Appel à contributions Revue Sociétés plurielles n°5 « L’identité contre la science ? La science au service de l’identité ? » — LIMITE : 10/11/2021

Date limite pour l’envoi des résumés10 novembre 2021
Adresse: programmesp[at]gmail.com

 

Sociétés plurielles n°5 – Appel à contributions
« L’identité contre la science ? La science au service de l’identité ? »

 

L’appropriation identitaire des savoirs représente un phénomène constitutif des sociétés humaines et s’inscrit, d’ores et déjà, dans l’horizon d’analyse des sciences sociales. Longtemps associée à des pouvoirs constitués ou à des courants politiques de divers horizons, elle a été marquée, durant les dernières décennies, par un phénomène nouveau. Au nom de la reconnaissance du droit ou de la mémoire des minorités issues de population victimes du colonialisme, s’est en effet affirmée la revendication d’un droit de regard sur les conditions de l’investigation scientifique ou sur ses résultats. Abordé notamment sous l’angle des usages du passé et du statut d’objets muséographiques dans le contexte post-colonial, cette tension entre science et identité a été particulièrement sensible dans les domaines de l’archéologie et de l’anthropologie, comme en témoigne la brève liste qui suit :    

  1. Il y a trente ans, aux Etats-Unis, le NAGPRA (en français : loi fédérale sur « La protection et le rapatriement des tombes des natifs américains ») consacrait, entre autres, le droit des collectifs considérées comme les descendants des individus dont les restes étaient conservés dans les musées d’exiger leur restitution. En les soumettant également à l’approbation de ces mêmes collectifs, elle durcissait également considérablement les conditions dans lesquelles les recherches archéologiques pouvaient être réalisées, provoquant ainsi les protestations d’une partie du milieu scientifique [1].
  2. En Australie, où la situation des communautés Aborigènes continue de représenter un problème politique et social saillant, la reproduction de pièces de musée à des fins de publication est dorénavant soumise à leur approbation. Quant aux institutions publiques, elles manquent rarement, de même que les chercheurs qu’elles emploient, de recourir à la formule consacrée faisant état de leur respect pour les « Anciens, passés et présents ». C’est dans ce contexte – et dans celui de luttes juridiques autour des droits sur les terres – que la publication d’un récent ouvrage a entraîné un authentique phénomène de société. Ce livre, écrit par un romancier d’ascendance aborigène[2], entend remettre en cause deux siècles de consensus sur le mode de subsistance des occupants du continent à l’arrivée des Occidentaux. Après un énorme succès de librairie, le livre a intégré les programmes scolaires, tout en continuant de susciter d’âpres polémiques où les prises de positions scientifiques s’entremêlent de manière inextricable avec les agendas politiques.
  3. Dans un ordre d’idées un peu différent, il convient également de mentionner ce récent projet de redéfinition de la mission des musées porté par l’ICOM [3], projet selon lequel ceux-ci « (…) sont des lieux de démocratisation inclusifs et polyphoniques, dédiés au dialogue critique sur les passés et les futurs. (…) La définition du musée doit être ancrée dans la pluralité des visions du monde et des systèmes de pensée et non dans une tradition scientifique occidentale unique ». L’opposition rencontrée par cette proposition, qui dénie à la connaissance scientifique tout statut spécifique et toute primauté sur les croyances, a conduit à l’ajournement de la décision. Elle est néanmoins significative d’une époque et des revendications qui s’y font entendre.

Ces quelques exemples, qui pourraient être multipliés à loisir, illustrent les nombreuses questions soulevées par ce mouvement faisant surgir de nouvelles interrogations portant sur la production du savoir. La reconnaissance des torts subis, en particulier par des populations colonisées, doit-elle se traduire par l’octroi de droits nouveaux à ceux qui sont identifiés comme les descendants de ces populations, portant sur les objets susceptibles d’investigation scientifique, voire sur le discours tenu à leur propos ?  Les exigences de la mémoire et celles de la connaissance sont-elles antagonistes ? Comment les acteurs de la vie scientifique pensent-ils leur collaboration ? La prise en compte de ces exigences mémorielles représente-t-elle une chance ou un obstacle pour la science et la compréhension mutuelle des différentes communautés humaines ? Comment expliquer la cristallisation de cette tension dans différents contextes de production du savoir ? Quelles sont les disciplines concernées ? Quelle est la notion de vérité que sous-tendent ces débats ? Quel est aujourd’hui le statut de ce qu’on peut appeler le relativisme scientifique et qui consiste à formuler un savoir différencié en fonction du groupe auquel il est destiné ?

Telles sont les questions que le prochain numéro de Sociétés plurielles souhaite aborder.

[1] John Whittaker, “Here comes the anthros. What good is an archaeologist?” in J. G. Andelson (dir), Anthropology Matters: Essays in honor of Ralph A. Lueben, Grinnell, Iowa: Grinnell College. 1997.
[2] Bruce Pascoe, Dark Emu: Black Seeds: Agriculture or Accident?, Magabala Books, 2014.
[3] International Council Of Museums.


« Identity versus science? Science at the service of identity? ».

The interdisciplinary peer-reviewed journal Sociétés plurielles/Plural Societies (societesplurielles.fr) is launching a Call for papers on the theme « Identity versus science? Science at the service of identity? ».

The appropriation of knowledge in terms of identity is a constitutive phenomenon of human societies and is already part of the analytical horizon of the social sciences. Long associated with constituted powers or political currents of various horizons, it has been marked, during the last decades, by a new phenomenon. In the name of the recognition of the rights or the memory of minorities from populations that were victims of colonialism, the claim to a right to control the conditions of scientific investigation or its results has been asserted. Addressed in particular from the angle of the uses of the past and the status of museographic objects in the post-colonial context, this tension between science and identity has been particularly sensitive in the fields of archaeology and anthropology, as the following brief list shows:   

  1. Thirty years ago in the United States, the NAGPRA (Federal Act on the Native American Graves Protection and Repatriation) established, among other things, the right of collectives considered to be the descendants of individuals whose remains were kept in museums to demand their restitution. By making them subject to the approval of these same groups, it also considerably tightened the conditions under which archaeological research could be carried out, thus provoking protests from part of the scientific community[1].
  2. In Australia, where the situation of Aboriginal communities continues to be a salient political and social issue, the reproduction of museum items for publication purposes is now subject to their approval. Public institutions rarely fail to use the time-honoured phrase of respect for ‘elders, past and present’, as do the researchers they employ. It is in this context – and in the context of legal struggles over land rights – that the publication of a recent book has led to a genuine social phenomenon. The book, written by a novelist of Aboriginal descent[2], aims to challenge two centuries of consensus about the livelihoods of the continent’s occupants at the time of the arrival of Westerners. The book was a huge bestseller and has been incorporated into school curricula, but it continues to provoke bitter controversy where scientific positions are inextricably intertwined with political agendas.
  3. In a slightly different vein, it is also worth mentioning the recent ICOM[3]project to redefine the mission of museums, according to which they « (…) are inclusive and polyphonic places of democratisation, dedicated to critical dialogue about pasts and futures. (…) The definition of the museum must be rooted in the plurality of worldviews and systems of thought and not in a single Western scientific tradition ». The opposition to this proposal, which denies scientific knowledge any specific status and any primacy over beliefs, led to the decision being postponed. It is nevertheless significant of an era and of the claims that are being made.

These few examples, which could be multiplied at will, illustrate the many questions raised by this movement, which raises new issues concerning the production of knowledge. Should the recognition of wrongs suffered, in particular by colonised populations, result in the granting of new rights to those identified as the descendants of these populations, concerning the objects likely to be the subject of scientific investigation, or even the discourse held about them?  Are the demands of memory and those of knowledge antagonistic? How do the actors of scientific life view their collaboration? Does the consideration of these memory requirements represent an opportunity or an obstacle for science and the mutual understanding of different human communities? How can we explain the crystallization of this tension in different contexts of knowledge production? Which disciplines are concerned? What is the notion of truth underlying these debates? What is the status today of what can be called scientific relativism, which consists in formulating knowledge that is differentiated according to the group for which it is intended?

These are the questions that the next issue of Sociétés plurielles/Plural Societies wishes to address.

Proposals in English, French, or German, can be sent to the editorial office at programmesp[at]gmail.com.

Instructions for authors are provided in the attachment.

For articles: send a one-page text with a short biography by November 10th 2021.

[1] John Whittaker, “Here comes the anthros. What good is an archaeologist?” in J. G. Andelson (dir), Anthropology Matters: Essays in honor of Ralph A. Lueben, Grinnell, Iowa: Grinnell College. 1997.
[2] Bruce Pascoe, Dark Emu: Black Seeds: Agriculture or Accident?, Magabala Books, 2014.
[3] International Council Of Museums.

Site de la Revue Sociétés plurielles


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search