Chaire sécable de l’IISMM-EHESS | Professeur invité : Joseph Hill (University of Alberta)

 

Joseph Hill

Chaire : IISMM
À télécharger : Affiche

 

 

 

 

 

Joseph Hill (Ph.D., Yale University, 2007) est professeur agrégé d’anthropologie à l’Université d’Alberta, Canada et rédacteur en chef de la revue Islamic Africa.
Se concentrant principalement sur le mouvement soufi Fayḍa Tijāniyya au Sénégal et ailleurs, les recherches de Hill examinent comment de nouvelles représentations genrées de l’autorité islamique deviennent – ou ne deviennent pas – acceptées. Son livre Wrapping Authority: Women Islamic Leaders in a Sufi Movement in Dakar, Senegal (2018) documente l’émergence du leadership spirituel des femmes et l’absence frappant de débat et de controverse qui l’entoure.
Les recherches récentes de Hill au Sénégal et en Angleterre ont examiné comment les rappeurs et autres artistes musicaux sont devenus des porte-parole surprenants de ce mouvement islamique. Ces recherches continuent l’attention antérieure de Hill aux nouvelles formes d’autorité et de piété islamiques genrées, cette fois-ci des performances nouvelles et improvisées de masculinité musulmane et, occasionnellement, de féminité hip hop.

Joseph Hill participe au Programme Professeurs invités de l’EHESS sur proposition de Tal Tamari (IMAF) et de Marie Miran (IMAF) dans le cadre de la chaire sécable de l’IISMM.

 

CONFÉRENCES

 

‘Exhortation pour la fille musulmane’ : les shaykhas sénégalaises et l’éducation islamique des femmes ouest africaines

Après que Shaykh Ibrāhīm Niasse a initié le mouvement soufi Fayḍa Tijāniyya au Sénégal, il a rompu avec la coutume en faisant étudier l’Islam à ses filles aux côtés de ses fils. Beaucoup de ces filles sont devenues d’importantes enseignantes du Coran soit au Sénégal soit dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest. Une de ses filles ainées, Rukhayya Niasse, a publié un livre « d’exhortation pour la fille musulmane » – parmi les premiers livres publiés par une femme en langue arabe – dans lequel elle conseille les études, la piété et l’obéissance à ses parents et à son mari. Cette conférence examine les implications des enseignements islamiques donnés par ces femmes pour les femmes africaines. La question est posée de savoir dans quelle mesure on peut évaluer leur programme éducatif à travers une lentille libérale, et pourquoi les femmes africaines ont largement adopté leurs enseignements tout en rejetant les approches libérales.

Dans le cadre du séminaire “Dynamiques du genre en Afrique”de Marianne Lemaire et Anne Hugon

  • Le jeudi 11 mai de 10h30 à 12h30 – Salle 3.06, Centre de colloques, Campus Condorcet, Aubervilliers

 

Les technologies de l’auto-emballage : l’essor des chanteuses soufies dans la communauté Fayḍa Tijāniyya au Sénégal 

Cette conférence montre comment les chanteuses soufies de la communauté Fayḍa Tijāniyya au Sénégal construisent leur autorité et communiquent leurs connaissances religieuses à travers divers actes de « l’auto-emballage ». Bien que les chanteuses soufies soient pratiquement inconnues dans la communauté sénégalaise Fayḍa avant environ 2000, certaines sont récemment devenues des superstars sur le circuit populaire du chant soufi, et certaines agissent également comme guides spirituelles (muqaddamas) formellement désignées dans la voie soufie. Paradoxalement, ces chanteuses adhèrent à la croyance selon laquelle la voix d’une femme – comme son corps et sa présence sociale – est ʿawra, ou quelque chose à masquer et à protéger. Je présente des exemples de chanteuses dans plusieurs contextes : en tant que dirigeantes de chant dans les réunions ; dans des clips de musique virale produits en studio ; et comme refrain dans des clips de rap. Non seulement les vêtements, mais aussi diverses technologies, aménagements spatiaux et pratiques sociales peuvent agir comme des « emballages » qui contribuent à leur donner une figure d’autorité entourée du mystère de la femme.

Dans le cadre du séminaire “Anthropologie comparative des sociétés et cultures musulmanes”  de Yazid Ben Hounet (Programme)

  • Le mardi 16 mai 2023 de 15h à 19h – Collège de France, 11 Pl. Marcelin Berthelot, 75231 Paris (Salle 1)

Avec: « Cas de divorce au milieu du XIXe s. à Harar (Éthiopie) : rôles juridiques et sociaux du qadi, du dirigeant de la ville, des “anciens” et de l’agentivité des femmes », Muna Abubeker (Addis Ababa Univ., Ethiopia),
et « La souffrance des femmes et des enfants dans une société ‘conservatrice’ (Algérie) : entre la loi et la pratique », Nadia Ait Zai (Faculté de droit, Université d’Alger I)

 

Les rappeurs britanniques en tant que chefs soufis : de nouvelles liaisons entre Londres et l’Afrique dans le mouvement islamique global ‘Fayḍa Tijāniyya’

Dans une communauté locale appartenant au mouvement islamique « Fayḍa Tijāniyya » à Londres, les dirigeants, hommes et femmes, sont des rappeurs convertis à l’Islam qui ont été nommé comme guides spirituels par les autorités centrales de la Fayḍa au Sénégal. Pour bien des musulmans qui voient la culture hip-hop comme faisant partie du monde du spectacle, de la musique populaire, le leadership spirituel de ces rappeurs est une contradiction. Mais ces rappeurs utilisent le hip-hop pour chanter l’Islam et la connaissance soufie ainsi que pour se relier à l’Afrique métropolitaine et diasporique. Or comme genre complexe, ésotérique et paradoxal, le rap est le véhicule parfait pour le soufisme cosmopolite et populaire de la Fayḍa Tijāniyya. Cependant, pour les femmes ainsi que les hommes, il y a des tensions entre les modèles genrés de la piété islamique et la culture hip-hop. Cette conférence examine comment ces rappeurs naviguent les relations entre l’Islam, la race, et la mondialisation à travers le soufisme et le hip-hop, et dans quelles circonstances ils se distancient du hip-hop.

Dans le cadre du séminaire “Histoire et anthropologie comparées du fait religieux en Afrique” de Marie Miran, Alice Degorce et Sophie Bava

  • Le mardi 23 mai 2023 de 14h30 à 16h30 – Salle 25-B, Bâtiment EHESS, Campus Condorcet, Aubervilliers

 

Des trésors cachés aux trésors enveloppés d’or : l’émergence de l’autorité spirituelle des femmes tijānīs entre le 19e et le 21e siècle  

Cette conférence trace les transformations dans l’autorité religieuse des femmes dans la voie soufie Tijānī depuis son début en Afrique du Nord vers la fin du 18e siècle jusqu’à son émergence comme mouvement populaire en Afrique de l’Ouest dans l’ère contemporain. Elle démontre qu’un principe sémiotique – la norme que j’appelle « l’emballage » de la femme musulmane pieuse – a façonné les rôles des femmes dans chaque période. Mais ce principe a été réinterprété de diverses façons selon les circonstances historiques et culturelles. Pendant les premières générations de la Tijāniyya, l’existence des femmes nombreuses réputées pour leur sainteté ou leur érudition a été en grande partie effacée des récits historiques. Cependant, depuis environ 2000 à Dakar, une nouvelle cohorte visible de guides spirituelles féminines a émergé. Malgré leurs différences, les femmes spirituellement accomplies pendant les différentes périodes historiques de la Tijāniyya ont puisé dans un répertoire commun de normes, de métaphores et d’idiomes, y compris l’auto-emballage pieux. Cette conférence montre comment cette norme de l’auto-emballage, qui a contribué antérieurement à l’effacement des femmes, a été réinterprétée aujourd’hui comme une exigence de présenter les femmes publiquement d’une manière convenablement enveloppée.

Dans le cadre du séminaire “Anthropologie comparative du Sahel occidental musulman” d’Ismaël Moya, Jean Schmitz et Pietro Fornasetti.

  • Le mercredi 31 mai 2023 de 12h30 à 14h30 – Salle 3.09, Centre de colloques, Campus Condorcet, Aubervilliers

 

À retrouver sur le site de l’EHESS

 


Intervention dans le cadre de l’atelier « Femmes, islam et genre : singularités africaines (Sahel, Sahara) » organisé conjointement par l’IMAF et l’IISMM
le 24 mai 2023
>> (Ré)écoutez la séance L’autorité interprétative des femmes musulmanes reconsidérée : exégèse ordinaire chez les femmes leaders islamiques au Sénégal


 



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2023, 9 mars). Chaire sécable de l’IISMM-EHESS | Professeur invité : Joseph Hill (University of Alberta). IISMM. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q2sf

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search