Appel à communications | Colloque annuel CCMO : « La Palestine et le monde », 19-20 Octobre 2023, MucemLab, Marseille – LIMITE : 15/06/2023

 

English version follows

Présentation générale

En décembre 2022, « c’est le drapeau palestinien que l’équipe marocaine a brandi sur la pelouse et dans les vestiaires après sa victoire historique sur l’Espagne […]. L’omniprésence de la solidarité avec le peuple palestinien est l’une des leçons » de la dernière coupe du monde de football. Le retour d’une mobilisation symbolique et internationale a médiatisé, lors de cet événement planétaire, la centralité de la question palestinienne dans le monde. Quelle place la cause palestinienne occupe-t-elle concrètement dans le monde aujourd’hui ? Comment regarder la Palestine et les Palestiniens aujourd’hui d’un point de vue transnational ? Dans quelle mesure l’expérience coloniale en Palestine influence-t-elle les nouveaux dispositifs de pouvoir dans le monde (formes de résistance, systèmes répressifs, exportation des méthodes militaires israéliennes, etc.) ? Cette rencontre interrogera les nouvelles formes de la “Palestine globale”, qui réinventent en réseaux les manières de voir, de dire et de représenter la Palestine et d’y vivre. En effet, les études sur la Palestine ont ouvert la voie à des pistes heuristiques pour analyser des processus contemporains à l’œuvre ailleurs dans le monde – violence globalisée, hypermilitarisation des espaces et des frontières, nouveaux mécanismes du pouvoir – et pour comprendre des dynamiques de domination en Palestine et ailleurs dans le monde. D’un côté, la violence coloniale observée en Palestine fait écho à de nombreuses situations, jusqu’à devenir parfois systémique, présente à tous les niveaux matériels (violences policières, omniprésence des check-points ; discriminations systémiques ; disproportion des forces) et symbolique (brutalité dans les échanges interpersonnels ; attente aux frontières, etc.). De l’autre, la Palestine, comme le monde dans son ensemble, sont pris dans les processus généraux de la société de consommation et du capitalisme globalisé, qui peuvent mener à la déshumanisation, à la discrimination sociale et à l’exploitation moderne. Tout en mobilisant le paradigme colonial dans une visée comparatiste et pluridisciplinaire, ce colloque permettra d’explorer autant les mondes palestiniens à travers les expériences et les pratiques contemporaines – politiques, économiques, culturelles, sociales –, que les Palestines dans le monde.

Trois axes pourront structurer le colloque :

1. Expériences et pratiques transnationales

Un premier axe est celui des expériences et des pratiques transnationales, qu’elles soient palestiniennes ou en lien avec la Palestine, son territoire ou ses imaginaires. La question centrale de la mémoire palestinienne pourrait ainsi être remobilisée à partir des enjeux (trans)frontaliers auxquels sont confrontés les Palestinien.nes dans leurs pratiques quotidiennes : au vu de l’inscription des dynamiques palestiniennes dans une économie globalisée, il s’agira aussi de documenter les circulations, ainsi que les tactiques de projection ou d’anticipation de la vie quotidienne sur un ou plusieurs espaces (fragmentation des territoires, translocalité, transmission patrimoniale, etc.). Peut-on parler du développement d’un habitus du passage fondé sur une mémoire spécifique, dans des conditions apparemment extrêmement figées ? Il peut en être ainsi de la gestion quotidienne de parcours de santé, inclus dans des politiques globales et soumises à des restrictions spécifiques. Une attention particulière pourra être portée aux initiatives qui investissent des réseaux et espaces numériques à l’heure de la fragmentation politique de la Palestine (pratiques de recherche en réseaux, encyclopédie numérique de la Palestine, musée virtuel, numérisation des archives, etc.).

2. Nouvelles luttes et mobilisations globales

Cet axe interroge les nouvelles formes de lutte et de mobilisations en faveur de la Palestine – ou qui mobilisent les symboles palestiniens – à travers le monde. Il vise à comprendre la manière dont s’organisent ces mobilisations et la place qu’occupe la Palestine dans les structures de solidarité internationale, en cherchant à identifier les méthodes de mobilisation et notamment les nouveaux usages des réseaux sociaux, leur impact et la manière dont les différentes générations de militant.es se les réapproprient. Au cœur de ces réseaux, le rôle de la diaspora palestinienne et sa structuration constituent également un axe privilégié d’analyse. Sans se limiter à un examen strict des structures de solidarité internationale ou des initiatives nouvelles de l’action pour la Palestine, nous souhaitons interroger la manière dont l’ensemble de ces questions se traduisent au niveau politique et dans quelle mesure elles influencent notamment les questions liées au droit, à la diplomatie et à la négociation internationale. À l’aune des débats sur l’intersectionnalité des luttes, nous étudierons aussi la manière dont la cause palestinienne est (ré)investie dans des luttes plus globales (antiracisme, féminismes, anti-capitalisme, question du boycott, des réfugié.es, etc.).

3. Représentations politiques, culturelles et symboliques

Cet axe aborde les différentes représentations – tangibles ou symboliques – liées à la Palestine, à l’échelle locale, régionale ou internationale. La question des représentations politiques pourra être analysée notamment à l’aune de la récente normalisation avec les pays arabes, de la restructuration des relations diplomatiques qu’elle engendre et de ses effets sur les pratiques, les circulations et les imaginaires. La question des représentations artistiques et culturelles dont la Palestine fait l’objet, sera au cœur de la réflexion, par exemple la manière dont les acteur.es culturel.les et les artistes investissent la question palestinienne à différents niveaux d’engagements. On interrogera aussi les limites de ces représentations et engagements, à l’instar de l’enjeu de la potentielle marchandisation de la question palestinienne dans le milieu de l’art et de la politique et de sa valeur économico-symbolique, qui interroge sur la possible dépolitisation de la lutte, dans un contexte néolibéral. Une autre réflexion pourrait analyser la manière dont la question du futur de la Palestine et des anticipations peut représenter un acte politique (par exemple la projection dans le futur, la question des futurismes artistiques, l’investissement de la science-fiction dans l’art, etc.).

Modalités de participation

Ce colloque s’adresse à des doctorant.e.s, chercheur.es, jeunes ou confirmé.es mais aussi à des acteur.es de la société civile (associations, artistes, journalistes, activistes, etc.) qui participent à penser ces questions. Les propositions de recherche-création, qui allient recherche scientifique et création artistique, sont aussi les bienvenues. Les propositions pourront être reçues en français ou en anglais. Les propositions sont à envoyer à l’adresse suivante : colloqueccmo[at]gmail.com au plus tard le 1er juin 2023 15 juin 2023. Les réponses seront adressées avant le 1er juillet 2023.

Comité d’organisation : Dima Alsajdeya, Véronique Bontemps, François Ceccaldi, Marion Slitine

Bibliographie indicative

AL HUSSEINI (Jalal) et SIGNOLES (Aude), 2013, Les Palestiniens entre État et diaspora. Le temps des incertitudes, Paris, IISMM/Karthala.
AL HUSSEINI (Jalal), BONTEMPS (Véronique), DOT-POUILLARD (Nicolas) et EL-SAKKA (Abaher), 2020, Penser la Palestine en réseaux, Diacritiques / IFPO.
ALSAJDEYA (Dima), CECCALDI (François) et DABED (Emilio), « Pouvoir(s) en Palestine », Confluences Méditerranée, 2021/2, N° 117.
BONTEMPS (Véronique) et SIGNOLES (Aude), 2012, Vivre sous occupation. Quotidiens palestiniens, Paris, Gingko.
BUCAILLE (Laetitia), 2016, « Palestine : de l’Etat introuvable à la nation en déroute. A quoi servent les dirigeants palestiniens ? » Les Études du CERI, n° 224.
CHALLAND (Benoit), 2011, « Les mutations du leadership palestinien », A contrario, vol. 5, 2008, p. 52-75 John Collins, Global Palestine, Londres, Hurst Publishers.
COLLINS (John), 2011, Global Palestine, Londres, Hurst & Company.
DAKHLI (Leyla), AYAD (Christophe) et al., Ce que la Palestine apporte au monde, Institut du Monde Arabe, Le Seuil, Paris, 2023.
DANA (Tariq), 2015, « The Symbiosis Between Palestinian ‘Fayyadism’ and Israeli ‘Economic Peace: A Capitalist Peace? », Journal of Conflict, Security and Development, vol. 15, issue 5, p. 455-477.
DOT-POUILLARD (Nicolas), 2016, La mosaïque éclatée. Une histoire du mouvement national palestinien, 1993-2016, Arles/Beyrouth, Actes Sud/Institut des études palestiniennes.

EL SAKKA (Abaher), 2013, « Sociologie des mouvements protestataires sociaux palestiniens », Confluences Méditerranée, 2013/3 (N° 86), p. 171-183.

FARSAKH (Leila), 2005, Palestinian Labour Migration to Israel: Labour, Land and Occupation, Oxon, Routledge.
GHANEM (As’ad), 2010, Palestinian Politics after Arafat. A Failed National Movement, Bloomington/ Indianapolis, Indiana University Press.
GUIGNARD (Xavier) et SEURAT (Leila) (dir.), 2020, « Fragments palestiniens : pouvoir, territoire et société », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 147, n° 1.
HADDAD (Toufic), 2016, Palestine Ltd. Neoliberalism and Nationalism in the Occupied Territory, Londres/ New York, I.B. Tauris.
HALPER (Jeff), War Against the People: Israel, the Palestinians and Global Pacification, PlutoPress, Londres, 2015, 340 p.
HANAFI (Sari) et KNUDSEN (Are) (dir.), 2011, Palestinian Refugees: Identity, Space and Place in the Levant, Londres/New York : Routledge.
HANIEH (Adam), 2013, Lineages of Revolt: Issues of Contemporary Capitalism in the Middle East, Chicago, Haymarket Books.
HANIEH (Adam), 2016, “Development as Struggle: Confronting the Reality of Power in Palestine”, Journal of Palestine Studies, 45 (4), p. 32-47.
HILAL (Jamil), 1998, Le système politique palestinien après Oslo, en arabe [al-Niẓām al-Siyāsī al-Filasṭīnī ba‘ad Ūslū], Fondation des Études Palestiniennes, Beyrouth.

JABARY SALAMANCA (Omar), QATO (Mezna), RABIE (Kareem) & SAMOUR (Sobhi), “Past is Present: Settler Colonialism in Palestine”, Settler Colonial Studies, 2:1, 2012.

JARBAWI (Ali), 1989, L’Intifada et les directions politiques en Cisjordanie et à Gaza : étude sur l’élite politique [Al-In-tifāḍa wa al-Qiyādāt al-Siyāsiyya fī al-Ḍiffa al-Ġarbiyya wa Qiṭā‘a Ġazza : Baḥṯ fī al-Nuḫba al-Siyāsiyya], Bey-routh, Dar al-Tali’a.

LATTE-ABDALLAH (Stéphanie), 2021, La toile carcérale. Une histoire de l’enfermement en Palestine, Paris, Bayard Éditions.
LEGRAIN (Jean-François), 1999, Les Palestiniens du quotidien, les élections de l’autonomie, Beyrouth, CERMOC.
MANSOUR (Camille), 1993, Les Palestiniens de l’intérieur, Paris, Revue d’études palestiniennes.
RICHTER-DEVROE (Sophie) & SALIH (Ruba) (dir.), “Cultures of Resistance in Palestine and Beyond: The Politics of Art, Aesthetics, and Affect”, Arab Studies Journal, vol. 22, n°1, 2014.

ROMANI (Vincent), 2016, Faire des sciences sociales en Palestine. Oppression militaire et mondialisation académique, Paris/Aix-en-Provence, Karthala/IREMAM.

 

ROY (Sara), 1995, The Gaza Strip. The Political Economy of De-development, Washington DC., Institute for Palestine Studies
SAYEGH (Yezid), 2011, Policing the People, Building the State: Authoritarian Transformation in the West Bank and Gaza, Washington, Carnegie Endowment for International Peace.
SBEIH (Sbeih), 2014, « Professionnalisation » des ONG en Palestine : entre pression des bailleurs de fonds et logique d’engagement, Thèse de doctorat soutenue à l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

SHIKAKI (Khalil), 1996, « Vers la démocratie en Palestine : Processus de paix, construction nationale et élections » [al-Taḥawul Naḥwa al-Dīmuqrāṭiyya fī Filasṭīn : ‘Amaliyyat al-Salām wa al-Binā’ al-Waṭanī wa al-Intiḫābāt], Naplouse, Centre de recherches et d’études palestiniens, (Markaz al-Buḥūṯ wa al-Dirāsāt al-Filasṭiniyya).
SHWEIKI (Omar) et TURNER (Mandy) (dir.), 2014, Decolonizing Palestinian Political Economy: De-development and Beyond, New York, Palgrave Macmillan.
SLITINE (Marion), « Pratiques de l’art contemporain à Gaza : entre isolement et mondialisation », in Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée, n° 142, décembre 2017.
ZUREIK (Elia), « Constructing Palestine through Surveillance practices » British Journal of Middle Eastern Studies, Vol. 28, N° 2 (Nov., 2001), p. 205-227.

 

Palestine and the world

Annual conference – Call for papers

Date: 19-20 October 2023
MUCEM (MucemLab) – Marseille

General presentation

In December 2022, “it was the Palestinian flag that the Moroccan team waved on the pitch and in the dressing room after their historic victory over Spain […]. The omnipresence of solidarity with the Palestinian people is one of the lessons” of the last World Cup of football. The return of a symbolic and international mobilisation during this planetary event has shed a light on the centrality of the Palestinian question in the world. What place does the Palestinian cause concretely occupy in the world today? How can we look at Palestine and Palestinians today from a transnational perspective? How is Palestine represented at the political, symbolic and cultural level? What are the new forms of global struggles and mobilisations in Palestine and elsewhere in the world? To what extent does the colonial experience in Palestine influence new power arrangements in the world (forms of resistance, repressive systems, the export of Israeli military methods, etc.)? This conference will question, in a transversal way, the new forms of a global Palestine, which reinvent through diverse networks the ways of seeing, saying and representing Palestine and of living there. Studies on Palestine have opened the way to heuristic paths for analysing contemporary processes at work – globalised violence, hyper militarisation of spaces and borders, new mechanisms of power – and for understanding the dynamics of domination in Palestine and elsewhere in the world. On the one hand, the colonial violence observed in Palestine echoes many situations, sometimes becoming systemic, present at all material levels (police violence, omnipresence of checkpoints; systemic discrimination; disproportionate use of force?) and symbolic levels (brutality in interpersonal exchanges; waiting at borders, etc.). On the other hand, Palestine, like the world as a whole, is caught up in the general processes of consumer society and globalised capitalism, which can lead to dehumanisation, social discrimination and modern exploitation. While mobilising the colonial paradigm in a comparative and multidisciplinary perspective, this conference will explore Palestinian worlds through contemporary political, economic, cultural and social experiences and practices, as well as Palestinians in the world. The conference will be structured along three lines:

1. Transnational experiences and practices

A first axis around which papers could be structured is that of transnational experiences and practices, whether they are Palestinian or related to Palestine, its territory or its imaginaries. The central question of Palestinian memory could thus be remobilised from the (trans)border issues that Palestinians are confronted with in their daily practices. Given the inclusion of Palestinian dynamics in a globalised economy, it will also be a question of documenting circulations, as well as the tactics of projection or anticipation of daily life on one or more spaces (fragmentation of territories, translocality, patrimonial transmission, etc.). Can we talk about the development of a habitus of passage based on a specific memory, in apparently extremely fixed conditions? This may be the case for the day-to-day management of health paths, included in global policies and subject to specific restrictions. Particular attention will be paid to initiatives that invest in digital networks and spaces at a time of political fragmentation in Palestine (networked research practices, digital encyclopedia of Palestine, virtual museum, digitization of archives, etc.). More broadly, a reflection on the «Palestinisation of the world» and the way in which the world has been transformed into a kind of Palestine could be initiated.

2. New global struggles and mobilisations

This axis questions the new forms of struggle and mobilisation in favour of Palestine – or which mobilise Palestinian symbols – throughout the world. It aims to understand the way these mobilisations are organised and the place that Palestine occupies in international solidarity structures, by seeking to identify the methods of mobilisation and in particular the new uses of social networks, their impact and the way in which different generations of activists are reappropriating them. At the heart of these networks, the role of the Palestinian diaspora and its structuring also constitute a privileged axis of analysis. Without limiting ourselves to a strict examination of the structures of international solidarity or the new initiatives of action for Palestine, we also question the way in which all these questions are translated at the political level and to what extent they influence in particular questions relating to law, diplomacy and international negotiation. In light of the debates on the intersectionality of struggles, we will also study the way in which the Palestinian cause is (re)invested in more global struggles (anti-racism, feminism, anti-capitalism, the question of boycotts, refugees, etc.).

3. Political, cultural and symbolic representations

This axis deals with the different representations — tangible or symbolic —linked to Palestine, at the local, regional or international level. The question of political representations will be analysed in particular through the lens of the recent normalisation with Arab countries, the restructuring of diplomatic relations that it gives rise to and its effects on practices, circulations and imaginaries. The question of artistic and cultural representations of Palestine will be at the heart of the reflection, for example the way in which cultural actors and artists invest the Palestinian question at different levels of commitment. The limits of these representations and commitments will also be questioned, such as the potential commodification of the Palestinian question in the art and political milieu and its economic-symbolic value, which raises questions about the possible depoliticization of the struggle in a neoliberal context. Another reflection could analyse how the question of the future of Palestine and anticipations can represent a political act (e.g. projection into the future, the question of artistic futurisms, the investment of science fiction in art, etc.).

Modalities

This conference is open to doctoral students, young or senior researchers, but also actors from civil society (associations, artists, journalists, activists, etc.) who participate in reflexions around these issues. Research-creation proposals, which combine scientific research and artistic creation, are also encouraged. Proposals may be sent in French or English. Proposals should be sent to the following address: colloqueccmo[at]gmail.com before June 1st 2023 15th June 2023. An answer will be sent to participants before July 1st 2023.

Organising Committee: Dima Alsajdeya, Véronique Bontemps, François Ceccaldi, Marion Slitine

 

À retrouver sur le site du CCMO


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Chargé de diffusion scientifique (21 avril 2023). Appel à communications | Colloque annuel CCMO : « La Palestine et le monde », 19-20 Octobre 2023, MucemLab, Marseille – LIMITE : 15/06/2023. IISMM. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/q2vl


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search