Appel à contributions | Revue REMMM « Les études sur les mondes musulmans et les humanités numériques » — LIMITE : 15/12/2022

Projet de publication proposé par Antoine Perrier and Clément Salah

À l’image de tous les domaines du savoir, les humanités numériques ont bouleversé les études sur les mondes musulmans : la multiplication des corpus documentaires en ligne, l’accès à des millions de livres numérisés en arabe (par exemple dans la base al-maktaba al-šāmila) mais aussi en persan, syriaque, langues berbères et turques, le nouveau terrain que représente internet lui-même ont ouvert de nouvelles possibilités à toutes les disciplines des sciences humaines et sociales. Les études sur les mondes musulmans suivent ce mouvement d’ensemble tout en conservant leur spécificité : le but de ce dossier est de proposer une première réflexion sur l’intégration des humanités numériques dans ces régions et sur les recherches dont elles sont l’objet.

  • 1 Définies par un ensemble de techniques au service des sciences humaines et sociales (numérisation d (…)

Cet appel s’inscrit dans le sillage d’initiatives récentes pour fédérer les projets et réflexions sur les humanités numériques1 pour ce champ. Le groupement d’intérêt scientifique (GIS) Moyen-Orient Mondes musulmans a consacré un de ses derniers chantiers prioritaires aux humanités numériques, aboutissant à la publication d’un livre blanc en septembre 2020 (Vers la science ouverte ? La transition numérique et la recherche sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans en France) et l’organisation d’une école de printemps sur les manuscrits maghrébins et les nouvelles technologies numériques en mai 2022. Ces réflexions ont contribué à la création, au sein de la TGIR Huma-Num, du consortium DISTAM (Digital Studies – Africa Asia Middle East) : ces avancées ont contribué à donner une nouvelle visibilité, encore insuffisante, aux enjeux numériques pour la communauté savante.

Le but de ce dossier est de prolonger cet effort en offrant une réflexion approfondie sur les effets de l’intégration des humanités numériques au sein de travaux portant sur les mondes musulmans dans différentes disciplines : il ne se limite pas à une approche philologique de la question – berceau du développement des humanités numériques en général – mais adopte une démarche ouverte aux sciences du contemporain. Il vise en effet à replacer l’intégration des humanités numériques dans le contexte politique, économique et social de ces régions et à concevoir les ressources numériques comme des matériaux de recherche en soi tant pour les philologues, littéraires et historiens que pour les sociologues et politistes. Il ne propose pas une présentation de techniques en propre mais vise plutôt un panorama des recherches conduites à l’aide des humanités numériques, ou de la façon dont celles-ci traversent toute recherche actuelle sur la région. Ce faisant, ce dossier entend non seulement mieux faire connaître des chercheurs certaines méthodes et ressources, mais surtout proposer une réflexion sur les transformations qu’elles induisent ou accompagnent dans les études sur les mondes musulmans, comme sur le rôle pionnier que ces dernières peuvent jouer dans ce domaine en pleine expansion.

État de l’art

  • 2 Elias Muhanna(éd.), The Digital Humanities and Islamic & Middle East Studies, Berlin, Walter de Gru (…)
  • 3 Lambertus Willem Cornelis van Lit, Among Digitized Manuscripts. Philology, Codicology, Paleography (…)
  • 4 Maxim Romanov, “A Digital Humanities for Premodern Islamic History”, International Journal of Middl (…)
  • 5 Motasem Alrahabi, Carmen Brando, Muhamed AlKhalil et Joseph Dichy, « Paris dans les récits de voyag (…)

La recherche, notamment anglo-saxonne, a déjà abordé les humanités numériques au Maghreb-Moyen-Orient sous un angle réflexif. Comme en témoigne la première synthèse proposée par Elias Muhanna, la technologie numérique est à la fois mise au service de questionnements classiques (philologiques, historiques, littéraires…) et crée elle-même de nouveaux types d’enquêtes2. Les manuscrits en particulier font l’objet d’un grand nombre de projets aboutissant à la publication de vastes corpus de sources. Cornelis van Lit met ainsi en relief le changement de paradigme que connaissent les disciplines du manuscrit, sans pour autant que les humanités numériques ne s’opposent aux méthodes et aux fins des humanités classiques3. Les potentialités offertes, par exemple, par les techniques d’extraction de texte manuscrit et par la fouille de texte permettent aux chercheurs de parcourir de vastes corpus de textes classiques, à une vitesse nouvelle, au service de recherches transversales, certes aux dimensions nouvelles, mais qui obéissent aux mêmes exigences méthodologiques que les méthodes de lecture classique4. Les chercheurs témoignent tous de la rupture majeure et incontournable induite par les humanités numériques ; ils insistent toutefois sur le fait que la technologie ne se substitue pas à la main humaine et qu’elle apporte, en plus de nouveaux atouts pour la recherche, son lot de problèmes. Ces publications, toutes très récentes, ne font pas encore une juste place aux initiatives françaises en la matière – même si certaines recherches montrent l’intérêt de la cartographie des entités nommées pour une nouvelle analyse des corpus littéraires5.

  • 6 Jawhar Jammoussi (dir.), Les Humanités Numériques, Paris, Averroes & Cie, 2020.
  • 7 Alain Vaucelle, Henri Hudrisier, « Enjeux sociétaux et linguistiques des Humanités numériques au Ma (…)

Les projets français tentent de trouver place dans ce paysage internationalisé : d’une bibliothèque numérique franco-berbère à l’histoire contemporaine de Jérusalem, d’une indexation des ressources numériques sur le Maghreb à l’architecture du Caire, les projets et bases de données sur les mondes musulmans se multiplient. Au Maghreb, le confinement a représenté un tournant, ouvrant la voie à de nombreuses réflexions sur l’enseignement à distance ou les conséquences sociales de la part grandissante tenue par l’informatique dans la vie quotidienne des sociétés maghrébines6. Les effets de l’intégration des humanités numériques au sein des bibliothèques et des universités de la région restent encore mal connus malgré les nombreux enjeux qu’elles soulèvent7 ; de la même façon, la gamme des disciplines concernées se limite aux études des manuscrits. En conséquence, ce dossier veut élargir la réflexion aux sciences du contemporain en interrogeant l’usage, par les sociologues, politistes, géographes ou anthropologues, des données numériques constitutives de nouveaux terrains, ou bien, par exemple l’usage des technologies dans la définition d’objets classiques de leur discipline (espaces publics, politiques gouvernementales, diasporas, etc.). Il voudrait encourager une réflexion sur les apports des humanités numériques tout en adoptant une démarche critique sur leurs limites. De cette façon, celles-ci pourront être prises en compte dans la genèse même des projets de recherche dont elles ne constituent pas seulement un outil : les humanités numériques changent aussi en profondeur leurs questionnements.

Axes de recherche

Les études sur le monde musulmans s’inscrivent dans un cadre spécifique : d’abord, l’accès au terrain peut s’avérer difficile en raison du contexte géopolitique. De plus, certaines langues de la région aux graphies non latines apparaissent comme « peu dotées » par les spécialistes des technologies numériques. Enfin, les sources et données en langues vernaculaires — notamment dans les espaces anciennes colonisés — sont parfois sous-représentées. Devant ces originalités, les humanités numériques représentent un atout sur lequel ce dossier propose de porter un regard critique. Les contributeurs seront appelés à s’interroger sur l’un des trois axes suivants :

Axe 1 : Les humanités numériques dans les mondes musulmans

En adoptant une définition très large des mondes musulmans (Maghreb, Machrek, Turquie, Iran, Asie Centrale), ce dossier voudrait accueillir les travaux s’intéressant aux politiques actuellement conduites dans les bibliothèques, les archives, les musées ou toute institution culturelle en matière de numérisation ou de valorisation, par le numérique, de leurs collections. Quels enjeux patrimoniaux représente la sauvegarde informatique d’un corpus de manuscrits ou d’objets ? Quels sont les moyens à disposition des institutions sur place, les coopérations actuellement en cours ? À quelles fins (de conservation, d’accès au public, de valorisation) ces politiques sont-elles mises en place ?

L’usage des humanités numériques pour la défense d’une culture locale ou marginalisée, la question de la pérennité des formats de stockage, le rôle social du numérique pour la préservation d’un héritage oral, la place des langues sémitiques (l’arabe en premier lieu, mais aussi le syriaque ou l’hébreu) ainsi que des langues berbères, turques, persanes, etc. dans les modes d’indexation des données font partie intégrante de cet axe. Celui-ci voudrait plus généralement proposer une réflexion sur l’accès au terrain : en sort-il facilité, notamment pour les pays devenus dangereux ou fermés, par les humanités numériques ? Quels risques celles-ci peuvent-elles faire peser pour les disciplines savantes sur les mondes musulmans, menacées de renouer avec un orientalisme distant ?

Axe 2 : Les usages scientifiques des humanités numériques

Les technologies d’extraction de texte, d’indexation, ou de traitement automatique des langues ont offert aux chercheurs des nouveaux outils pour leurs projets de recherche. Quelles enquêtes sont désormais rendues possibles par ces technologies ? Le traitement d’une grande masse de données, par la fouille de texte, permet des recherches transversales dans des corpus désormais numérisés et accessibles. Quels sont les apports scientifiques offerts par cette nouvelle échelle de travail ? Quels corpus sont découverts ou redécouverts, ou différemment compris grâce à ces méthodes ? Comment les technologies numériques modifient-elles, à l’origine, le questionnement ou le périmètre d’une recherche ? D’un autre côté, quelles sont les limites de ces outils : quelle part est laissée aux méthodes classiques de lecture ou de traitement des données, quels biais, dans la lecture même des sources, sont présents ?

Cet axe voudrait accueillir les recherches menées à une échelle individuelle ou collective à l’aide de ces outils numériques, en rentrant moins dans le détail de leur technique que dans leurs effets concrets sur la recherche, le protocole de l’enquête et ses résultats. Il accueille les auteurs appartenant aux disciplines du manuscrit ou du texte (histoire, histoire de l’art, philosophie, littérature, philologie, linguistique, codicologie…) mais aussi les recherches en sciences politiques, sociologie, relations internationales, géographie, etc. Par exemple, les usages d’internet sont au cœur de nouvelles pratiques de politisation ou de connexion des sociétés musulmanes, comme forme de diffusion d’une culture religieuse, moyen de démocratisation ou véhicule de contenus globalisés.

Axe 3 : Le numérique comme nouvel objet de recherche en sciences humaines et sociales

Le numérique n’offre pas seulement des outils mais aussi des objets de recherche aux sciences humaines et sociales : l’histoire des collections, de leur constitution dans les siècles passés à leur numérisation, les bases de données documentaires en ligne, les cartes et visualisations issues des systèmes d’information géographique (SIG), les archives du web, les terrains que représentent les réseaux sociaux. Cet axe accueillera les recherches portant sur un corpus numérique, avec une dimension méthodologique et critique : comment l’accès à internet a bouleversé, pour les politistes et les sociologues, leur pratique et leur définition du « terrain » ? Quels problèmes posent l’archivage, la pérennité et le référencement du web ? Quel rapport le terrain « virtuel » entretient-il avec le monde « réel » ? Comment faire d’un musée virtuel, d’un catalogue en ligne, d’un manuscrit numérisé, un nouveau type d’objet de recherche ? Les sciences du contemporain se sont déjà emparées de ces questions. Elles peuvent trouver dans les ressources dispersées sur le web ou dans différents modes de stockage souvent fragiles les moyens de continuer la sociologie de terrains inaccessibles, comme la Syrie post-révolutionnaire (ANR Shakk) ou l’« ethnologie à distance » des évènements historiques récents, comme la révolution iranienne (ERC Off-site).

Coordinateurs du numéro

Antoine Perrier est chargé de recherche au CNRS, historien du Maghreb contemporain (XIXe-XXe siècle). Agrégé d’histoire et ancien membre de la Casa de Velázquez, il a dirigé pour le GIS Moyen-Orient Mondes musulmans le programme « Khaṭṭ Maġribī » de philologie numérique en 2021-2022. Il est actuellement responsable adjoint, auprès de Choukri Hmed, du chantier prioritaire sur le Maghreb au sein du même GIS. Arabisant, ses recherches s’appuient sur la fouille de textes de corpus numérisés d’archives marocaines.

Clément Salah est doctorant à Sorbonne Université et l’Université de Lausanne où il enseigne la langue arabe. Historien du Maghreb médiéval et du droit islamique (VIIIe-Xe siècle), il prépare une thèse de doctorat sur la formation et l’évolution de la doctrine juridique mālikite en Ifrīqiya (Tunisie actuelle) dans laquelle il allie approche prosopographique à l’édition de manuscrits juridiques inédits. En plus de ses travaux dans ce domaine, il porte un intérêt aux problématiques liées à la reconnaissance automatique des écritures manuscrites (HTR) : il a notamment participé à l’élaboration d’un modèle de reconnaissance des écritures manuscrites maghrébines et des écritures arabes anciennes irrégulièrement diacritisées.

Calendrier

Les propositions d’article (4000 signes maximum), accompagnées d’une courte notice biographique, sont à envoyer avant l5 décembre 2022 à Antoine PERRIER <antoine.perrier[ay]sciencespo.fr>. Les auteurs seront contactés avant la fin du mois suivant.

Les articles, rédigés en français ou en anglais, et d’un volume maximal de 45000 signes, devront être soumis au plus tard le 1er juin 2023. Pour plus d’informations concernant les règles de rédaction et le processus éditorial, voir ici : https://journals.openedition.org/remmm/3004

Notes

1 Définies par un ensemble de techniques au service des sciences humaines et sociales (numérisation de ressources documentaires, bases de données en ligne, indexations de ressources sur le web, collecte automatique de données, extraction et enrichissement de textes, etc.).

2 Elias Muhanna(éd.), The Digital Humanities and Islamic & Middle East Studies, Berlin, Walter de Gruyter, 2016.

3 Lambertus Willem Cornelis van Lit, Among Digitized Manuscripts. Philology, Codicology, Paleography in a Digital World, Handbook of Oriental Studies, Leiden/Boston: Brill, 2019.

4 Maxim Romanov, “A Digital Humanities for Premodern Islamic History”, International Journal of Middle East Studies, vol. 50, n°1, 2018, p. 129-134.

5 Motasem Alrahabi, Carmen Brando, Muhamed AlKhalil et Joseph Dichy, « Paris dans les récits de voyage d’écrivains arabes : repérage, analyse sémantique et cartographie de toponymes », Humanités numériques, vol. 3, 2021. https://journals.openedition.org/revuehn/1079

6 Jawhar Jammoussi (dir.), Les Humanités Numériques, Paris, Averroes & Cie, 2020.

7 Alain Vaucelle, Henri Hudrisier, « Enjeux sociétaux et linguistiques des Humanités numériques au Maghreb ». 15ème édition du Colloque International sur le Document Electronique, novembre 2012, Tunis, p. 41-53. https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/hal-00749303/

 

À retrouver sur le site de la REMMM


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search