Semaine arabe 2022 de l’École Normale Supérieure : « Rivages Sud : Afrique et mondes arabes» — ENS (Paris), du 7 au 12 mars 2022

 
Née de la volonté de promouvoir l’exceptionnelle richesse de la culture arabe au-delà des incompréhensions communes, la Semaine arabe a vu le jour en 1998 à l’École normale supérieure. Il s’agit d’une semaine de réflexions et de manifestations culturelles au cœur du quartier latin, rassemblant chercheurs et artistes venus du Maghreb, du Machrek ou d’Europe pour partager leurs travaux et leurs œuvres.
Après deux années de pause, la Semaine arabe 2022 « Rivages Sud » se propose un retour dans les murs de l’ENS-PSL en détournant son objectif des frontières du monde arabe conçues comme telles.
Minaret de la Mosquée de Djenné, Mali - Crédit Donhype
Minaret de la Mosquée de Djenné, Mali – Crédit Donhype

Le Sahel (لِحاَس, rivage), n’est en effet peut-être pas cette frontière fantasmée par-delà la mer de sable du Sahara. En Afrique, Léo Frobenius, ethnologue allemand du début du XXème siècle,distinguait l’Arabo-berbère  du Négro-africain.  Mais des échanges constants et divers dévoilent le lien qui unit monde arabe et Afrique  subsaharienne, si bien que nous sommes amenés à nuancer la division qui vient découper l’Afrique en deux, de part et d’autre du désert. L’Afrique arabophone, et plus encore, l’Afrique mise au contact avec les langues et les cultures arabes, ne se restreint nullement au Maghreb.

La totalité du continent a été et est encore un espace d’enrichissement des pratiques de la langue arabe. La Mecque n’est pas le seul centre qui  unit  Afrique et monde arabe : du  Machreq  à  Madagascar, en  passant par le Maghreb et le « Bilad as Soudan »  (littéralement,  pays des  Noirs),  les  relations   sont   variées —économiques, culturelles, humaines, et même poétiques. Il ne s’agit pas pour autant d’affirmer une identité entre mondes arabes et  mondes africains, ou pire encore, de résorber l’Afrique dans le monde arabe.

D’une part, le monde arabe connaît un essentialisme qui discerne, voire discrimine dans son espace de l’homme et de la femme noirs,  ramenés à leur origine  africaine. D’autre part, différentes  formes d’africanités se développent dans le monde arabe qui mettent en lumière les spécificités des cultures noires par rapport aux cultures arabes. Où se tracent donc les frontières sud du monde arabe ? Dans quelle mesure séparent-elles, et dans quelle mesure se font-elles des lieux  de transitions et de passages ?

 

Programme prévisionnel

Pour ouvrir cette nouvelle édition de la Semaine arabe qui se déroulera du lundi 7 au samedi 12  marsSouleymane  Bachir  Diagne sera accueilli lors d’une conférence inaugurale. En considérant es enjeux que posent la présence et le dialogue d’arabités en territoires africains en  présence du  philosophe sénégalais,  professeur  à  l’Université  de Columbia, il est prévu une table ronde autour de l’espace saharien comme lieu de passages dynamiques, avec comme invités Karine Bennafla, professeure et géographe à l’Université Lyon 3, Laurence Marfaing, spécialiste des mobilités des Subsahariens dans l’espace Sahara-Sahel, Cynthia  Becker, professeure en histoire de l’art africain en pays arabes. 

Le  mardi  8 mars sera consacré à des perspectives féministes sur la question à l’honneur de cette 23e édition, ainsi qu’à des événements autour de figures féminines, comme l’accueil de la dramaturge et metteuse en scène Tamara al-Saadi, dont la dernière pièce, Istiqlal, se produit actuellement au Théâtre de Châtillon.

Dans le respect de l’interdisciplinarité chère à l’ENS, les événements  académiques se poursuivront avec des conférences autour des questions linguistiques posées par le contact de l’arabe avec d’autres langues officielles ou majoritaires dans les états africains, comme les pidgins et créoles arabes du Soudan, avec Stefano Manfredi (CNRS-INALCO), ou les alphabets et manuscrits dérivés de l’arabe en Afrique, en compagnie de Valentin  Vydrin,  aussi  chercheur  à  l’INALCO, et Philippe  Beaujard,  de  l’IMAF. Catherine  Taine-Cheikh (CNRS-INALCO)  parlera des parlers à la confluence de l’arabo-berbère et du mandé en Afrique de l’Ouest.

Il sera également évoquer des questions politico-sociales, comme celle de l’éducation arabo-islamique en Côte d’Ivoire et les rapports entre  arabophonie  et  francophonie  avec  une  intervention d’Issouf  Binaté,  enseignant-chercheur  en  histoire  en  Côte  d’Ivoire.  La  composante  littéraire  de  ce  parcours  en  terre d’Afrique serait introduite notamment par Xavier Luffin (professeur de langue et littératures à l’Université de Bruxelles) et Tal Tamari, spécialiste du Mali et de la Guinée à l’IMAF, sur les héritages arabes et africains qui nourrissent les œuvres de la région à l’étude.

Du côté des sciences politiques, il sera proposé d’évoquer l’histoire et les enjeux des migrations dans la  région,  avec Jean  Schmitz, anthropologue  à  l’IMAF, ou  encore Camille  Lefebvre, historienne du Sahara central et du Sahel. Mais la Semaine arabe est avant tout un moment d’échange et de partage, et c’est pourquoi les événements festifs et culturels se multiplieront à cette occasion : repas solidaire organisé par l’association MigrENS, pour permettre au public et à nos invités de déguster des spécialités régionales, stand de café arabe et pâtisseries traditionnelles dans la fameuse Cour aux  Ernests,   concerts   de   musique   arabe   et africaine,   ou   encore   spectacle   de   contes traditionnels…

Bien sûr, à l’occasion de cette Semaine arabe, les arts ne seront pas en reste, et les murs de l’École hébergeront pour l’occasion des œuvres issues de l’arabité subsaharienne, telles que celles de l’artiste  italo-sénégalaise Maïmouna  Guerresi.  Seront  aussi  exposées au  sein  de l’École, dans l’aquarium, dans les couloirs, ou encore dans la cafétéria, des œuvres du peintre tchadien Ahmat  Hassan  Kirdassi. Ces artistes auront l’occasion de parler de leur travail artistique  lors  de  conférences  et  de  discussions. Enfin,  avec  la  collaboration  du  Cinéclub  de l’ENS,  un film sera projeté en salle Dussane, afin d’aborder d’une autre manière la thématique choisie, et également afin de mettre en lumière une œuvre cinématographique méconnue du public français.

Ainsi, en s’aventurant au-delà des  frontières, la Semaine arabe 2022  souhaite poursuivre cette tradition arabisante qui participe à la fameuse ouverture d’esprit de l’École.

À retrouver sur le site de l’ENS



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2022, 23 février). Semaine arabe 2022 de l’École Normale Supérieure : « Rivages Sud : Afrique et mondes arabes» — ENS (Paris), du 7 au 12 mars 2022. IISMM. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q25c

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search