Gauthier, Théophile, L’Orient, édité par Sophie Basch, Paris, Gallimard, coll. “Folio classique”, 2013, 640p.

Les articles et comptes rendus qui composent ce recueil posthume (1877) ont été écrits avant et après la découverte de l’Orient par Gautier. Ils accompagnent et complètent ses récits de voyage. Ils montrent combien l’Orient fit partie du quotidien de Gautier et façonna son regard. Les articles comptent au moins autant que les récits de voyage eux-mêmes (Grèce en 1852, Égypte en 1869) : l’Orient vécu cède la place à l’Orient rêvé. C’est le récit d’un voyageur mais aussi d’un grand lecteur et d’un passionné : les livres, les Expositions universelles et les arts composent son Orient mental. L’Orient de Gautier fut aussi celui des autres – peintres, architectes, écrivains, historiens, archéologues, ethnologues – qui assistèrent son imagination avant le départ et entretinrent son esthétique au retour. Ces sympathies, affinités et coïncidences rassemblent toute une société fascinée par l’Orient.

Voir sur le site de l’éditeur



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2013, 5 décembre). Gauthier, Théophile, L’Orient, édité par Sophie Basch, Paris, Gallimard, coll. “Folio classique”, 2013, 640p. IISMM. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pxfp

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search