Journée d’études « La pratique de l’islam dans le champ professionnel : éthiques, religion et citoyennetés », Cespra — Campus Condorcet Aubervilliers, 16 novembre 2021

Une première journée d’études intitulée La pratique de l’islam au travail : conflits, arrangements et dépassements portait sur la performativité du sujet islamique dans le champ professionnel à travers la création d’espaces « musulmans » tels que des marchés islamiques, l’entrepreneuriat ou encore des espaces de cultes sur les lieux de travail. Elle posait la question si cette dynamique sociale de créations « d’espaces musulmans » dans le champ professionnel cherche à se distinguer des normes dominantes de la société majoritaire ou si ces espaces sont des manières d’habiter les lieux et de façonner l’environnement dans lequel ces musulman.es évoluent ? Cette journée d’études a permis d’identifier les multiples contraintes sociales, professionnelles, éthiques, familiales, religieuses et politiques mais aussi d’introduire de manière heuristique les notions d’« arrangements » et les articulations qui permettent de créer des « espaces du compromis sans se compromettre » (Ricoeur, 1991).

Dans la continuité de la réflexion, cette deuxième journée d’études analyse dans différents champs sociaux la manière dont des professionnel.les et des entrepreneur.es musulman.es en France concilient le style de vie, les normes et les pratiques islamiques, à l’exercice de leurs métiers. Ils induisent ce faisant un déplacement de la pratique de l’islam de culte (ibadāt) – pratique individuelle et intime de l’islam – vers une pratique de l’islam dans le champ professionnel (mu’âmalât) orientée vers le monde social et dans la relation à l’autre. Dès lors des conflits de normes, de valeurs et de pratiques apparaissent entre d’un coté les normes publiques, conventionnelles et les normes professionnelles dominantes et d’un autre côté, les prescriptions islamiques issues de la sharîa.

Ces acteurs trouvent alors dans le vocabulaire commun du lieu, dans des éthiques séculières communes, la possibilité de réaliser leurs activités professionnelles et marchandes en articulant la pratique religieuse, les prescriptions islamiques aux normes du métier et aux règles du lieu. Ces arrangements créent des interpénétrations, des formes sociales originales qui lient l’islam à l’Europe (Göle, 2005) et témoignent de l’appartenance multiple de ces acteurs à la fois français et musulmans. En ce sens ces espaces « musulmans » créent des liens entre les musulmans et leur environnement de vie séculier : à travers leurs activités professionnelles et marchandes, ils participent à la formulation du lieu qu’ils habitent dans leurs propres subjectivités, musulmane et française (Göle, 2005, 2015).

C’est à la jonction des multiples expériences islamique, professionnelle, nationale, transnationale, des multiples habitus (Bourdieu, 1970, 1980), qu’ils trouvent les compromis qui « combinent, organisent et articulent des idées, des principes, des visions du monde, des valeurs et des pratiques distincts » (Nachi, 2011). Ces compromis sont des arts de façonner l’environnement qui les entoure et des manières d’exercer leurs citoyennetés, leurs façons d’habiter le monde et la société comme vita activa (Arendt, 1983). Ces nouvelles structures sociales et économiques, ces nouveaux acteurs et leurs manières d’articuler l’expérience islamique et nationale font l’objet de cette journée d’études.

Après avoir présenté en introduction le cadre de réflexion générale proposé par Bochra Kammarti autour des articulations entre l’éthos religieux, l’usage des éthiques séculières et l’expression de la citoyenneté dans le champ professionnel, Dilek Yankaya décrira à partir des différents positionnements vis-à-vis des controverses autour de l’islam, la manière dont des professionnel.les musulman.es expriment leurs multiples appartenances et comment le compromis s’opère comme un travail sur soi au quotidien dans lequel les normes et les pratiques islamiques dans le champ professionnel sont discutées, disputées avec l’entourage familial et amical. Warda Hadjab présentera son travail auprès de praticiennes et professionnelles de la santé qui concilient la foi religieuse, la formation scientifique et la professionnalité clinique et thérapeutique par des accommodements pratiques que les acteurs créent, négocient ou inventent pour dépasser les conflits entre les valeurs/normes laïques et les normes islamiques.

Mayuko Yamamoto présentera son travail auprès de professionnel-le-s éducatif-ve-s musulman-ne-s qui se sont orienté.es vers l’enseignement privé pour créer de nouveaux espaces scolaires qui concilient l’éthique islamique, les aspirations d’une réussite scolaire et l’épanouissement de soi en s’appuyant sur de multiples référentiels et modèles d’enseignement. Nicolas Bourriquet Cor décrit les conflits de normes et de pratiques dans le champ sportif en particulier dans le milieu du football et de la boxe et observe les arrangements qui concilient les prescriptions islamiques aux exigences de la performance sportive et aux normes qui réglementent le champ et la pratique sportive. Enfin Bochra Kammarti présentera les raisons et les leitmotivs qui motivent des professionnel.les financier.es à s’orienter vers les marchés de la finance islamique ou vers l’entrepreneuriat et leurs manières de trouver dans le langage commun la possibilité de concilier éthiques islamiques et séculières aux pratiques du métier et aux règles du lieu.

Télécharger le programme: affiche_je_pratique_islam_champ_professionnel_programme
Site du Cespra


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search