Séminaire IISMM « Le chiisme, textes, croyances et pratiques d’hier et d’aujourd’hui » — 2nd semestre / hebdomadaire le jeudi de 10 h 30 à 12 h 30, du 24 février 2022 au 2 juin 2022 au Campus Condorcet

Salle 3.10 (Campus Condorcet, Centre de colloques, cours des humanités 93300 Aubervilliers)
2nd semestre / hebdomadaire le jeudi de 10 h 30 à 12 h 30
du 24 février 2022 au 2 juin 2022

Intervenant·e·s

Le chiisme, principale minorité de l’islam, se distingue du sunnisme majoritaire tout à la fois par un corps de doctrines contenu dans des textes et par un ensemble de pratiques déployées au sein des sociétés. D’une part, un corpus scripturaire considérable dans les domaines du hadith, de l’historiographie, de la théologie ou de la philosophie. D’autre part, un éventail de pratiques dévotionnelles et rituelles, certaines quotidiennes et privées, d’autres collectives et inscrites dans un calendrier rituel, mais aussi de modes de vie mystiques et de formes d’engagement politiques. Loin d’être monolithique, le chiisme s’est tôt divisé en de nombreux courants dont ne subsistent aujourd’hui que le chiisme imâmite ou duodécimain, l’ismaélisme, le zaydisme, le nuṣayrisme-‘alawisme, ainsi que des courants mystiques plus ou moins ouvertement affiliés au chiisme (shaykhisme, bektashisme et autres). On peut aussi étendre ce spectre à des courants issus et séparés du chiisme, voire de l’islam dans son ensemble (druzisme, bahâ’isme).

Après avoir longtemps été le parent pauvre des études sur l’islam, le chiisme fait l’objet d’un intérêt croissant du monde de la recherche depuis une cinquantaine d’année. Toutefois, il faut bien constater que l’intérêt des orientalistes s’est longtemps focalisé sur les textes et les doctrines, tandis que les travaux récents dans les domaines de l’histoire et des sciences sociales sont largement centrés sur l’action politique. De même, on relève souvent une séparation des travaux sur le chiisme ancien, axés sur les doctrines fondamentales, et sur le chiisme moderne et contemporain, centrés sur le pouvoir et la société.

Notre séminaire aura donc vocation à aborder de concert et de manière croisée les dimensions textuelle et pratique du chiisme en conjuguant une approche islamologique et une approche anthropologique, avec la collaboration de collègues issus des sciences religieuses comme des sciences sociales. Plus encore, il se propose d’examiner directement l’interaction entre ces deux dimensions du chiisme en s’intéressant particulièrement aux textes sur les pratiques (dans les domaines du droit, de l’éthique, de la mystique) et à la pratique des textes (dans les temps rituels et la vie quotidienne des diverses sociétés). Les différentes périodes, aires culturelles et branches doctrinales du monde chiite seront envisagées. Le séminaire pourra également accueillir des spécialistes d’autres courants de l’islam ou d’autres religions pour offrir des perspectives comparatistes.

Nous approfondirons par là, sur le terrain du chiisme, une approche bidimensionnelle et transdisciplinaire poursuivie pendant quatre ans (2017-2021) sur l’islam dans sa globalité dans notre séminaire « Islam savant et islam populaire : interactions et contradictions. Une approche transdisciplinaire ». Suivant le même modèle, chaque séance sera conçue comme un dialogue entre deux communications, l’une plus axée sur les textes et les doctrines, relevant de l’islamologie, l’autre plus axée sur l’observation et les pratiques, relevant des sciences sociales. 

Plus d’informations et demande d’inscription: ici


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search