Appel à communications Symposium International sur L’Équité et l’Égalité de Genre en Afrique (SIEEGA 2022) « Le genre face aux grands défis du XIXe siècle », Université Félix Houphouët Boigny, 5-9 décembre 2022, Abidjan — LIMITE : 30/04/2022

Symposium International sur L’Équité et l’Égalité de Genre en Afrique (SIEEGA 2022) « Le genre face aux grands défis du XIXe siècle », Université Félix Houphouët Boigny, Abidjan, 5-9 décembre 2022

 

APPEL À COMMUNICATIONS – SYMPOSIUM 2022
THÈME : LE GENRE FACE AUX GRANDS DÉFIS DU 21eme siècle
Dates : du 05 au 09 Décembre 2022
Lieu : Université Félix Houphouët BOIGNY, Abidjan

I- Contexte et justification
Depuis 1975, les Nations Unies se sont illustrées par leur ferme engagement dans la promotion de l’égalité entre hommes et femmes. En effet, les disparités, les inégalités et les discriminations de sexe restent encore criardes dans plusieurs domaines. Or, certaines études ont prouvé que le développement est aussi bien une affaire des hommes que des femmes.

Les conférences de Mexico en 1975, de Copenhague en 1980, de Nairobi en 1985, de Vienne en 1993 et de Beijing en 1995 ont ainsi servi de base pour la mobilisation de la communauté internationale sur un sujet qui prend de l’ampleur au fil des décennies et qui s’avère nécessaire à l’émancipation humaine.

Les gouvernements et les organisations de développement accordent une place importante à la problématique du genre dans leurs orientations stratégiques et politiques. À la Conférence mondiale sur les droits de l’Homme, à Vienne, en 1993, les droits des femmes ont été mis en exergue. Il y a été réaffirmé que les droits fondamentaux des femmes et des filles font partie de façon inaliénable, intégrale et indissociable des droits humains universels. Ce principe a été repris par la Conférence internationale sur la population et le développement, au Caire, en 1994. Au Sommet mondial sur le développement social à Copenhague, en 1995, la parité a été l’axe des stratégies retenues pour le développement social, économique et pour la protection de l’environnement. La quatrième Conférence mondiale sur les femmes à Pékin, en 1995, a insisté sur ces nouvelles options en fixant un ordre du jour pour le renforcement du statut des femmes et l’adoption d’une déclaration, accompagnée d’une plate-forme d’action, visant à éliminer les obstacles à l’égalité entre hommes et femmes et à garantir la participation active des femmes à toutes les sphères de la vie.

En Afrique subsaharienne, cette évolution s’est marquée par la ratification des protocoles en faveur de l’égalité entre hommes et femmes et également la prise en compte de la parité dans les instances décisionnelles. La prise en compte des questions de genre dans les plans stratégiques des pays de la CEDEAO témoigne de la volonté manifeste des politiques à respecter les droits de la femme et surtout à lui donner les mêmes chances que l’homme dans tous les domaines de la société.

Organisé pour la première fois en Afrique, le thème du Sommet mondial sur le genre de 2019 était « Éliminer les obstacles à l’égalité des sexes ». Il a vu la communauté internationale répondre à l’appel visant la suppression des obstacles à la pleine participation des filles et des femmes au développement socio-économique du continent (https://www.globalpartnership.org). 2

Au-delà des réalités politiques et formelles, le constat reste quelque peu différent sur le terrain. De la représentativité dans les parlements à la répartition des tâches dans le ménage, l’écart d’inégalité dans les rapports hommes et femmes demeure grand.

Conscients de cette inégalité professionnelle et des conséquences qui s’y rattachent, et afin de sortir les principes d’équité et d’égalité de leur “slogan”, le Bureau International de la Femme et de l’Enfant (BIFE), en collaboration avec plusieurs institutions internationales et organisations non gouvernementales (ONG) organisent la troisième édition du Symposium International sur l’Équité et l’Égalité de Genre en Afrique (SIEEGA) autour du thème : « Le genre face aux grands défis du 21ème siècle ». Ce symposium sera l’occasion de rechercher, d’identifier et de promouvoir les solutions concrètes et innovantes dans les domaines où le genre permettra de participer à la résolution des problèmes phares de notre siècle.

II- Argumentaire

Axe 1 : Réforme des systèmes de sécurité en Afrique : quelle prise en compte du genre dans la prévention et la lutte contre la radicalisation, l’extrémisme violent et le terrorisme ?

La lutte armée contre le terrorisme doit s’exercer dans le total respect du droit international des droits humains. Par ailleurs, on se doit de comprendre les raisons de l’implication de plus en plus de femmes et d’enfants, de façon plus ou moins forcée, aux actes terroristes. Parallèlement à la lutte armée, il est essentiel de faciliter l’engagement pacifique citoyen, celui des femmes notamment, contre le terrorisme. C’est souvent cette action conjointe qui permet, comme en Algérie, par exemple, de vaincre militairement les groupes terroristes.

Ceci dit, la guerre contre ce fléau qui sévit dans de nombreuses régions du monde, notamment en Afrique, est-t-elle efficace si, dans le même temps, on ne s’oppose pas vraiment à la bataille idéologique que mènent les intégristes au sein des populations majoritairement analphabètes et particulièrement influencées par un islam rigoriste importé des pays du Golfes, des populations à qui l’on a inculqué que les femmes sont et demeurent naturellement inférieures aux hommes ?

On se doit de s’interroger sur les raisons profondes qui alimentent ce terrorisme, lequel trouve sa source dans l’idéologie intégriste. Ce dernier se sert du système patriarcal pour se promouvoir, et il se répand ainsi dans les sociétés depuis des décennies. Un travail d’éducation populaire, à travers l’école, les institutions gouvernementales ou encore les associations et la société civile, doit se mener en direction des enfants, des filles et des garçons, des femmes et des hommes pour éveiller les consciences à la lutte contre la radicalisation, mais aussi pour le respect de l’égalité entre les sexes dans tous les domaines de la vie, qu’elle soit d’ordre public ou privé et intime. 3

Axe 2 : Genre, VIH, Covid-19 et autres pandémies

Selon BRIDGE (2002), le virus VIH/SIDA n’est pas seulement conditionné par les inégalités entre les sexes ; il aggrave cette inégalité, exposant les femmes, les hommes et les enfants à un risque accru. La caractérisation et la stigmatisation des populations « à risques » sous diverses catégories : hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes,personnes en situation de prostitution et toxicomanes, n’a que récemment été contredite par le taux d’infection croissant des personnes présumées « sans risques », dont les femmes mariées et dans leur maturité. Les relations hétérosexuelles sont devenues le facteur de risque dominant. Près de 50 % des personnes atteintes du VIH et du sida seraient aujourd’hui des femmes. Les femmes, en tant qu’individus et dans leurs rôles sociaux de mères et de pourvoyeuses de soins, accusent un taux d’infection nettement supérieur et disproportionné par rapport à celui des hommes.

De même, près d’un an après que l’Organisation mondiale de la santé a qualifié l’épidémie de COVID-19 de pandémie, les vastes répercussions socio-économiques du virus se font encore sentir. De plus en plus de faits montrent que la pandémie accroît les inégalités, en particulier entre les hommes et les femmes. Dès le début, elle a aggravé l’insécurité économique des femmes et augmenté leur risque de subir des actes de violence sexospécifique en raison des mesures d’isolement social. Alors que les gouvernements ont du mal à faire face aux implications profondes de la COVID-19, il est essentiel de disposer de données probantes qui mettent en lumière l’aggravation des vulnérabilités sexospécifiques, et d’identifier des solutions concrètes et innovantes afin d’assurer une reprise post-pandémie plus équitable (CRDI, mars 2021).

Axe 3 : Genre, éducation, sciences et technologie

À l’occasion de la Journée internationale des femmes et des filles de science, les Nations Unies ont souligné que la voix et l’expertise des femmes et des filles dans les domaines de la science, de la technologie et de l’innovation (STI) étaient essentielles pour apporter des solutions aux changements qui bouleversent notre monde. « Il nous faut d’urgence combler l’écart entre les hommes et les femmes dans les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (STEM) et activement promouvoir l’égalité des sexes dans les carrières liées à la science, à la technologie et à l’innovation » ont dit, dans un communiqué conjoint, les cheffes de l’UNESCO, Audrey Azoulay, et d’ONU-Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka, le 11 février 2019.

Le débat récurrent sur la disparité des genres dans les métiers scientifiques et techniques et le débat plus fondamental sur la définition de la science (Harding, 1986) sont nos points de départ. Ces discussions deviennent de plus en plus importantes dans nos sociétés où les sciences et les technologies prennent une place prépondérante. Néanmoins, si les sciences et les technologies continuent à être définies principalement par les hommes et que les femmes continuent à être mal représentées et peu reconnues dans ces disciplines, nos sociétés risquent d’en pâtir. Il devient donc primordial que les voix et les actions des femmes soient entendues et légitimées sur ces sujets. 4

Il est important de noter dans cet axe que les filles sont à parité et même en avance sur les garçons dans l’enseignement secondaire. Le clivage ne commence qu’avec le choix des orientations de carrière: aux filles les sciences de la “vie” (biologie, médecine, etc), aux garçons les sciences dites “nobles” ou “dures” (maths, informatique, ingénierie, etc) Dans le monde, il n’y a que 30% de chercheuses (en Afrique 32%). Les raisons sont d’abord basées sur l’ordre patriarcal et sa distribution des tâches, puis culturelles, économiques, politiques. La persistance des préjugés de sexe est si forte que les efforts pour des solutions ont peu d’effet, car n’est pas vraiment posée la raison profonde, qui consiste à s’attaquer à la déconstruction du patriarcat. Sans cela, les avancées resteront limitées.

III- Informations Générales
Date : 05, 06, 07, 08, et 09 décembre 2022
Lieu : Université Félix Houphouët BOIGNY, Abidjan

IV- Objectif général

Contribuer à la promotion du genre et l’égalité des sexes en Afrique.

V- Objectifs spécifiques

● Faire un état des lieux et débattre de fond en comble des politiques africaines en matière d’intégration de la perspective genre face aux grands défis du 21ième siècle dont la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent, le terrorisme, le VIH, la COVID-19 et autre pandémie etc ;
● Créer une saine émulation en vue de faciliter le partage d’expérience entre experts et autre acteurs, sur les stratégies pour une intégration du genre face aux grands défis du 21ièmesiècle dont la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent, le terrorisme, le VIH, la COVID-19 et autre pandémie, etc ;
● Faire un plaidoyer à l’endroit des autorités compétentes pour une adoption et une application des politiques et stratégies inclusives réussies, dans le cadre de la résolution des conflits notamment l’extrémisme violent et le terrorisme;
● Identifier et analyser les nouvelles stratégies de lutte et opportunités (ressources) nécessaires à la promotion de l’équité et l’égalité des sexes en Afrique;
● Proposer des solutions concrètes, endogènes et innovantes permettant de mettre fin à l’inégalité Femme / Homme en lien avec les axes du présent symposium.

VI- Résultats attendus

● Un bilan des politiques africaines de lutte contre la radicalisation, l’extrémisme violent et le terrorisme est réalisé ;
● Un catalogue de solutions concrètes, et peu évidentes exposées par les chercheures et, analysées et jugées pertinentes par des experts est réalisé;
● Deux (02) prix d’innovation sont décernés pour récompenser les meilleurs travaux de recherche portant sur le genre et l’égalité des sexes, en lien avec les axes de communication du présent symposium ;
● Une campagne de sensibilisation et de valorisation du label égalité professionnelle dans les Forces de Défenses et de Sécurité (FDS) est réalisée ;
● Un plaidoyer est fait à l’endroit de toutes les autorités compétentes pour une application des politiques et stratégies inclusives réussies, dans la lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme.

VII- Cibles

Ce symposium cible :
● Les chefs d’Etat et de gouvernements ;
● Les membres de gouvernements ;
● Les Présidents et membres d’institutions nationales et internationales ;
● Les élus locaux ;
● Les enseignants-chercheurs ;
● Les acteurs des organisations de la société civile ;
● Les représentants des entreprises publiques et parapubliques ;
● Les étudiants.

Nombre de personnes attendues : 150

VIII- Critères et règles de soumission des communications

Calendrier de soumission DATE

ACTION

01 février 2022

Ouverture de l’appel à communication

30 Avril 2022

Date limite de réception des résumés de communication

16 Mai 2022

Décision d’acceptation ou de refus

16 Novembre 2022

Date limite de réception de l’intégralité des articles

Mercredi 27 Avril 2022

Retour Des instructions

Plus d’informations et documents en téléchargement: ici



Citer ce billet
Chargé de diffusion scientifique (2022, 11 février). Appel à communications Symposium International sur L’Équité et l’Égalité de Genre en Afrique (SIEEGA 2022) « Le genre face aux grands défis du XIXe siècle », Université Félix Houphouët Boigny, 5-9 décembre 2022, Abidjan — LIMITE : 30/04/2022. IISMM. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q24b

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search