Débat : “La guerre et ses nouveaux avatars” — Auditorium du Palais de la Porte dorée, Paris, 14h30-16h, 23/11/2013

Au XXIe siècle, les guerres se transforment. De luttes armées, elles tendent à devenir, dans certains contextes, de véritables « dispositifs » sociopolitiques : bandes armées, milices villageoises, groupes vigilantistes, écuries politico-militaires, groupements néo-segmentaires, etc. mais aussi communautés de paix, organisations « humanitaires » de prise en charge des conséquences des conflits, etc.).
Ces dispositifs structurent des réseaux, des savoirs, des normes, des institutions autour de différents registres (guerriers, militaires, sécuritaires et humanitaires) et à différentes échelles du local (du terrain d’affrontement guerrier au terrain de la production des normes dans les officines gouvernementales ou internationales). Sous la pression des « nouvelles menaces transnationales » et des politiques sécuritaires, la guerre serait-elle en train d’acquérir une forme de normalité ?
Table ronde animée par Laurent Testot, journaliste scientifique à Sciences Humaines, avec :
- Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, La guerre au nom de l’humanité. Tuer ou laisser mourir, PUF, 2012- Marielle Debos, Le métier des armes au Tchad. Le gouvernement de l’entre-guerres. Éd. Karthala, 2013

- Rémy Bazenguissa-Ganga, (dir. avec Sami Makki) Sociétés en guerres. Ethnographies des mobilisations violentes, éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

- Laurent Vinatier, Tchétchènes : une diaspora en guerre, Pétra, 2013


Vous aimerez aussi...