Séminaire IISMM « L’intégralisme dans tous ses états : politique et religion en France et dans le monde » — 4e jeudi du mois de 13 h à 15 h, du 27 janvier 2022 au 23 juin 2022 à l’IISMM – EHESS

Salle B3-18 à l’IISMM (EHESS, 54 bd Raspail 75006 Paris)
4e jeudi du mois de 13 h à 15 h
du 27 janvier 2022 au 23 juin 2022

Responsable :
  • Haoues Seniguer : maître de conférences, Sciences Po Lyon / Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman (IISMM)

Le séminaire est dédié à l’étude pluridisciplinaire de l’intégralisme religieux et de ses modalités d’expression dans une pluralité d’espaces sociaux, en valorisant pour ce faire et autant que possible une approche comparatiste.

On se fondera, avant toute chose, sur la définition que donne de l’intégralisme Jean-Marie Donegani, à la suite des travaux pionniers d’Émile Poulat (1920-2014) sur le catholicisme intégral  : « Le propre des modèles intégralistes tient dans tout ce que la vision du monde est organisée autour d’une référence religieuse ».

Aussi, il s’agira, à partir de ce cadrage général, de dé-spécifier le rapport courant à l’islam et à l’intégralisme musulman. Et ce, en nous intéressant aussi aux intégralismes juif, chrétien, hindou et bouddhiste. Nous voudrions, de la sorte, échapper à l’effet de loupe médiatique qui est lié à un surinvestissement contemporain de la catégorie « islam politique » ou « islamisme » auquel les chercheurs en sciences sociales n’échappent pas toujours. En tout état de cause, l’hyper focalisation sur l’islamisme ne permet absolument pas d’épuiser les nombreux ressorts et facettes de l’imaginaire intégraliste. Ainsi, les réflexions conduites au cours du séminaire se nourriront de multiples apports disciplinaires, aussi bien théoriques qu’empiriques, fondés notamment sur des enquêtes de terrain de nature qualitative ou quantitative.

Le défi posé par l’intégralisme aux sociétés où il prend racine, ne concerne donc pas exclusivement les sociétés ventilées et régulées, du point de vue social et institutionnel, par le religieux. Il se manifeste bel et bien dans des pays de tradition laïque ou séculariste, tels que la France ou les Etats-Unis, pour ne prendre que ces deux exemples.  

Nous envisagerons trois axes principaux de recherche et de discussion :

Un axe portera, au plan méthodologique, sur la définition des termes en jeu, ainsi que sur l’articulation entre religion, sécularisation et désécularisation.

Un deuxième axe portera principalement sur les liens réels ou supposés entre appartenances et/ou discours intégralistes et la violence de différents types : physique et symbolique. Nous nous interrogerons notamment si pertinence il y a à découpler radicalement l’intégralisme d’avec la violence, en discutant en particulier certaines typologies en vogue (salafisme quiétiste/salafisme activiste/salafisme djihadiste). À cet égard, nous penserons les porosités idéologiques éventuelles et les ruptures à l’oeuvre dans les dynamiques sociopolitiques contemporaines. 

Un axe portera enfin sur les intégralismes à l’épreuve de toutes les questions afférentes aux situations minoritaires et à l’altérité de type religieux, politique, sexuel, etc.

 
Plus d’informations et demande d’inscription: ici

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search