Chaire sécable de l’IISMM-EHESS | Professeur invité : Amar Mohand-Amer (CRASC)

 

Amar Mohand-Amer

Chaire : sécable de l’IISMM
Site(s): Page web

 

Amar Mohand-Amer, docteur en histoire (Paris 7), est directeur de la Division « Socio-anthropologie de l’histoire et de la mémoire (HistMém) » et directeur-adjoint du comité de rédaction de la revue Insaniyat, au Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle, CRASC, d’Oran. Il travaille sur les processus de transition (1962), les trajectoires individuelles et de groupes, la violence en temps de guerre (colonisation), ainsi que sur les questions mémorielles.

Amar Mohand-Amer participe au Programme Professeurs invités de l’EHESS, sur proposition d’Alain Messaoudi (Université de Nantes, CRHIA) dans le cadre de la chaire de l’IISMM

 

CONFÉRENCES

 

1962, vu d’Algérie 

Le séminaire de recherche sur “1962 : vu d’Algérie” est pensé autour d’un constat, qui renvoie à une asymétrie et un décalage assez conséquent par rapport à l’intérêt que portent les chercheurs et celles et ceux qui se sont intéressés à la colonisation et la guerre de libération sur cette période, en l’occurrence 1962. Aussi, il sera question dans cette optique d’expliquer comment 60 ans après l’indépendance de l’Algérie, des faits ou évènements demeurent encore des objets minés politiquement et comment ces objets sont vus d’Algérie, tels que les accords d’Evian ou le 5 juillet 1962  à Oran.

Dans le cadre du séminaire de recherche “Algérie, XIXe-XXIe siècles”. Nouveaux terrains, nouveaux objets”

  • Le 15 décembre 2021 de 17h à 19h – IDHES-Université Paris-Nanterre, Salle 2 et par visioconférence. Bâtiment Weber, 200 avenue de la République, 92001 Nanterre Cedex 

 

Algérie : État-nation et référent(s) religieux

Il s’agit dans ce séminaire de recherche de revenir, dans un premier temps, sur l’impact politique et symbolique de la colonisation française de l’Algérie sur les référents religieux du pays. Dans un second temps, il sera question de restituer et d’analyser les débats sur le statut des référents religieux dans l’Algérie post-indépendance et de les articuler avec les enjeux politiques et idéologiques actuels

Dans le cadre du séminaire ” L’intégralisme dans tous ses états : politique, religion et violences en France et dans le monde. Ce que le fondamentalisme fait en et à la société coordonné par Haoues Seniguer

 

Hirak de 2019 et formes de mobilisation 

La conférence porte sur une étude du hirak, à partir des conditions de sa constitution, son organisation, ses répertoires d’actions, les processus de recompositions politiques qu’il a engagés, l’émergence de nouveaux « entrants » en mobilisation à l’image de l’expérience égyptienne (Hmed et Jeanpierre, 2016), les mécanismes d’appropriation et/ou réappropriation de l’espace public, les modalités de dialogue et négociations qu’il a mis en œuvre et les paradigmes relatifs à l’exercice du pouvoir en Algérie et ceux inhérents à la participation des Algériens à l’action politique.

Dans le cadre du séminaire  “Maghreb-Moyen-Orient”, Université de Paris et Inalco, coordonné par Olivier Bouquet et Augustin Jomier

  • Le 20 avril 2022 de 16h à 18h – Université de Paris, bâtiment Olympe de Gouges, Salle 118, 10 rue Françoise Dolto, 75013 Paris.

 

Quel statut pour les récits des militants du mouvement national (1919-1954) et de la guerre de libération nationale (1954-1962) ?

On assiste depuis le soulèvement populaire du 5 octobre 1988 en Algérie à un phénomène lourd s’agissant de l’écriture de l’histoire de la colonisation, en particulier celle en rapport avec le mouvement national et la guerre de libération nationale.
En effet, la libération de la parole induite par octobre 1988 a favorisé la formation et la constitution d’un fonds impressionnant, inattendu et inédit, de récits et témoignages sur ces deux périodes (1919-1954 et 1954-1962).
C’est un véritable tournant dans la recherche en Algérie, dans le sens où ces milliers de récits et témoignages (en arabe et en français) comblent ou suppléent la quasi-impossibilité d’accéder aux archives conservées dans les institutions publiques.
Ce sera l’occasion, dans le séminaire, d’aborder la question du statut de ces sources à l’aune des enjeux politiques et mémoriels actuels mais également dans le cadre de l’émergence de nouveaux récits historiques alternatifs post-1988.

Dans le cadre du séminaire “Anthropologie historique des sociétés du Maghreb à l’époque moderne (XVIe-XIXe siècle)” coordonné par Isabelle Grangaud

  • Le 11 mai 2022 de 10h à 13h – Centre Norbert Elias, Salle A,  La Vieille Charité 2, rue de la Charité, 13 002 Marseille.

À retrouver sur le site de l’EHESS



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2021, 10 décembre). Chaire sécable de l’IISMM-EHESS | Professeur invité : Amar Mohand-Amer (CRASC). IISMM. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q20r

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search