D. Aigle, S. Péquignot (eds.), La Correspondance entre souverains, princes et cités-états. Approches croisées entre l’Orient musulman, l’Occident latin et Byzance (XIIIe-début XVIe s.), Brepols, 2013

240 p., 1 b/w ill., 156 x 234 mm, 2013
ISBN: 978-2-503-53147-2
Languages: French

La création au XIIIe siècle de l’Empire mongol suscite de fréquents échanges diplomatiques entre puissances orientales, mais aussi entre l’Orient, Byzance et l’Occident. À cette même période, les liens et les tensions qui unissent ou divisent empereurs, rois et princes chrétiens, se manifestent souvent au cours de rencontres personnelles ou par l’envoi de messagers et d’ambassades. Les correspondances des souverains jouent dans ces relations multiformes un rôle essentiel. Elles sont conservées en nombre croissant pour plusieurs territoires occidentaux sous domination chrétienne, alors que les lettres originales des souverains musulmans orientaux demeurent fort rares avant la consolidation de la chancellerie ottomane. Tout en précisant les raisons de ce profond déséquilibre archivistique, les études réunies dans La correspondance entre souverains permettent une première approche comparative des manières de rédiger, de transmettre, de conserver et, le cas échéant, de réutiliser ces lettres. Du Bosphore à Florence, du Yémen à Rome, de l’Égypte mamelouke à la cour des Mongols d’Iran, les lettres des souverains véhiculent des idéologies et, parfois, des prétentions dominatrices contradictoires, elles portent un discours représentatif du pouvoir dont elles émanent. Pièces centrales des échanges diplomatiques, les lettres sont imprégnées de modèles de chancellerie, puis soumises à des processus de transmission qui peuvent s’avérer extrêmement complexes. Certains originaux sont traduits, quelquefois à plusieurs reprises, par des intermédiaires aux compétences linguistiques inégales. Grâce à des analyses croisées menées jusqu’au début du XVIe siècle, l’on voit ainsi apparaître les effets de l’intensification des échanges diplomatiques sur l’art et les pratiques épistolaires souveraines.

Les éditeurs

Denise Aigle (École Pratique des Hautes Études, CNRS UMR « Orient et Méditerranée ». Spécialiste de l’Orient musulman médiéval, elle s’intéresse particulièrement aux contacts entre Orient et Occident à l’époque mongole. Elle est l’auteur de nombreux articles et ouvrages. Elle a notamment publié : Le Fārs sous la domination mongole (XIIIe-XIVe s.). Politique et fiscalité, Leuven, 2005 ; Le Bilād al-Šām face aux mondes extérieurs. La perception de l’Autre et la représentation du souverain, D. Aigle (dir.), Beyrouth, 2012.

Stéphane Péquignot (École Pratique des Hautes Études) est spécialiste de la diplomatie médiévale et de la couronne d’Aragon, il a notamment publié Au nom du roi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d’Aragon (1291-1327), Madrid, 2009; avec S. Andretta, M.-K. Schaub , J.-C. Waquet, C. Windler (dir.) Paroles de négociateurs. L’entretien dans la pratique diplomatique de la fin du Moyen Âge à la fin du XIXe siècle, Rome, 2010.

Sommaire

Avant-propos : Denise Aigle et Stéphane Péquignot

Introduction : Denise Aigle: Rédaction, transmission, modalités d’archivage des correspondances diplomatiques entre Orient et Occident (XIIIe– début XVIe siècle)

Frédéric Bauden : Du destin des lettres diplomatiques en Islam. Analyse des données et éléments de réponse

Benoît Grévin : Documents diplomatiques, diffusion des savoirs rhétoriques et problèmes d’interprétation. des versions latines de correspondances réelles ou fictives avec les souverains d’Orient (XIIIe-début XIVe s.)

Thomas Tanase: Les Mongols et le monde dans les registres de la papauté au XIIIe siècle. L’écriture d’une histoire

Jean Richard (Membre de l’Institut) : L’attitude de Grégoire IX à l’égard des souverains musulmans

Anne Troadec : La lettre de Baybars au comte Bohémond VI de Tripoli : une arme dans l’arsenal idéologique des Mamelouks

Éric Vallet : Mūsā b. al-Ḥasan al-Mawṣilī et la correspondance des sultans rasūlide du Yémen. Genèse d’un ordre épistolaire

Élisabeth Malamut: La lettre diplomatique et l’ambassadeur de Byzance sous le règne d’Andronic II

Isabella Lazzarini : Écrire à l’autre. Contacts, réseaux et codes de communication entre les cours italiennes, Byzance et le monde musulman aux XIVe et XVe siècles

Jean-Louis Bacqué-Grammont : Les lettres diplomatiques des Ottomans avec l’Inde moghole, la Transoxiane et l’Iran. Estimation des sources disponibles

Conclusions : Stéphane Péquignot

Bibliographie générale
Index des noms propres
Index des noms de lieux
Index des thèmes et termes techniques

infos:

http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503531472-1


Alice KADRI

Agrégée d'Espagnol et docteur en Histoire médiévale à l'Université de Nantes, elle travaille sur les mudéjars/morisques et la littérature aljamiada (Espagne, XV-XVIe s.).

Vous aimerez aussi...