Table ronde « La Palestine comme littérature » — IMA Paris, le 8 juin 2023

8 juin 2023 
Jeudi : 19h 
Bibliothèque (Niveau 1) 
Entrée libre dans la limite des places disponibles

 

La table ronde « La Palestine comme littérature » se propose de dessiner les contours de la littérature palestinienne, ses sociologies, ses espaces de création entre roman, théâtre et poésie.

Avec Sbeih Sbeih, sociologue et chercheur à l’IREMAM, Dareen Tatour, poète, photographe et activiste palestinienne, et Mohamed Kacimi, écrivain et dramaturge.

 
Graffiti hommage à l’écrivain et homme politique Ghassan Kanafani, territoires palestiniens, août 2004. Justin McIntosh / Wikimédia
 

Du point de vue tant de l’esthétique, de l’espace et des langues que de ses auteurs, la littérature palestinienne est multiple. Cette table ronde nous permettra d’en cerner ses contours, ses sociologies, ses espaces de création entre roman, théâtre et poésie.

Avec : 

  • Sbeih Sbeih est sociologue et chercheur associé à l’IREMAM. Après avoir dispensé des cours issus de sa thèse sur la professionnalisation de l’action associative sous la pression des bailleurs de fonds et le « monde du développement » dans les universités palestiniennes, il a mené plusieurs recherches autour de la culture, l’art et la littérature en Palestine après l’établissement de l’Autorité palestinienne et sur la circulation des idées et de la traduction des sciences sociales vers l’arabe. Il concentre dorénavant ses recherches sur des problématiques en lien avec la juridicisation de l’action collective dans le monde arabe. 
  • Dareen Tatour est une poétesse, photographe et activiste palestinienne. Elle écrit et milite contre l’oppression du peuple palestinien mais aussi contre celle des femmes. En 2018, elle est condamnée par la cour israélienne à cinq mois de prison pour incitation à la violence et soutien à des groupes terroristes. À la suite de cette condamnation, Dareen est devenue un symbole de la liberté d’expression et a reçu plusieurs prix en ce sens, comme le prix OXFAM Novib/PEN en 2019.
  • Mohamed Kacimi est un écrivain et dramaturge né en Algérie. Il est l’auteur des romans Le MouchoirArabes ? Vous avez dit Arabes et Naissance du désert. Il a aussi écrit de nombreuses pièces, parmi lesquelles Jours tranquilles à Jérusalem, qui évoque le conflit israélo-palestinien. Mohammed Kacimi a aussi dirigé le Théâtre national palestinien. Il a reçu cette année le prix Sony Labou Tansi pour sa pièce Congo Jazz Band.

Rencontre modérée par Sadia Agsous, chercheure en littérature, cultures et en traductologie du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord et enseignante en études culturelles Moyen-Orient et Afrique du Nord. Ses travaux portent sur l’espace culturel palestinien en Israël et sur les cultures palestinienne et israélienne, avec un regard particulier sur l’hébreu et l’arabe et leurs rencontres dans le domaine culturel (roman, traduction, théâtre, cinéma…). Ses recherches en cours portent sur les archives pré-1948 et les agents culturels palestiniens de la Nahda et sur les mémoires de l’éducateur palestinien Khalil al-Sakakini.

À retrouver sur le site de l’IMA Paris


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Chargé de diffusion scientifique (24 mai 2023). Table ronde « La Palestine comme littérature » — IMA Paris, le 8 juin 2023. IISMM. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/q2xa


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search