Appel à propositions | Ateliers AFEA : « Territoires affectés et déplacements de population », « L’anthropologie face aux ‘crises libanaises’ », novembre 2023, Paris  — LIMITE : 30/04/2023

L’ATELIER #15 Territoires affectés et déplacements de population : des événements par-delà la crise a été retenu pour le congrès de l’AFEA qui aura lieu cet automne à Paris. 

Celles et ceux qui souhaitent proposer une intervention afin de se joindre à nous sont les bienvenus. Voici résumé en quelques mots l’argumentaire :

De tout temps, des hommes, des femmes et des enfants ont été contraints de se déplacer, de fuir ou de quitter leur habitat alors que leurs espaces de vie étaient temporairement ou durablement bouleversés. Ce panel s’intéresse à un type particulier de déplacements, ceux concernant un groupe d’individus forcés collectivement de quitter leurs espaces de vie en raison du fait que ces derniers ont été affectés, détruits, rendus inaccessibles, inhabitables ou sont étiquetés trop risqués par les instances gouvernementales. Il s’agira de saisir le déplacement de population en tant qu’événement plutôt qu’en tant que crise. L’objectif sera d’engager une mise en regard transversale, au-delà des causes et des conditions des déplacements envisagés, sur des contextes souvent étudiés de manière cloisonnée. Pour dépasser les analyses sédentairo-centrés considérant les déplacements comme irrémédiablement pathologiques et source d’anomie, nous examinerons, à partir de cas ethnographiques, ce qui tient et se perpétue dans – ou avec – ces moments de grand chamboulement. Une première piste de réflexion sera d’interroger comment des logiques sociales (dispositif de gouvernance, organisations collectives de travail, relations aux pouvoirs centraux, structures d’interconnaissance, de sociabilité et de solidarité, etc.)peuvent se maintenir – quitte à s’ajuster – par-delà et malgré les réorganisations sociales et spatiales parfois drastiques. Une seconde piste pourra examiner les modalités de l’habiter et les rapports que les individus entretiennent, ensemble, avec leurs espaces –les anciens ou les nouveaux lieux de vie. Dans quelles mesures des manières de pratiquer, de nommer un espace, de s’y lier (dont rituellement), voire de se l’approprier, peuvent se maintenir ou s’ajuster dans un contexte de déplacement couplé à une forme de perte de l’espace d’origine ?

Vous trouverez ici un argumentaire plus développé ainsi que les thématiques des propositions déjà confirmées.

Cet appel sera clôt le 30 avril 2023

Les propositions sont à envoyer à Katiana Le Mentec (katianalementec[at]protonmail.com) et à Adeline Martinez (ad2martinez[at]gmail.com). Merci de bien vouloir préciser dans l’objet de votre mail “Atelier AFEA”. Il conviendra de suivre le format précisé ici : https://afea.hypotheses.org/appel-a-contributions-2 (un titre, un résumé de 2000 caractères. En complément, un résumé de 1000 signes destiné au programme si la communication est retenue). 

Les propositions retenues seront transmises le 7 mai 2023 au comité d’organisation du congrès AFEA 2023, qui les examinera à son tour avant validation finale.

Les informations sur le congrès sur disponibles ici : https://afea.hypotheses.org/congres-afea-2023

La liste des ateliers est ici : https://afea.hypotheses.org/ateliers


Atelier « L’anthropologie face aux ‘crises libanaises’ » lors du prochain congrès de l’AFEA (Paris, 2- 4 novembre 2023).
 
Vous trouverez ci-après un résumé de l’atelier #4 ainsi que le lien vers la page de l’AFEA 2023 pour plus de détails : https://afea.hypotheses.org/ateliers
 
Des « crises » à répétition semblent caractériser depuis une décennie le temps social et les représentations du Liban, au point que l’expression « crises libanaises » est entrée dans le langage courant des sciences sociales au Liban (Salenson, Marot, Koukoui, 2021). On a ainsi parlé d’une « crise sociale », avec l’arrivée depuis 2011 d’un million et demi de réfugiés syriens ; d’une « crise des déchets » en 2015 et d’une « crise politique » concomitante, due à l’incapacité du gouvernement à élire un président de la République – situation reproduite en 2022 ; d’une « crise économique et financière » de proportions inusitées depuis 2019, en passant par la « crise sanitaire » liée à la pandémie du Covid-19 et, aujourd’hui, au retour de maladies rares liées à la déficience du réseau d’infrastructures (eau, électricité, etc.) et aux conditions de précarité qui touchent une partie de la population. Le désastre lié à l’explosion du port de Beyrouth le 4 août 2020 enfin est devenu un emblème de l’état de disfonctionnement structurel du pays. Le Liban est également un terrain pour les sciences sociales où se confrontent des chercheur.euse.s aux approches variés (sociologues du fait politique, du droit et des migrations, politistes et économistes, anthropologues et urbanistes) afin de saisir les enjeux multiples qui intéressent la société libanaise (le confessionnalisme, la question du travail, les réfugiés, l’environnement, le développement urbain, etc.). Les sciences sociales au Liban semblent aujourd’hui se trouver plus que jamais confrontées aux défis qu’imposent ces états de crise, dont elles cherchent à saisir les conditions d’émergence, les registres de justification et les conséquences. S’interroger sur le rôle qu’y joue l’anthropologie est ainsi l’objectif de cet atelier.
Celui-ci vise à saisir les crises libanaises à partir des modalités déployées par les personnes pour les conceptualiser, pour y faire face ou en tirer profit. Le barycentre de notre réflexion sera déplacé tout particulièrement sur les conséquences de l’actuelle crise économique. Cet atelier a ainsi pour objectif de faire dialoguer des anthropologues ou des chercheur.euse.s qui ont recours à la pratique ethnographique, menant de front des recherches sur le rôle et la place des jeunes, des professionnels actifs, des militant.e.s, de la population âgée, des réfugiés et des personnes migrantes dans la crise. Il sera question tout d’abord de décrire et d’analyser les modalités pratiques de survie, de contournement et d’adaptation aux difficultés qu’impose la dégradation des conditions matérielles de vie, et les initiatives individuelles, familiales et collectives nées de cette condition de paupérisation et de précarisation généralisées. Dans un pays où la place de la famille et de la communauté est considérée primordiale et leur perpétuation est au centre des politiques patrimoniales communautaires et individuelles, comment la crise vient-elle ébranler ou renforcer les liens sociaux (famille, réseaux d’interconnaissance, liens d’amitiés) ou encore la notion de propriété et de travail ?
Cet atelier sera en outre l’occasion de réfléchir aux outils méthodologiques et épistémologiques envisagés par ces chercheur.euse.s dans leurs terrains respectifs. Notre objectif est de faire émerger les spécificités de l’anthropologie et de l’ethnographie lorsqu’il s’agit d’analyser, par exemple, l’essor d’initiatives collectives informelles ou individuelles pour réduire la baisse conséquente du pouvoir d’achat, de comprendre les nouvelles trajectoires migrantes, d’étudier les nouvelles pratiques de mise à profit des ressources agricoles, la promotion d’initiatives d’économie circulaire et solidaire, les actions de sensibilisation aux problématiques environnementales et, enfin, la transformation des modes de l’engagement militant, partisan ou non-confessionnel, autour de causes variées (droit au travail, protection de l’environnement, droits des minorités, questions de genre, etc.). Ces questions s’inscrivent enfin dans des temporalités spécifiques : celle de la planification, de la projection ou encore de l’imagination et interrogent avec force les dimensions personnelle, familiale, communautaire ou collective du futur. La dimension du futur occupera ainsi dans notre réflexion une place centrale et sera envisagée comme une ressource (quels imaginaires, projections, espoirs, investissements matériels et symboliques génère-t-elle ?), mais également comme une source de tensions (absence d’espoir, désengagement…).
 

Toute personne souhaitant intervenir dans cet atelier est priée de communiquer aux organisatrices (hc.abouzaki[at]gmail.com ;  degiacomettimichela[at]gmail.com ; tarabeylubna[at]yahoo.com ), avant le 30 avril 2023, un résumé de 2000 caractères ainsi qu’un résumé de 1000 signes destiné au programme si la communication est retenue.


 

Plus d’information : ici

 


Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2023, 5 avril). Appel à propositions | Ateliers AFEA : « Territoires affectés et déplacements de population », « L’anthropologie face aux ‘crises libanaises’ », novembre 2023, Paris  — LIMITE : 30/04/2023. IISMM. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q2up

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search