La BULAC fait son Cinéma du réel, édition 2023 — Auditorium du Pôle des langues et civilisations, du 28 au 30 mars 2023

Du 28 au 30 mars, la BULAC projette 4 films documentaires sélectionnés parmi la quarantaine de films en compétition au Festival international Cinéma du réel et vous propose une soirée spéciale dans le cadre du programme « L’aventure Varan Vietnam ».

Quand : 28 mars 2023 > 30 mars 2023
Où : Auditorium du Pôle des langues et civilisations

 

Pour la 7e année consécutive, la BULAC est lieu associé du Cinéma du réel, rendez-vous incontournable du film documentaire international. La dimension internationale de la programmation résonne particulièrement à la BULAC, qui fait le choix de mettre à l’honneur des films ancrés dans les aires géolinguistiques que recouvrent ses collections. Les projections sont accompagnées de débats et de pastilles vidéos avec les réalisateurs, des étudiants et des enseignants-chercheurs.Du 28 au 30 mars, assistez à deux soirées de projections-débats et à une soirée exceptionnelle, le mercredi 29 mars, dans le cadre du programme « L’aventure Varan Vietnam ».
Auditorium du Pôle des langues et civilisations65, rue des Grands Moulins – 75013 ParisEntrée libre
 

Sélection BULAC 2023 « Où est notre proche, où est notre lointain ? »

« Où est notre proche, où est notre lointain ? » est le fil rouge de la sélection 2023 de la BULAC, qui guidera vos pas de la Colombie à la Russie, en passant par le Nigéria et le Liban.
 

[Mardi 28 mars]

Projection 17h-17h38, débat après la proj.

« Piblokto » De Anastasia Shubina et Timofei Glinin
Russie, États-Unis / 38′ / Langue : russe
Visuel du film Piblokto
Visuel du film Piblokto (Cinéma du réel)
Synopsis. Sur les rives de la mer des Tchouktches, dans l’océan Arctique, un peuple vit à l’écart du reste du monde. En décrivant un quotidien marqué par la chasse au morse et à la baleine, ainsi que par la protection des villages contre les ours venus de la toundra, le film propose une méditation sur la mort.
La projection sera suivie d’un débat avec les réalisateurs Anastasia Shubina et Timofey GlininVirginie Vaté, anthropologue, chargée de recherche au CNRS rattachée au GSRL (Groupe Sociétés, Religions, Laïcité), et Shana Lemaire, étudiante en master d’études cinématographiques à l’Université Paris Cité.
 

[Mardi 28 mars]

Projection 19h-20h32, débat après la proj.

« Adieu sauvage » De Sergio Guataquira Sarmiento
Belgique, France / 92′ / Langues : cacua, espagnol, français
Visuel du film Adieu sauvage
Visuel du film Adieu sauvage (Cinéma du réel)
Synopsis. Le réalisateur Sergio Guataquira Sarmiento retourne en Colombie pour réaliser un film sur une épidémie de suicides dans les communautés amérindiennes. C’est l’occasion pour lui de renouer avec ses racines oubliées.
La projection sera suivie d’un débat avec le réalisateur Sergio Guataquira SarmientoAlberto Preci, géographe, post-doctorant au Centre de recherche et de documentation sur les Amériques (CREDA – université Sorbonne Nouvelle / CNRS) et Claire Vernhet, jeune diplômée du master Cinéma et audiovisuel de l’université Sorbonne Nouvelle.
 

[Mercredi 29 mars]

Table ronde, 18h-20h

Quand le cinéma documentaire raconte l’histoire d’un pays
Cette table ronde proposera aux cinéastes ayant encadré ou participé aux ateliers Varan Vietnam de dialoguer avec des enseignants-chercheurs ayant pour terrain le Vietnam.Les ateliers de cinéma documentaire lancés en 2004 à Hanoï par les Ateliers Varan ont permis à des étudiants et réalisateurs d’expérimenter pour la première fois le cinéma direct et surtout le son synchrone. Avec la volonté de donner la parole à des individus, des populations, des groupes ethniques invisibilisés de la société vietnamienne, les stagiaires plongent, caméra numérique en main, dans une société ouverte au capitalisme depuis peu. Tout en donnant à voir l’histoire de ces vingt dernières années au Vietnam, leurs films témoignent d’un rapport au monde en train de se transformer, et de l’urgence de le raconter. Les enseignants-chercheurs présents se feront l’écho de ces transformations.
Table ronde avec :
  • Pascal Bourdeaux, maître de conférences à l’EPHE ;
  • Sylvie Gadmer, cinéaste et co-fondatrice des Ateliers Varan Vietnam ;
  • Đoàn Hồng Lê, cinéaste ;
  • Thi Hai Nguyen, chargée de collections pour le domaine vietnamien à la BULAC, chercheuse associée au Centre Asie du Sud-est (EHESS/CNRS) ;
  • Paul Sorrentino, maître de conférences à l’EHESS ;
  • Trần Phương Thảo, cinéaste et productrice à Varan Vietnam ;
animée par Yves de Peretti, cinéaste et formateur aux Ateliers Varan

Projection de films d’atelier, 20h

La rencontre sera accompagnée d’une programmation de films réalisés à l’occasion des ateliers Varan au Vietnam.
« Dans le quartier de Thành Công, il y a le village de Thành Công » De Phan Thị Vàng Anh, 2004, 33′
Visuel du film Dans le quartier de Thành Công...
Visuel du film Dans le quartier de Thành Công… (Cinéma du réel)
Synopsis. Dans un vieux quartier de Hanoi, de nouveaux hauts-parleurs doivent être réparés et installés. Vàng Anh filme avec humour l’animation suscitée par cet événement et nous plonge au cœur des contradictions vietnamiennes.
« À qui appartient la terre ? » De Đoàn Hồng Lê, 2009, 55′
Visuel du film À qui appartient la terre ?
Visuel du film À qui appartient la terre ? (Cinéma du réel)
Synopsis. L’État vietnamien décide de moderniser et d’implanter de vastes complexes touristiques sur toute la zone côtière de la région agricole de Quảng Nam, obligeant les paysans à quitter leurs terres. Le film relate les réactions des habitants, dont la plupart ont participé à la lutte de libération pour l’Indépendance du Vietnam.
« Lune sur la briqueterie » De Lê Thu Minh, 2020, 36′
Visuel du film Lune sur la briqueterie
Visuel du film Lune sur la briqueterie (Cinéma du réel)
Synopsis. Installées le long du fleuve Mékong depuis des siècles, les briqueteries de Mang Thít ont été un symbole de la prospérité économique du delta. Aujourd’hui, le dernier four traditionnel va s’éteindre définitivement.
 

[Jeudi 30 mars]

Projection, 18h-18h36

« Un cœur perdu et autres rêves de Beyrouth » De Maya Abdul-Malak
France / 36′ / Langue : arabe
Visuel du film Un cœur perdu et autres rêves de Beyrouth
Visuel du film Un cœur perdu et autres rêves de Beyrouth (Cinéma du réel)
Synopsis. Des garçons plongent, des chats gémissent, une vieille dame fume, des jeunes gens dansent, un gardien des morts soupire. Ils sont le peuple d’une ville fantôme : Beyrouth, qui n’existe plus qu’en rêve.
Pastille vidéo à retrouver en ligne après la proj, avec la réalisatrice Maya Abdul-MalakRima Samman, enseignante à l’Inalco et cinéaste pluridisciplinaire, et Quentin Marlier, jeune diplômé d’un BTS Métiers de l’audiovisuel option métiers du montage et de la postproduction au Lycée Jacques Prévert (Boulogne-Billancourt).
 

[Jeudi 30 mars]

Projection 19h-20h27, débat après la proj.

« Coconut Head Generation » De Alain Kassanda
France, Nigéria / 89′ / Langues : anglais, yorouba
Synopsis. Tous les jeudis un groupe d’étudiants de l’université d’Ibadan, la plus ancienne du Nigeria, organise un ciné-club, transformant un petit amphithéâtre en une agora politique où s’affine le regard et s’élabore une parole critique.
La projection sera suivie d’un débat avec le réalisateur Alain Kassanda, et Émilie Guitard, chargée de recherche en anthropologie au CNRS et co-productrice du film, Anthony Obayomi, ancien étudiant nigérian, protagoniste du film, Élodie Apart, chargée de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), directrice de l’Institut Français de Recherche du Nigéria à Ibadan de 2016 à 2020, et Claire Vernhet, jeune diplômée du master Cinéma et audiovisuel de l’université Sorbonne Nouvelle.
 


Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2023, 20 mars). La BULAC fait son Cinéma du réel, édition 2023 — Auditorium du Pôle des langues et civilisations, du 28 au 30 mars 2023. IISMM. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q2te

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search