Parution: Falestin Naïli, La Palestine entre patrimoine et providence. Imaginaires bibliques et mémoire du village d’Artâs (XIXe-XXe siècles), Karthala, coll. « Terres et gens d’islam » (IISMM), 2022

 

La Palestine entre patrimoine et providence. Imaginaires bibliques et mémoire du village d’Artâs (XIXe-XXe siècles)

NAÏLI Falestin

 

Éditeur Karthala
Collection Terres et Gens d’Islam

 

 

Résumé

Loin des lectures binaires des relations entre « Orient » et « Occident », cet ouvrage analyse les rapports de force à l’œuvre à la fin de l’époque ottomane et pendant le mandat britannique à partir d’un corpus inédit et varié d’archives.

Détails

ISBN 9782811128951
Nombre de pages 400
Hauteur 240 mm
Largeur 160 mm
Date de parution 2022
Date de publication 05/05/2022

 

 
 

Description complète

Petit village au cœur d’une vallée fertile près de Bethléem, Artâs est l’observatoire par excellence des premiers temps de la présence européenne et américaine en Palestine ottomane et de la mémoire qui en perdure jusqu’à aujourd’hui. Ayant attiré l’attention des pèlerins, des explorateurs et des chercheurs bibliques dès le XVIe siècle en raison de son lien supposé avec l’héritage du roi Salomon, Artâs devient au milieu du XIXe siècle le lieu d’implantation privilégié de colons se réclamant de la mouvance millénariste protestante. Le réseau millénariste multinational à Artâs ne constitue pas un bloc monolithique, mais ses différents courants se rejoignent sur l’idée que les juifs doivent s’installer en Terre sainte pour préparer le « second avènement » du Christ.

Au début du XXe siècle, la présence de ces colons a favorisé celle de chercheurs dont l’activité a eu par la suite une forte résonance, notamment parmi les habitants du village. L’appropriation dont fait l’objet le travail de ces chercheurs, et particulièrement celui de l’anthropologue finlandaise Hilma Granqvist, prend tout son sens dans le contexte de l’occupation israélienne.

Loin des lectures binaires des relations entre « Orient » et « Occident », cet ouvrage analyse les rapports de force à l’œuvre à la fin de l’époque ottomane et pendant le mandat britannique à partir d’un corpus inédit et varié d’archives. Son croisement avec l’histoire orale dévoile la manière dont cette période est rappelée, interprétée ou vouée à l’oubli par les villageois et les Européens ayant vécu à Artâs. Ces récits mettent en lumière la signification attribuée à l’histoire, à la fois dans la mémoire populaire et dans l’historiographie de la Palestine. Entre métahistoire et microstoria, le cas d’Artâs ouvre une nouvelle perspective sur une période charnière de l’histoire du Proche-Orient.

Historienne spécialiste du Proche-Orient ottoman et mandataire, Falestin Naïli est chercheure associée à l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo).

 

Table des matières
Préface 
Note sur la translittération
Liste des abréviations
Introduction
1. Palestine/Terre sainte : l’histoire et ses interprétations
La Palestine au croisement de la littérature orientaliste et de la topographie biblique : un voyage intellectuel dans le temps
La Bible comme guide de voyage
La Bible comme base de recherche
La Terre sainte dans l’histoire du salut :visions millénaristes
L’histoire du salut et l’entreprise coloniale : un détour par l’histoire américaine
Artâs sur la carte de la Terre sainte : implications du prisme biblique
L’ombre de Salomon et les trois mondes imaginaires d’Artâs : Etham, Hortus Conclusus et Basâtîn Sulaymân
2. La colonie millénariste à Artâs
Les bases de la présence européenne et américaine
L’évolution du statut légal des étrangers non ottomans et les réformes du foncier en Palestine
Artâs : terre vide ?
Le réseau millénariste : préparer le terrain du retour du Christ à Artâs
Un réseau à l’intersection des intérêts britanniques et des attentes millénaristes
La colonie de Meshullam comme modèle
John Meshullam, fondateur de la colonie et personnage central du réseau
Le consul James Finn : le centre de contrôle
Clorinda Minor et ses disciples : entre Providence et esprit pionnier
Henri Baldensperger, le frère solitaire
Associés de passage
Mary E. Rogers ou les relations publiques ?
Retour au terrain
3. Les Ratâsna et les autres : modes de coexistence et de conflit
La colonie millénariste : de l’accommodement à l’aversion
La consolidation du pouvoir ottoman dans la région de Jabal al-Quds
Le modus vivendi entre John Meshullam, les Ratâsna et les Ta‘âmra
L’interventionnisme du consul Finn à Artâs et les réactions de la population locale
Le meurtre présumé de Peter Meshullam et la fin de la colonie agricole à Artâs
Sitt Mîlia : la dernière des Meshullam à Artâs
La cohabitation avec les soeurs d’Hortus Conclusus
Un couvent sud-américain sous le protectorat religieux de la France
Les rapports entre le village et le couvent à travers les archives
La famille Baldensperger et le réseau des chercheurs
La situation des paysans palestiniens sous le mandat
Le conflit autour de ‘Ayn Artâs, 1925
Un réseau éloigné des aspirations coloniales
Le paradoxe de Louise Baldensperger : habitante d’un monde imaginaire et catalyseur d’études palestiniennes
Les deux voix de Philip Baldensperger
Le parcours des autres enfants d’Henri et de Caroline Baldensperger
Hilma N. Granqvist : l’anthropologue pionnière
Florence Fitch, professeur de théologie
4. Mémoires croisées et patrimonialisation
Henri et les « Beni Balden » : une mémoire qui résonne de l’Alsace à la Jordanie
Les arrière-petits-enfants d’Henri
Les descendants directs contemporains
Rencontres avec Samia Sukkar
Les Baldensperger, d’autres branches de la famille
L’âge d’or d’Artâs dans la mémoire collective des Artâsiyât
Rencontre avec les narratrices
Loin des yeux, loin du coeur ?
La recherche et la « permission de narrer »
« Seul le diable est un étranger »
L’adoption de Sitt Luîz et de Sitt Halîma, et l’oubli de Sitt Mîlia
Un passé pour un meilleur avenir : Mûsâ Sanad et l’écriture de l’histoire d’Artâs
Un homme en mouvement : le travail de Mûsâ Sanad contextualisé
La genèse du Centre du patrimoine populaire palestinien à Artâs
Le village modèle et le paysan éternel
L’invention de la tradition de rencontre
L’inventaire du folklore palestinien : Mûsâ Sanad et les chercheurs
Changement de cadre : Artâs sur la carte de l’Intifada
Préserver un patrimoine, façonner un avenir : le programme du Centre
Les projets pour l’avenir et la mobilisation des ressources à travers la coopération
Le Festival de la Laitue : lieu de convergence, lieu de rencontre
Le festival de 2006 dans l’ombre du Mur
Conclusion
Annexes
Glossaire des mots arabes, turcs et hébreux
Sources et bibliographie

 

À retrouver sur le site de l’éditeur

 



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2022, 28 avril). Parution: Falestin Naïli, La Palestine entre patrimoine et providence. Imaginaires bibliques et mémoire du village d’Artâs (XIXe-XXe siècles), Karthala, coll. « Terres et gens d’islam » (IISMM), 2022. IISMM. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q29q

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search