Article | Cinq bandes dessinées et romans graphiques arabes qui ont marqué l’année 2021 Middle East Eye

 
Middle East Eye se penche sur cinq remarquables BD arabes publiées cette année, qui traitent de questions aussi diverses que la gentrification des plages au Liban ou les ghouls en Tunisie 
La trilogie Shubeik Lubeik de l’artiste égyptienne Deena Mohamed fait partie des derniers récits créatifs parus au Moyen-Orient (Deena Mohamed)
La trilogie Shubeik Lubeik de l’artiste égyptienne Deena Mohamed fait partie des derniers récits créatifs parus au Moyen-Orient (Deena Mohamed)
 

Ces dix dernières années, un nombre croissant de jeunes écrivains arabes a fait du roman graphique et de la bande dessinée ses principaux moyens d’expression artistique.

Pour eux, ce format se prête mieux aux absurdités de la jeune expérience arabe que la prose ou le cinéma.

Intrinsèquement éthérée, la BD permet de mélanger le fantastique et le banal, contenus, par exemple, dans l’image d’un âne taxant une cigarette au coin d’une rue du Caire dans la trilogie Shubeik Lubeik (si tel est votre souhait) de l’artiste égyptienne Deena Mohamed.

Pour l’artiste libanaise Rawand Issa, qui a récemment publié son premier roman graphique Fy Batn El Hoot (à l’intérieur de la baleine), la possibilité de montrer une image à la fois recèle un énorme potentiel.

« Une scène entière tient dans une seule image, ce qui signifie que le lecteur laisse libre cours à son imagination », explique-t-elle à Middle East Eye. « C’est à vous de déduire le mouvement, d’apporter votre propre vision de l’histoire. C’est ce que j’aime dans la bande dessinée. »

La polyvalence du format peut également donner aux lecteurs l’accès à des problématiques qu’ils n’auraient peut-être pas abordées autrement.

Heba Abd El Gawad, égyptologue et chercheuse à l’University College London, a collaboré avec trois artistes de bande dessinée/initiatives pour son projet, Egypt’s Dispersed Heritage, qui vise à sensibiliser le public à l’héritage colonial de l’égyptologie.

« Nous avons transformé toute cette recherche académique et ce jargon technique en bandes dessinées simples que tout le monde peut comprendre, permettant ainsi de se faire une opinion », a déclaré Abd El Gawad lors d’un panel du CairoComix, qui s’est tenu au musée Mahmoud Mukhtar au Caire en novembre.

Les romans graphiques, explique-t-elle, créent une distance qui rend plus digestes les sujets les plus difficiles et les plus pénibles.

C’est cet aspect du format qui fait des œuvres comme Waat El Shedda (époque difficile), qui aborde une famine tragique au Caire sous les Fatimides, une lecture bien plus facile, quoique toujours à glacer le sang.

Dans cet article, Middle East Eye se penche sur cinq romans graphiques et bandes dessinées remarquables publiés en 2021, qui traitent de questions aussi diverses que la gentrification des plages au Liban ou les ghouls en Tunisie. (…)
>>> Article à retrouver sur le site Middle East Eye 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search