Parution : Revue Critique internationale Vol. 96, Presses de Sciences Po, juillet-septembre 2022

 

 

CRITIQUE INTERNATIONALE
Revue comparative de sciences sociales
N° 96 (juillet-septembre 2022)

 

 

Les acteurs confessionnels du développement
Souvent appréhendés à l’échelle internationale, ces acteurs sont ici étudiés dans leurs relations situées avec l’État, à partir d’une approche empirique et localisée. Parce qu’ils s’engagent dans les politiques de développement, ils deviennent des partenaires tolérés par le pouvoir selon différentes logiques de « décharge ». Tandis que leur périmètre d’action est soigneusement négocié avec les autorités publiques pour des raisons matérielles, statutaires et sécuritaires, la pérennité de leurs actions est due, entre autres, à leur capacité à négocier des combinaisons d’imaginaires politico-religieuses, ce qui ne les empêche pas de participer aux rapports de domination existants.
ISBN 978-2-7246-3724-3

 

Éditorial
https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2022-3-page-5.htm


Thema
Les acteurs confessionnels du développement

Sous la responsabilité de Lucas Faure, Dilek Yankava et Nathalie Ferrière

Le religieux et le développement : négociations politiques des convictions morales
par Lucas Faure, Dilek Yankava, Nathalie Ferrière et Camille Noûs
https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2022-3-page-9.htm

Les ONG catholiques et musulmanes dans le champ de la bienfaisance en France : quand l’appartenance religieuse conditionne le rapport à l’État
par Lucas Faure et Nathan Jobert
https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2022-3-page-23.htm

«Aimer et contrôler son prochain» ? Imbrications négociées des logiques compassionnelle et sécuritaire chez les acteurs confessionnels chrétiens dans l’industrie migratoire marocaine
par Sophie Bava et Anissa Maâ
https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2022-3-page-43.htm

Servir le quartier au nom de Dieu. L’engagement associatif dans la République islamique d’Iran, entre religiosité et éthique du service
par Sahar Aurore Saeidnia
https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2022-3-page-63.htm

De vive voix
L’humanitaire et le religieux. Entretien avec Jonathan Benthall

par Lucas Faure
https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2022-3-page-85.htm

Varia
Pleurer les « martyrs du devoir » dans l’Égypte postrévolutionnaire : du deuil public au deuil collectif

par Sixtine Deroure
https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2022-3-page-105.htm

Les oligarques de l’Ukraine post-Maïdan : une imbrication des sphères politique et économique
par Anastasia Fomitchova
https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2022-3-page-127.htm


Lectures
Les mondes de la bien-faisance : les pratiques du bien au prisme des sciences sociales de Laura Ruiz de Elvira et Sahar Aurore Saeidnia (dir.)
par Matthieu Hély
https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2022-3-page-153.htm

The Women’s International Democatric Federation, the Global South, and the Cold War. Defending the Rights of Women of the « Whole World » ? de Yulia Gradskova
par Iona Cîrstocea
https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2022-3-page-157.htm

La croissance verte contre la nature. Critique de l’écologie marchande de Hélène Tordjman
par Pierre-Yves Cadalen
https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2022-3-page-163.htm

State-Sponsored Activism: Bureaucrats and Social Movements in Democratic Brazil de Jessiva A.J. Rich
par Margaux De Barros
https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2022-3-page-169.htm

The Hundred Years’ War on Palestine: A History of Settler Colonialism and Resistance, 1917-2017 de Rashid Ismail Khalidi
par Caterina Bandini
https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2022-3-page-175.htm

The Sovereign Debt Diplomacies: Rethinking Sovereign Debt from Colonial Empires to Hegemony de Pierre Pénet et Juan Flores Zendejas (eds)
par Nathalie Ferrière
https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2022-3-page-179.htm

1Avec ce Thema consacré aux acteurs confessionnels du développement, Critique internationale est dans son cœur de cible : depuis des terrains souvent locaux et ethnographiques, les auteur·es interrogent les définitions et les pratiques variables de ces ONG que Lucas Faure, Dilek Yankaya et Nathalie Ferrière, le coordinateur et les coordinatrices de ce dossier, qualifient de « faiseurs de la mondialisation ».

2Lucas Faure et Nathan Jobert dressent les contours du champ de la bienfaisance en France. Pour ce faire, ils s’appuient sur une comparaison entre les ONG catholiques de la cause des chrétiens d’Orient et les ONG humanitaires islamiques, et montrent que les logiques d’atténuation du religieux relèvent, certes, d’enjeux communs, mais aussi et surtout d’un traitement différencié de ces associations de la part de l’État.

3Sophie Bava et Anissa Maâ, quant à elles, s’intéressent aux ONG chrétiennes au Maroc, qui connaissent depuis les années 2000 un renouveau d’activité et de légitimité avec l’arrivée et la prise en charge des migrants d’origine subsaharienne. Leur analyse des discours et pratiques de ces acteurs religieux de l’humanitaire permet de démêler l’enchevêtrement des logiques compassionnelles et des logiques sécuritaires, liées au gouvernement international des mobilités africaines.

4Le cas de l’Iran amène Sahar Aurore Saeidnia à interroger la catégorie ONG en fonction des contextes. À travers l’étude des associations de développement de quartiers, les shorâ yâri, l’auteure décrit comment certains acteurs de la « société civile islamique » promue par la Révolution de 1979 s’inscrivent dans des logiques de bienfaisance confessionnelle. Ce faisant, elle analyse la façon dont le religieux façonne l’engagement dans le social et les rapports au politique.

5Ce Thema est complété par un entretien avec Jonathan Benthall réalisé par Lucas Faure pour la rubrique « De vive voix ». Grand spécialiste des organisations humanitaires islamiques, l’ancien directeur du Royal Anthropological Institute de Londres « revient en détail sur les évolutions significatives de l’aide internationale dont il est à la fois un acteur et un témoin de premier plan, puisqu’il est anthropologue, expert, et trustee auprès de plusieurs ONG. Ses travaux et ses engagements éclairent de l’intérieur nombre des questionnements relatifs à l’humanitaire et à la religion qui traversent ce dossier » [1][1]Lucas Faure, Dilek Yankaya, Nathalie Ferrière et Camille Noûs,….

6Dans la rubrique Varia, Sixtine Deroure s’intéresse à la construction de la figure du « bon » martyr par l’État égyptien. Comment honorer des soldats qui ont participé à la répression de la révolution de 2011 ? Comment, dans ces conditions, le travail de construction d’un deuil collectif peut-il être accepté au niveau national ? Pour comprendre ce processus, l’auteure s’attache à analyser deux séries de matériau : la célébration annuelle du Jour du martyr, le 9 mars, et la saison 1 de la série télévisée al-Ikhtı¯ya¯r (Le choix). Elle montre ainsi comment la participation de multiples acteurs contribue à la définition d’une martyrologie sur laquelle le pouvoir fonde sa légitimité.

7Enfin, Anastasia Fomitchova offre une lecture fine et essentielle des processus de formation de l’État ukrainien, en décrivant l’imbrication des intérêts économiques privés et des structures de pouvoir. Contrairement à ce que l’on aurait pu croire, la période post-Maïdan qui s’est ouverte en 2014 n’a pas constitué une rupture. Elle a été au contraire mise à profit par des oligarques ukrainiens pour protéger leurs intérêts privés tout en façonnant la compétition politique.

 

À retrouver sur le site de l’éditeur

https://www.pressesdesciencespo.fr/fr/



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2022, 1 décembre). Parution : Revue Critique internationale Vol. 96, Presses de Sciences Po, juillet-septembre 2022. IISMM. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q2le

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search