L’IREMAM accueille Zak Kedzi et Gaëlle Hemeury — 13 juin 2022, MMSH, salle Duby, Aix-en-Provence

Autour de la projection du film Chroniques algériennes

Lundi 13 juin 2022, 14h, MMSH, salle Georges Duby, Aix-en-Provence. Séance animée par Didier Guignard, chercheur au CNRS rattaché à l’IREMAM.

Téléchargez le flyer

Chroniques algériennes (France, 2020, 74 min, coproduit par K-Rec films et Supérion Films), film documentaire réalisé par Zak Kedzi, aborde les manifestations organisées en Algérie -le Hirak– par le biais d’entretiens menés auprès de la société civile. Le réalisateur franco-algérien interroge son rapport à l’objet d’étude à travers sa binationalité, sa légitimité à participer à ce mouvement et le contexte contraint qui prédomine. Parmi les rencontres filmées, nombreuses sont celles consacrées au Hirak culturel et permettent dès lors de questionner la place de l’art et de la culture dans les revendications et dans les mouvements de contestation. À cet égard, le réalisateur s’est accompagné de Gaëlle Hemeury, doctorante à l’Université de Tours (laboratoire CITERES), dont les recherches portent sur l’art public et l’espace public en Algérie, pour accompagner et nourrir les débats. 

Zak KEDZI
Zak Kedzi aime écrire depuis son plus jeune âge. Au collège, il commence à faire du rap qu’il délaisse au lycée pour la bande-dessinée. A 22 ans, il écrit des nouvelles et de la poésie, et à 25 ans, il assiste au tournage d’un film qui sera pour lui une révélation. Il entame alors des études de cinéma à l’université. Son master de réalisation en poche, il signe plusieurs courts-métrages de fiction, dont Défense de filmer (2017), La chimère (2018) et Désir noir (2019). Chroniques algériennes est son premier long documentaire.

 

Gaëlle HEMEURY
Agrégée de géographie, Gaëlle Hemeury est doctorante à l’université de Tours, rattachée au laboratoire CITERES. Ses recherches, inscrites à la croisée de la géographie de l’art, culturelle, urbaine et sociale portent sur l’appropriation artistique de l’espace public au sein du « monde arabe » et tout particulièrement en Algérie. Ses travaux questionnent les relations art et ville en contexte contraint au regard de la ville témoin et support de l’expression de la société civile. Ils mobilisent les méthodes de recherche action et de recherche création (la photographie notamment). Ses premières recherches ont donné lieu à plusieurs publications en cours auprès de revues universitaires ainsi qu’à des communications auprès de l’ENS Paris, du CAREP Paris et autres journées d’étude.

À retrouver sur le site de l’IREMAM


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search