Chaire sécable de l’IISMM-EHESS | Professeure invitée : Fatma Ben Slimane (Université de Tunis), mars 2022

Fatma Ben Slimane

Chaire : sécable de l’IISMM
 

Professeur d’histoire moderne à la faculté des Sciences Humaines et Sociales je m’intéresse à l’histoire politique et sociale de la Tunisie de l’époque ottomane, à partir de sources en langue française, arabe et en turc ottoman. Après un premier ouvrage sur le processus de formation de la province de Tunis, j’ai travaillé sur la période des réformes, notamment sur l’élaboration d’une nationalité tunisienne à la fin du XIXe siècle et à la question des protections consulaires européennes en faveur des sujets tunisiens. Plusieurs de ces travaux ont été réalisés dans le cadre de la problématique « formation des identités collectives », initiée par Laboratoire pluridisciplinaire DIRASET « études maghrébines ».

Fatma Ben Slimane participe au Programme Professeurs invités de l’EHESS, sur proposition d’Augustin Jomier (INALCO) dans le cadre de la chaire sécable de l’IISMM

 

Conférences

Territoire et frontière : formation de la  province de Tunis

Contrairement à l’image essentialiste, largement répandue aujourd’hui d’une Tunisie immuable dans l’histoire, la formation du territoire de la nouvelle province de Tunis était en 1574, date de son arrimage à l’empire ottoman, des plus incertaine. Tiraillée entre les deux provinces voisines de Tripoli et d’Alger, le processus d’une nouvelle construction territoriale se déroule dans un contexte de conflits et affrontements violents mais aussi de compromis entre des forces politiques et sociales diverses.

Dans le cadre du séminaire Maghreb-Moyen-Orient, Université de Paris et Inalco, Olivier Bouquet et Augustin Jomier

  • Mercredi 9 mars 2022 de 16h à 18h – Salle 118, Olympe de Gouges, Université de Paris, 10 rue Françoise Dolto, 75013 Paris

Comment et où classer l’Empire ottoman ? la question des archives dans Tunisie de la seconde moitié du  XIXe siècle

L’organisation du fond archivistique connu aujourd’hui sous le titre ambigu de « Série Historique », renvoyant aux documents relatifs à la période qui a précédé l’établissement du Protectorat français en Tunisie (1881), s’est effectuée pendant la seconde moitié du XIXe siècle en deux temps. L’empire ottoman, qui occupait une place importante (muhimme) dans le classement de 1874, se trouve déclassé et marginalisé après 1881, dans un contexte de continuation de l’État tunisien et sa multiplicité juridictionnelle.

Dans le cadre de la réunion d’équipe du CETOBAC

  • Le 10 mars 2022 de 12h30 à 14h30 – Salle 25 A, EHESS, Campus Condorcet, 2 cours des Humanités, 93322 Aubervilliers.

 

L’inventaire des archives beylicales dans la Tunisie ottomane en 1874

D’ampleur inédite, l’entreprise de mise en archive des documents des gouvernements des Beys qui advient dans les années 1860 et des débuts de 1870 aboutit, entre déc. 1874 et août 1875 à la production de deux gros volumes renfermant l’inventaire des documents accumulés jusqu’à cette date au palais de la Kasba. Par l’importance de ses registres, la classification et les catégories utilisées, cet inventaire témoigne à la fois de l’affirmation de « l’État » provincial et de son inscription dans l’univers impérial ottoman dans un contexte de mise en tutelle de ses finances.

Dans le cadre du séminaire Anthropologie historique des sociétés du Maghreb à l’époque moderne (XVIe-XIXe siècle), Isabelle Grangaud

  • Le 16 mars 2022 de 10h à 13h – Salle A, EHESS Centre de la Vieille Charité, 2 rue de la Charité, 13002 Marseille 

 

La fabrique des sciences sociales en Tunisie: une recherche sous contraintes

Après le dynamisme connu par les sciences sociales pendant les deux décennies qui ont suivi l’indépendance du pays et la fondation de l’université tunisienne, celles-ci, sont entrées, avec des situations différentes entre les disciplines, dans une phase la marginalisation et la dévalorisation qui n’a cessé de s’aggraver jusqu’à nos jours. Elles ont dû subir, comme partout ailleurs, l’impact de la mondialisation mais aussi les effets des politiques de réforme entreprises par le ministère de tutelle et les effets de l’évolution politique et sociale du pays.

Dans le cadre du séminaire Histoire et sciences sociale du Maghreb : dynamiques de recherche et enjeux présents, Jocelyne Dakhlia

  • Le 22 mars 2022 de 12h30 à 14h30 – Salle 25 A, EHESS, Campus Condorcet, 2 cours des humanités, 93300 Aubervilliers

À retrouver sur le site de l’EHESS



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2022, 18 février). Chaire sécable de l’IISMM-EHESS | Professeure invitée : Fatma Ben Slimane (Université de Tunis), mars 2022. IISMM. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q24l

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search