Appel à communications Journée d’études Les foyers du savoir dans la culture arabe : « L’art de la conversation dans les mağālis » Rennes, 20 mai 2022 — LIMITE: 10/04/2022

Le 10 Avril 2022
Université de Rennes 2
Journée d’étude le 20 mai 2022


L’art de la conversation dans les mağālis
 
Cette seconde journée d’étude est une suite logique à la première dont l’objectif est de faire la lumière sur des mağālis ou lieux de savoirs, et intitulée Les mağālis d’adab et l’adab des mağālis (Université de Caen, le vendredi 25/02/2022).

Après nous être intéressés au terme du mağlis, à ses codes, à ses règles, à son protocole et à ses formes, nous nous intéresserons ici aux thèmes évoqués au sein de ces lieux de savoir à travers l’art de la conversation. Ce dernier a occupé et occupe encore une place très importante dans les sociétés arabo-musulmanes et dans les écrits de nombreux auteurs tels Ǧāḥiẓ ou Tawḥīdī.

Certes, il existe de nombreux ouvrages qui traitent de l’art de la conversation. Cependant, ces études ne se sont pas préoccupées de l’aspect littéraire, mais plutôt de l’aspect historique, philosophique ou civilisationnel. Elles se sont alors heurtées à plusieurs obstacles concernant la définition et la conception de cet art, ou même à propos de la classification de cet art par rapport à d’autres, puisque tout s’y enchevêtre.

Souvent, les conversations se réalisent sous la forme de question/réponse, réponse directe ou indirecte selon la situation. Parfois, la conversation avec l’autre passe par des formes plus complexes puisque la ou les question(s) sont posées de plusieurs points de vue par des personnes présentes ou non dans le mağlis.

Cette interaction peut donc prendre plusieurs formes dialogales comme le ğadal, la muğādala, la munāẓara, la muḥāwara, la ḫaṭāba, la muḥāğağa, la muqābasa, la mufāḍala, le niqāš, la munāqaša, et encore bien d’autres termes, autant de mots qu’il convient de définir et qui renvoient à un art de la conversation, à la dialectique, à la polémique, à l’argumentation, etc. La dispute a en réalité ses conditions, ses règles et ses codes (Ibn Khaldun, al-Muqaddima, Dār Sādir, 2000, p. 335), puisqu’en principe toute munāẓara (controverse) est un ğadal (une dialectique) alors que tout ğadal n’est pas une munāẓara. Aristote par exemple désigne l’art de la rhétorique (ḫaṭāba) pour distinguer le discours dialectique du discours rhétorique. (Aristote, livre I, Les Belles Lettres, 1991, p. 16-23).

Tout comme l’étude du mağlis, « le fait de traiter ce vaste sujet du point de vue spatial et temporel, permettrait de dresser une vision globale de ces vocables et de s’en faire une idée complète », puisqu’entre tous les arts de la conversation ou formes dialogales, il existe des liens différents qui se situent entre l’intertextualité, la reproduction et la réécriture.

En effet, les débats ont toujours préoccupé l’homme et cela depuis la création du monde. Dans la culture arabe, dès l’époque préislamique, pour les Arabes, les controverses leur étaient connues dans leurs poésies avec les munāfarāt et les mufāḫarāt. Tous ces termes liés à l’art de la conversation ont évolué à travers les époques pour en engendrer d’autres, certains ont même disparu de l’usage actuel, mais sont restés à l’écrit. A l’époque contemporaine, les débats d’adab d’autrefois (littéraire, philosophique, religieux, politique, linguistique, etc) ont été par exemple remplacés plutôt par des débats politiques et religieux sur les chaînes télévisées. On pense par exemple à l’émission de Fayṣal al-Qāsim, Al-ittiğāh al-mu‘ākis, sur la chaîne qatarie al-Jazeera. 

Les intervenants mèneront une réflexion et un débat autour de ces arts de la conversation, des thèmes et sujets qui ont préoccupé « l’homme arabe » dans ces lieux de savoir (et ailleurs), à travers les siècles. 
 
Les axes suivants, sans pour autant être considérés les seuls, peuvent servir de pistes de réflexion : 
– Les racines ou l’origine et les évolutions des termes englobant l’art de la conversation au niveau terminologique, historique, cultuel, sociétal et politique. 
– La structure de la controverse, ses caractéristiques, ses styles, ses formes d’expression, ses règles, ses codes, ses conditions, ses thématiques et l’attitude des controversistes.
– La classification des arts de la conversation et ses critères. Comment distinguer les formes dialogales ?
– La construction de l’argumentation dans cet art de la conversation, les stratégies et techniques du discours.
– Le(s) rôle(s) des débats et discussions dans le passage de l’oralité à l’écriture et dans l’activité de rédaction.

Comité d’organisation :
·         Bentaleb Farès, Université de Rennes 2
·         Gharrafi Miloud, Université de Lyon 3
·         Gouirgate Abdellatif, Université de Nantes
·         Jegham Najeh, Université de Nantes
·         Kenanah Faisal, Université de Caen
·         Nissabouri Abdelfattah, Université de Rennes 2


Types et formats de communications :

Chaque intervenant disposera de 25 à 30 minutes d’exposé oral. Les propositions de communication doivent être envoyées au plus tard le 10 avril 2022.

Elles se présentent sous la forme d’un titre, d’un résumé (10 lignes) et d’une courte biographie. Merci d’indiquer également les coordonnées (statut, institutions de rattachement et courriel).

Modalités de soumission des propositions de communications :
• Adresse mail de contact : majlis_2022[at]outlook.fr
• 18 avril 2022 : Réponse aux auteurs.
• Lieux et dates :  JE / 2 : Vendredi 20/05/2022 – Université de Rennes 2

 

Bibliographie indicative :
– Abū Dīb Kamāl, « al-Mağlisiyyāt wa-l-maqāmāt wa-l-adab al-‘ağā’ibī », Mağallat Fuṣūl, tome 14, n° 4, 1996, p. 210-244.
– Aristote, Rhétorique, Livre I, texte établi et traduit par Méderic Dufour, Les Belles Lettres, Paris, 1991.
– Cahen Claude, « Madjlis », in Encyclopédie de l’Islam, 2e édition.
– Daynūrī (al-) Abū Bakr, al-Muğālasa wa-ğawāhir al-‘ilm, éd. Abū ‘Ubayda Mašhūr b. Ḥasan, Dār Ibn Ḥazm, Beyrouth, 1998.
– Elamrani-Jamal Abdelali, Logique aristotélicienne et grammaire arabe, Vrin, Paris, 1983.
– Ǧāḥiẓ (al-) Abū ‘Uṯmān, Kitāb al-Tāğ fī aḫlāq al-mulūk, éd. Aḥmad Zakī Bāšā, Le Caire, 1914, traduit par Charles Pellat sous le titre Le Livre de la Couronne, Les Belles Lettres, Paris, 1954.
– Ḥāwī Īlyā, Fann al-ḫaṭāba wa-taṭawwuruh ‘inda l-‘arab, Dār al-šarq al-ğadīd, Beyrouth. 1960.
– Ibn Khaldun, Discours sur l’Histoire universelle, trad. par Vincent Monteil, Actes Sud, Sindbad, 1997.
– Kenanah Faisal, « Être « ğalīs » (compagnon intime) et « ṣadīq » (ami) : Le poids de l’autorité pour une amitié d’intérêt », Les Cahiers de l’Islam, n° 2- 2017, p. 123-145.
– Kenanah Faisal, « Un exemple de forme de « sécularisation » et de liberté de penser dans le monde arabo-musulman médiéval : la 17ème nuit du Kitāb al-Imtā‘ wa-l-mu’ānasa d’Abū Ḥayyān al-Tawḥīdī », Studia Arabica, n° XVIII, pp. 183-210. 
– Kerbrat-Orecchioni Catherine, « La polémique et ses définitions », in Gelas Nadine & Kerbrat-Orecchioni Catherine (éds), Le discours polémique, 1980, PUL, Lyon, p. 3-40.
– Kerbrat-Orecchioni Catherine, De l’argumentation, Armand Colin, Paris, 1999.
– Kushâjim Abū l-Fatḥ L’art du commensal, boire dans la culture arabe classique, présenté, traduit de l’arabe et annoté par Siham Bouhlal, préface d’André Miquel, Actes Sud, Sindbad, 2009.
– Mas‘ūdī (al-), Les Prairies d’or, trad. de Barbier de Meynard et Pavet de Courteille, rev. et corr. par Charles Pellat, Société asiatique, Paris, 1962.
– Natij Salah, « La nuit inaugurale de Kitāb al-Imtā‘ wa-l-mu’ānasa d’Abū Ḥayyān al-Tawḥīdī : une leçon magistrale d’adab », Arabica, 55 (2), 2008, p. 227-275.
– Pellat Charles, Ibn al-Muqaffa‘, « conseilleur » du calife », Maisonneuve et Larose, Paris, 1996.
– Sam‘ānī (al-) Abū Sa‘īd, Adab al-imlā’ wa-l-istimlā’, Jeddah, 1993.
– Sourdel Dominique et Janine, La civilisation de l’Islam classique, Arthaud, Paris, 1968. 
– Ṣūlī (al-) Abū Bakr, Aḫbār al-Rāḍī bi-llāh wa-l-Muttaqī bi-llāh, éd. Heyworth Dunne, Beyrouth, 1979.
– Tāha ‘Abdu l-Raḥmān, Fī uṣūl al-ḥiwār wa-tağdīd ‘ilm al-kalām, al-Markaz al-ṯaqāfī al-‘arabī, Casablanca, 2000.
– Tawḥīdī (al-) Abū Hayyān, al-Imtā‘ wa-l-mu’ānasa, 3 tomes, édition Aḥmad Amīn et Aḥmad al-Zayn, 2e éd., Maṭba‘at lağnat al-ta’līf wa-l-tarğama wa-l-našr, Le Caire, 1953.
– Zağğāğī (al-) Abū l-Qāsim, Mağālis al-‘ulamā’, éd. ‘Abd al-Raḥmān Hārūn, Koweït, 1962.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search