiatiques et africaines notamment, afin de mieux identifier ces objets et leur histoire, et de les rendre accessibles au plus grand nombre.
 

Le musée d’Arts africains, océaniens et amérindiens de Marseille 

Ouvert en 1992, au cœur de la Vieille Charité, le MAAOA est l’un des rares musées dédiés aux arts non-européens en France. Ses collections ont d’abord été constituées à partir de la donation de fonds privés, mais aussi à partir d’un dépôt de la chambre de commerce de Marseille, héritière des deux musées coloniaux de la ville dont l’histoire sera évoquée.

 

Un programme de recherche et une cartographie 

Cette double actualité parachève un travail mené depuis 2017 à l’INHA sur le programme de recherches dirigé par Claire Bosc Tiessé « Vestiges, indices, paradigmes, lieux et temps des objets d’Afrique (xive – XIXe siècle) » visant à réinterroger les méthodes, les présupposés et les enjeux des études sur les arts d’Afrique. Il manquait jusqu’alors autant une présentation des lieux où les objets sont conservés en France qu’une vue d’ensemble des collections. L’Institut national d’histoire de l’art, en collaboration avec le musée d’Angoulême, y a ainsi remédié en créant « Le Monde en musée », une cartographie qui propose une description historique de chaque fonds des collections publiques françaises composé d’objets d’Afrique et d’Océanie et qui relate la manière dont les objets ont intégré ces collections tout en les géo-localisant.

Accéder à la cartographie en ligne : https://monde-en-musee.inha.fr

Ces expositions-dossiers seront évoquées en miroir à l’INHA, par un dispositif d’affiches dans la salle Warburg.
 

À propos de Claire Bosc-Tiessé

Claire Bosc-Tiessé, directrice de recherche au CNRS (UMR 8171 – Institut des mondes africains), a rejoint le Département des Études et de la Recherche à l’INHA en tant que conseillère scientifique pour le domaine Histoire de l’art du XIVe-XIXe siècle en septembre 2017. Elle dirige notamment le programme « Vestiges, indices, paradigmes : lieux et temps des objets d’Afrique (XIVe – XIXe siècle) » qui entend proposer des outils conceptuels et pratiques pour renouveler l’histoire de l’art des objets d’Afrique réalisés entre le XIVe et le XIXe siècle. En retour, il réinterroge à partir de ceux-ci les méthodes et les paradigmes d’une l’histoire de l’art principalement élaborée à partir de cas européens au cours de la même période. Spécialiste de l’Éthiopie, Claire Bosc-Tiessé mène des recherches sur la production artistique dans le royaume chrétien sur une période longue, du XIIIe au XIXe siècle. Ses recherches développent une anthropologie historique des images, s’intéressant particulièrement aux différents aspects de leur fabrication, à leurs statuts et leurs utilisations. Elle co-dirige plusieurs projets sur l’art rupestre chrétien, les matériaux des peintures et les processus de création. Elle a publié à ce sujet plusieurs livres, Peintures sacrées d’Éthiopie. Collection de la mission Dakar-Djibouti avec Anaïs Wion (Sépia, 2005) et Les îles de la mémoire. Fabrique des images et écriture de l’histoire dans les églises du lac Tana (Ethiopie, XVIIe-XVIIIs.) (Publications de la Sorbonne, 2008). Plus largement, ses travaux s’inscrivent dans une réflexion sur les conditions et les modalités d’écriture d’une histoire des arts d’Afrique avant le XXe siècle et ses enjeux (« L’histoire aux oubliettes ? Actualité et inactualité de la recherche française en histoire des arts d’Afrique », Perspective, 1, 2015 ; « Comment écrire l’histoire de l’Afrique ancienne avec de l’art ? », L’Afrique ancienne. De l’Acacus au Zimbabwe, 20000 avant notre ère – XVIIsiècle, sous la direction de François-Xavier Fauvelle, Belin, 2018). Elle a aussi animé le débat sur les « collections muséales d’art « non-occidental » : constitution et restitution aujourd’hui » paru dans la revue Perspective à l›été 2018.



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2023, 9 juin). Expositions | « Afrique en musée » — France, du 14 juin au 15 juillet 2023. IISMM. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q2yk

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search