Parution: Nibras Chehayed et Guillaume de Vaulx d’Arcy, La destructivité en œuvres. Essai sur l’art syrien contemporain, Presses de l’Ifpo, 2021


La destructivité en œuvres
Essai sur l’art syrien contemporain

Nibras Chehayed et Guillaume de Vaulx d’Arcy

 
 
 

Onze œuvres de Syrie. Oui, mais que peut l’art dans un pays détruit ? Presque rien, hélas… Nous nous raccrocherons à ce presque décisif qui se refuse au rien. L’espoir révolutionnaire évanoui, le peuple vivant au milieu des décombres et hanté par les disparus, il a incombé aux artistes de penser ce monde inédit et d’esquisser l’esthétique d’un monde qui s’effondre.
Assumant l’ampleur de la catastrophe, quand tout semble devenu impossible, c’est munis des outils rudimentaires du peintre, du sculpteur ou du vidéaste qu’ils ont créé de nouveaux positionnements face au destructeur et vis-à-vis de ceux sur qui s’acharne sa destruction. Dégradation chimérique, art de la contre‑esquisse, art de la collapside, de la pan-obscurité, discrétion ab-cène, tragique ultime, confrontation au don et au deuil impossibles, refus de l’abjection, l’événement esthétique se constitue en événement éthique, et laisse émerger un lieu qui se désidentifie de la logique destructive dominante.
C’est à travers une analyse philosophique serrée de chacune de ces onze œuvres que l’ouvrage entend penser l’ère de la destructivité, ce qu’elle signifie et comment s’y positionner.

Plus d’informations: ici


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search