Parution : Marie-Céline Isaïa, Makram Abbès (eds), Liberté de parole. Les élites savantes et la critique des pouvoirs, Orient et Occident, VIIIe-XIIIe siècle, Brepols, 2023

 

Liberté de parole
Les élites savantes et la critique des pouvoirs, Orient et Occident, VIIIe-XIIIe siècle

Marie-Céline IsaïaMakram Abbès (eds)

 

 

 

 

La parrhésia antique idéalisée, cette parole franche qu’autorise et exige la démocratie, devrait disparaître avec l’installation des pouvoirs souverains du Moyen Âge. De fait, la répression légale des paroles sacrilèges signale la naissance de la théocratie pontificale et de l’État moderne au tournant des XIIIe et XIVe siècles. L’absolutisme va de pair avec une réduction de la liberté de parole à un simulacre politique.

Entre le VIIIe et le XIIIe siècle cependant, en Occident latin, en Islam et dans l’empire byzantin, des pouvoirs souverains qui disent tenir de Dieu leur autorité voient leurs élites religieuses continuer à revendiquer et à pratiquer une forme de liberté de parole. Ces élites exercent une critique justifiée par leur maîtrise de la tradition écrite et par leur expérience du gouvernement. Elles envisagent la liberté de parole comme un devoir religieux vis-à-vis du prince, en appellent à sa conscience et l’exhortent à être à la hauteur du pouvoir reçu de Dieu. Leurs paroles critiques prennent aussi un public à témoin, dans le cadre d’un rituel politique qui n’est jamais parfaitement contrôlé ni instrumentalisé. Elles contribuent ainsi à associer une large communauté, fondée religieusement, à l’exercice du pouvoir.En comparant la liberté de parole assumée par ces élites médiévales, c’est donc le fonctionnement des empires du Moyen Âge central qu’on analyse – des empires dont l’assise théocratique reste compatible avec la critique et implique la participation sous contrôle d’une partie des populations. Au début de la période, celui qui critique le prince lui donne un gage de fidélité ; il déclare que le pouvoir exercé peut être amélioré. À la fin de la période, le critique fait d’abord valoir son amitié pour le souverain – indice de la réduction de l’assise collective de ces régimes.

Marie-Céline Isaïa, membre junior de l’Institut Universitaire de France, est maître de conferences en histoire médiévale de l’Université Jean-Moulin Lyon3, habilitée à diriger des recherches, chercheur du laboratoire CIHAM-UMR 5648 – Histoire, archéologie, littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux où elle dirige le thème Savoirs et Autorités.

Makram Abbès est professeur d’études arabes à l’École Normale Supérieure de Lyon et chercheur du laboratoire TRIANGLE-UMR 5206 Action, discours, pensée politique et économique.

 

À retrouver sur le site de l’éditeur



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2023, 17 mars). Parution : Marie-Céline Isaïa, Makram Abbès (eds), Liberté de parole. Les élites savantes et la critique des pouvoirs, Orient et Occident, VIIIe-XIIIe siècle, Brepols, 2023. IISMM. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q2tc

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search