Séance de séminaire Actualité de la recherche sur l’Asie du Sud: « Le nationalisme laïque en question : Nehru et les universités musulmane après la partition » Laurence Gautier — CEIAS, 08/03/2022

Mardi 8 mars 2022 – 14h à 16h Salle 2.11 (GED)

Laurence Gautier

CSH, New Delhi

Cette présentation interroge, à travers l’étude des relations entre gouvernement indien et universités musulmanes, la notion de « nationalisme laïque » chère au Congrès. Pendant la période coloniale, le Congrès élabora un nationalisme laïque (secular nationalism) faisant reposer l’unité de la nation sur un dépassement des identités communautaires, qu’il s’agisse de la caste ou de la religion. Il rejeta comme « communautariste » la tentative de la Ligue Musulmane de représenter les musulmans comme une communauté à part. La partition sembla sceller cette opposition entre « nationalisme laïque » et « communautarisme religieux » : pour les dirigeants du Congrès, la représentation séparée des communautés avait conduit tout droit à l’implosion de la nation. En pratique cependant, les dirigeants du Congrès eurent eux-mêmes tendance à s’adresser aux indiens musulmans comme à une population distincte. Au lendemain de la partition, Nehru se tourna vers des structures non partisanes pour « rallier » la population musulmane à son projet d’intégration nationale. Il se tourna notamment vers des institutions éducatives, à commencer par Aligarh Muslim University, symbole fort de la communauté musulmane dans le sous-continent.

Cette présentation vise, d’une part, à mettre en lumière la fonction représentative des universités musulmanes, souvent perçues comme des symboles de la communauté musulmane pouvant servir d’intermédiaires privilégiés entre autorités politiques et population musulmane. Il s’agit d’autre part de souligner les ambiguïtés de Nehru face à ces institutions éducatives. Nehru se montra très réticent à l’idée de reconnaître explicitement leur caractère confessionnel, tout en s’appuyant sur elles pour s’adresser aux indiens musulmans. Ces ambiguïtés reflètent plus largement une tension fondamentale dans le « nationalisme laïque » du Congrès, qui s’oppose fermement à toute forme de représentation séparée tout en s’adressant aux musulmans comme à un groupe à part.

Session program PDF

 


Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2022, 4 mars). Séance de séminaire Actualité de la recherche sur l’Asie du Sud: « Le nationalisme laïque en question : Nehru et les universités musulmane après la partition » Laurence Gautier — CEIAS, 08/03/2022. IISMM. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q25y

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search