Programme Cress : lancement du 1er appel à projets auprès d’artistes internationaux et de chercheurs de l’EHESS — LIMITE: 15/03/2022

 

 

Le programme Cress (Création recherche en sciences sociales), porté par l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et financé par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, renforce le dialogue entre art et recherche en sciences sociales. Ce programme vise à faire de l’EHESS, et plus largement du Campus Condorcet, un lieu de rencontre international de la recherche-création. Dans ce cadre, l’EHESS lance son 1er appel à projets dans le but d’une collaboration entre ses chercheurs et des artistes du monde entier.

Le concept : accueillir des artistes en résidence pour la création d’une œuvre commune avec des chercheurs, et encourager ainsi la communauté scientifique à faire l’expérience de nouvelles formes de récit en sciences humaines et sociales.

Toutes les actualités du projet Cress sur ehess.fr/cress.

 

Modalités et éligibilités de l’appel à projets

  • Le chercheur ou la chercheuse devra appartenir à un laboratoire dont l’une des tutelles est l’EHESS : membre titulaire chercheur, postdoctorant (sous contrat avec l’EHESS lors de la candidature ainsi que pendant la résidence), doctorant (contractuel ou non).
  • Artiste et chercheur devront s’associer pour concevoir une œuvre originale ou un nouveau projet. Pour être éligible, l’artiste doit résider impérativement à l’étranger.
  • Une attention particulière sera portée aux projets qui sont intégrés dans des programmes de recherche incluant l’EHESS.
  • Seront valorisés les projets qui renforcent les liens avec des structures partenaires de l’EHESS ou développent des liens avec de nouvelles structures culturelles basées en Île-de-France pour la production et/ou la diffusion.
  • Une restitution de la collaboration fera l’objet d’une présentation, sous une forme à déterminer, à l’issue de la résidence.

 

L’ancrage de l’EHESS dans la vie culturelle et artistique

L’essor des écritures alternatives et des nouvelles formes de récit en sciences humaines et sociales (film, photographie, écriture sonore, littérature, théâtre, performance, musique, arts graphiques) aborde les objets sociaux par des moyens différents, souvent non verbaux et non conceptuels, et explore leur dimension sensible.

Les productions artistiques sont autant de supports de réflexion dont les sciences humaines et sociales peuvent se nourrir.

 

Depuis plusieurs années, l’EHESS développe ses recherches en sciences sociales en lien avec les arts.

Cela se traduit par une diversité de projets, notamment :

  • les équipes internationales triennales Arts et intelligences du silence « Royaumont re: Sounding » et TECHMESIA (TECHnic, Materiality, Economy : Studies on Images in Asia) ;
  • « InventFormes – L’invention des formes de représentation à l’ère de la mondialisation » de l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC) et soutenu par la fondation Carasso ;
  • la « Fabrique des écritures » du Centre Norbert-Elias (CNE).
  •  

Aussi, depuis deux ans, l’EHESS, en partenariat avec la Fondation Camargo, propose un programme de résidence pour un binôme composé d’un artiste international et d’un chercheur en sciences sociales.

Envoyez votre dossier de candidature jusqu’au 15 mars 2021 à  cress[at]ehess.fr

 

 

 

 


22 avril 2022:

Présentation des projets lauréats Cress

Le comité de sélection du programme Cress s’est réuni le 19 avril à l’EHESS pour évaluer les seize projets de candidature déposés dans le cadre du premier appel à projets Cress.

Ces projets de grande qualité ont donné à voir une forte transdisciplinarité ainsi qu’une grande diversité artistique et scientifique. À l’issue de discussions nourries, le jury a sélectionné trois projets :
 
Centre de Beyrouth durant les manifestations d’octobre 2019 © Sandra Tabet
Les vibrations souterraines des villes implosées.
Scènes sonores à Beyrouth et en Seine-Saint-Denis
.

Dans le « creux » de deux territoires – Beyrouth et la Seine-Saint-Denis –, dans ce qu’elles ont nommé « le souterrain » des villes, une artiste sonore et une historienne vont tenter de capter les multiples vibrations des paroles « muettes », que ce soit par le fracas, l’effroi, ou la relégation sociale due à l’enclavement des territoires. Souterrains, les sons se feront rhizomes, cartographies sensibles de ce qui fait lien envers et contre tout.

Rana Eid et Karine Le Bail enregistreront les sons et leurs réflexions au-dessus et en-dessous de Beyrouth, au-dessus et en dessous de villes du 93 – béances de l’explosion du port de Beyrouth, stridence continue des générateurs électriques d’une ville soumise à d’incessantes coupures de courant, et en regard, les sons des chantiers du Grand Paris Express avec les tunneliers du Grand Paris Express, gigantesques machines d’environ 10 mètres de large et 100 mètres de long creusant d’immenses galeries souterraines pour relier plusieurs communes de Seine-Saint-Denis et pensées ici comme allégories d’une « réparation » de la relégation sociale et comme outil de relocalisation de l’urbanité.
  • Karine Le Bail est historienne, chargée de recherche au CNRS et membre du Centre de Recherches sur les Arts et le Langage (CRAL) et responsable du réseau

    Son:S du CNRS. Ses travaux relèvent de l’histoire sociale des professions artistiques au XXe siècle et d’une anthropologie historique des dimensions sensibles du son et de l’écoute.

  • Rana Eid est sound designer et cinéaste libanaise. Depuis 2003, elle travaille en tant que monteuse son sur divers films libanais, collaborant avec de nombreux cinéastes libanais de renom, et en 2006 elle fonde DB STUDIOS pour la post-production audio avec le compositeur Nadim Mishlawi. Elle a réalisé le documentaire Panoptic.
 
The Ash Heart Project © R. Anuwatwimon 2015
When silk larvae goes wild

Réunissant un artiste environnemental thaïlandais et une anthropologue française, ce projet d’installation sculpturale vise à aborder la question de la fragilité de la vie sur Terre et de la nature sauvage en période de transformation/destruction biologique massive du point de vue de la sériciculture. Dans le monde entier, les industries de la soie s’appuient sur de minuscules insectes pour produire du brillant et du glamour. Outre l’hégémonique Bombyx mori, des dizaines d’autres espèces sont louées – principalement en Asie – pour la qualité de la substance qu’elles sécrètent. Qualifiées de « sauvages » par les spécialistes de la soie, elles sont différemment sensibles à la présence et à la manipulation humaine. À ce titre, elles sont propices à penser l’équilibre subtil des relations Homme-autres animaux-environnement et le façonnage de la vie à long terme dans les industries humaines.

Intégrée dans le projet interdisciplinaire ANR JCJC Wildsilks coordonné par Annabel Vallard, cette collaboration art-science vise à considérer la créativité humaine et la biodiversité à travers l’esthétique du désastre et la matérialité des relations inter-espèces.
  • Annabel Vallard est anthropologue, chargée de recherche au CNRS et membre du Centre Asie du Sud-Est (CASE). Médaille de bronze du CNRS 2021 et coordinatrice du projet ANR Wildsilks, ses recherches portent sur les relations humains-milieux à travers l’étude de filières textiles et minérales.
  • Ruangsak Anuwatwimon est artiste environnemental thaïlandais. Ses travaux relient l’art, la science et la nature en s’intéressant à une régénération du concept de sculpture. Ses pièces poétiques et conceptuelles explorent les fondements sociaux, culturels et moraux des sociétés humaines.
 
Cécile Van den Avenne et Djamile Mama Gao – Centre Culturel de Rencontre International à Ouidah, 2022
Mon cher gouverneur

« Mon cher gouverneur » est un projet de performance documentaire construit autour d’un corpus de lettres de tirailleurs dahoméens envoyés pendant la Première guerre mondiale. Un récit polyphonique coconstruit et porté par un slameur béninois et une chercheuse française, racontant à partir de points de vue situés, africains, l’engagement dans une guerre européenne.

Le projet est sous-tendu par la question de construire une histoire commune, partageable, appropriable, de ce moment historique. Il se présente sous la forme d’un dispositif simple : un acteur-slameur, une chercheuse-récitante, un écran où défilent des images, une bande-son intermittente ; dispositif nomade destiné à être embarqué pour différents contextes de diffusion, d’une salle de classe à une salle de spectacle.
  • Cécile Van den Avenne est sociolinguiste, directrice d’étude de l’EHESS au sein de l’Institut des Mondes Africains (IMAF). Ses recherches portent sur les échanges langagiers en situation de contact colonial en Afrique de l’Ouest.
  • Djamile Mama Gao est slameur, écrivain et performeur Béninois. Artiste protéiforme, son approche s’appuie et se saisit de plusieurs médiums créatifs : l’écriture, l’oralité, la musique et les arts visuels.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search