Atlani-Duault, Laëtitia & Vidal, Laurent, Dossier “La santé globale, nouveau laboratoire de l’aide internationale”, Revue Tiers Monde , n°215, juillet-septembre 2013

Depuis quelques années, la référence à la « santé globale » tend de plus en plus à dominer les
politiques, discours et pratiques de l’aide au développement dans le champ de la santé. Mais
qu’entend-on par là ? Quelles en sont les implications pour les politiques et les pratiques de l’aide au
développement en santé et, in fine, pour les populations du Sud ? Y a-t-il véritablement, dans ce qui
se présente comme un nouveau paradigme global, un tournant conceptuel dans les façons
d’appréhender les politiques et les pratiques de développement en santé au Sud et, au-delà, l’aide au
développement dans son ensemble ?
À l’heure actuelle, les multiples définitions de la « santé globale » en compétition sont principalement
dominées par l’épidémiologie, d’une part, et par le souci de la gestion des risques sanitaires face aux
épidémies dites émergentes et aux questions de biosécurité, d’autre part. Nous avons là un enjeu
ancien mais qui connaît un renouveau très net, qu’il s’agira d’éclairer. Tout comme il conviendra de
saisir les différentes approches en cours, leurs soubassements scientifiques et politiques, et leurs
conséquences pratiques sur les terrains du Sud lorsque les acteurs du développement s’en
saisissent.
De plus, par une réflexion collective et critique sur la « santé globale » dans les politiques et les
pratiques de l’aide au développement au Sud, mais en la dépassant, nous souhaitons illustrer le fait
que les recherches en sciences sociales dans l’espace de la santé sont une entrée idéale pour
questionner les façons de penser le développement, voire pour les renouveler. Le propos est de
montrer, exemples et études de cas à l’appui, comment l’aide au développement dans l’espace de la
santé prend aujourd’hui de nouveaux visages, modifie ses « régimes » et, simultanément, comment
par ses innovations, ses nouvelles façons d’exprimer le rapport aux normes, aux objets, aux savoirs et
aux pouvoirs, elle est une forme d’incarnation de l’aide internationale (dans ses réussites comme ses
faillites) au point – ce sera l’enjeu des débats proposés dans ce volume – d’en annoncer peut-être les
évolutions.

Sommaire_RTM_215


Vous aimerez aussi...