Appel à contributions | Journal des africanistes, « Objets et migrations africaines. Subjectivités en exil » — LIMITE : 05/02/2023

Dossier coordonné par :
Hinde Maghnouji, ethnologue, docteure à l’IMAF (Ehess), psychologue clinicienne auprès de demandeurs d’asile à Paris.
&
Pierre Peraldi-Mittelette, ethnologue, docteur au LESC (UMR 7186), affilié à l’Institut Convergences Migrations (2021-2025).


Présentation :

Les Septièmes rencontres des études africaines en France (REAF) traitaient, notamment, des questions de mobilité. À leur suite, nous invitons les chercheurs en sciences humaines et sociales à aborder les questions des migrations africaines au prisme de la place des objets comme traces des traversées de frontières. Cette question a déjà été abordée récemment en anthropologie de l’art [1], en anthropologie des techniques [2], ou encore selon des approches muséales [3]. Bien qu’elles puissent à nouveau être interrogées [4], nous optons dans cet appel pour une approche axée plus spécifiquement sur les liens entre les objets et les migrations. Nous envisageons les objets comme des entités accompagnant les personnes, qu’il s’agisse d’objets emportés avec soi [5] ou fabriqués durant les traversées de frontières [6], un peu comme des personnes-objets auxquelles se rattacher [7] et qui permettent de se souvenir de sa terre et de son identité [8]. Ce numéro s’inscrit dans une réflexion concernant la condition de migrant [9], d’exilé [10] ou de diasporant [11]. Ce retour à l’individu et à ce qu’il emporte avec lui, nous entendons l’interroger en nous inscrivant, entre autres, dans les pas de Alexandre-Garner et Galitzine-Loumpet (2020) qui ont mis en place une réflexion collective concernant les objets et la migration. Dans cet appel, nous souhaitons nous centrer sur des objets qui rattachent les personnes en situation migratoire à un ailleurs laissé derrière soi, quel que soit le temps qui les sépare de leur lieu de départ. Il peut s’agir d’objets apportés avec soi, créés dans le temps du voyage, ou d’objets créés sur la terre d’accueil. Nous proposons ici d’interroger les manières dont ces objets créent des ponts entre une expérience présente (dans le pays d’accueil ou de transit) et un ailleurs laissé derrière soi.
(pour en savoir plus, voir PJ)


Modalités :

Les résumés de propositions d’articles (350 mots) sont attendus avant le 05 février 2023. Ils sont à communiquer par mail à Pierre Peraldi-Mittelette (peraldimittelettepierre[at]yahoo.fr) et Hinde Maghnouji (hinde.maghnouji[at]gmail.com). Les auteur.e.s dont les propositions auront été retenues en seront informé.e.s courant avril 2023. La date limite de réception des articles est le 15 octobre 2023. Les textes peuvent être proposés en français comme en anglais.
Page de présentation de la revue

AAC_Journal des africanistes
Flyer-AAC
 

[1Bondaz 2016 ; Heinich 2002 ; Kauffman 1997 ; Latour 2008.
[2Appadurai 1986 ; Barthes 2000.
[3Bondaz 2016 ; Debary 2019 ; Gruson 2017 ; Hatzfeld 2015 ; Revolon, Lemonnier et Bailly 2012.
[4Canut et Sow 2014 ; De Gourcy et Chachoua 2018 ; Girard-Muscagorry et Goni 2022 ; Gutron et Skounti 2018 ; Peraldi et Terrazzoni 2016 ; Schinz 2021.µ
[5Kauffman 1997 ; Galitzine-Loumpet 2013 ; Thomas 2014 ; Grognet 2008.
[6Douville 2020.
[7Heinich 2002.
[8Anstett et Gélard 2014.
[9Agier et Le Courant 2022 ; Canut et Mazauric 2014 ; Leclerc-Olive 2018 ; Raulin, Cuche et Kuczynski 2009 ; Tassin 2017.
[10Alexandre-Garner et Galitzine-Loumpet 2020 ; Galitzine-Loumpet et Saglio-Yatzimirsky 2018 ; Nouss 2015 ; Sayad 1999.
[11Tololyan 2006.



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2022, 29 novembre). Appel à contributions | Journal des africanistes, « Objets et migrations africaines. Subjectivités en exil » — LIMITE : 05/02/2023. IISMM. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q2l7

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search