Création du Centre Elahé Omidyar Mir-Djalali d’études persanes – EPHE

Le Fonds de dotation de l’EPHE – PSL reçoit un don de 2 millions de dollars pour la création du « Centre Elahé Omidyar Mir-Djalali d’études persanes ».

Le Fonds de dotation de l’École Pratique des Hautes Études reçoit un don exceptionnel de 2 millions de dollars grâce à la générosité de Madame Elahé Mir-Djalali Omidyar, Fondatrice et Présidente du Roshan Cultural Heritage Institute, ancienne élève de l’EPHE – PSL. Ce don permettra la création du « Centre Elahé Omidyar Mir-Djalali d’études persanes ».

Depuis plus de 150 ans, l’École Pratique des Hautes Études répond aux grands défis scientifiques, en restant fidèle au principe qui a prévalu à sa création : former à la recherche par la pratique de la recherche. Dans le cadre de sa stratégie de mécénat, l’École a créé un fonds de dotation dont la vocation est de soutenir durablement ses missions d’intérêt général.

Le Roshan Cultural Heritage Institute (RCHI)
Fondé en 2000 aux USA et dirigé par son érudite présidente, Dr Elahé Mir-Djalali Omidyar, le Roshan Cultural Heritage Institute soutient la préservation, la transmission et la diffusion académique et culturelle de la langue et de la culture iraniennes dans toute leur diversité. Il est à l’origine de la création des dizaines de chaires et de centre d’études persanes dans les universités d’Amérique du Nord (UCLA, Arizona, North Carolina/Chapel Hill, Washington, Maryland, Toronto…).

L’EPHE et la culture iranienne
De la Perse antique à l’Iran islamique, la recherche sur cette civilisation millénaire a toujours été présente à l’EPHE : de Clément Huart et Émile Benveniste jusqu’à Denise Aigle, Frantz Grenet et Christian Jambet, en passant par Jean de Menasce, Henry Corbin, Guy Monnot et bien d’autres. Actuellement, plusieurs enseignants-chercheurs des deux sections des sciences humaines de l’EPHE ont fait de l’Iran, dans sa très longue histoire, le centre de gravité de leurs travaux : Mohammad Ali Amir-Moezzi, Constance Arminjon, Samra Azarnouche, Wouter Henkelman et Philip Huyse.
C’est la raison pour laquelle, forte de cette solide expertise de la culture et de l’histoire iraniennes dans plusieurs disciplines allant de la linguistique et de la religion à l’archéologie et à l’histoire de l’art, l’EPHE – PSL était le lieu académique tout indiqué pour la création d’un Centre interdisciplinaire d’études persanes grâce au Roshan Cultural Heritage Institute. L’EPHE – PSL est la première institution scientifique européenne qui bénéficie de ce soutien.

Le « Centre Elahé Omidyar Mir-Djalali d’études persanes »
En l’honneur de Madame Elahé Omidyar Mir-Djalali, PhD, Fondatrice et Présidente de RCHI et en reconnaissance de son attachement à notre École, le centre sera nommé “Centre Elahé Omidyar Mir Djalali d’études persanes“. Mohammad Ali Amir-Moezzi en sera le directeur.
Il servira de centre international d’excellence pour la recherche, la formation, la diffusion des connaissances sur tous les aspects de la civilisation et de la culture iraniennes. Ses activités s’adresseront aux chercheurs et étudiants de l’École, aux établissements membres de PSL et aux universités étrangères, ainsi qu’à la communauté intellectuelle de l’aire culturelle iranisée.

À titre d’exemple, le Centre Elahé Omidyar Mir-Djalali d’études persanes accueillera un cycle annuel de conférences avec d’éminents universitaires français et étrangers, organisera des colloques et des manifestations culturelles, permettra des financements de quatrième année de thèse, aidera à la publication d’ouvrages en études iraniennes.

« Je suis sincèrement ravie et profondément touchée que la première institution académique soutenue par Roshan Cultural Heritage Institute en Europe soit créée au sein de l’École Pratique des Hautes Études. Je suis arrivée à Paris, de mon Iran natal, en 1958 et j’ai soutenu ma thèse en linguistique persane en 1974, sous la direction de Maurice Gross à Paris 7. Mais, en ce qui concerne les études iraniennes, les conférences les plus impressionnantes, les recherches les plus rigoureuses et les personnalités les plus fascinantes que j’ai rencontrées pendant toutes mes études, je les ai connues à l’École Pratique des Hautes Études que j’ai fréquentée entre 1965 et 1975 : Jean Aubin et Jean Calmard sur l’Iran prémoderne, Gilbert Lazard sur la linguistique des langues iraniennes, Henry Corbin sur l’islam iranien. Depuis ces années, l’EPHE est pour moi le symbole de l’excellence scientifique française et je suis heureuse de dire que l’œuvre du Professeur Mohammad Ali Amir-Moezzi illustre aujourd’hui cette excellence. C’est la raison pour laquelle il me tenait à cœur que ce Centre d’études persanes voit le jour à l’EPHE et qu’il soit dirigé par Monsieur Amir-Moezzi ».

 

À retrouver sur le site de l’EPHE



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2022, 15 décembre). Création du Centre Elahé Omidyar Mir-Djalali d’études persanes – EPHE. IISMM. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q2mn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search