Colloque « Islam et altérité Quelle théologie islamique du pluralisme religieux ? » — à l’Institut Catholique de Paris, 19 – 20 novembre 2021

Islam et altérité Quelle théologie islamique du pluralisme religieux ?

Colloque organisé par l’Institut Supérieur de Théologie des Religions – ISTR- du Theologicum (Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l’Institut Catholique de Paris).

Dans le Document sur la fraternité humaine signé à Abu Dhabi en février 2019, le pape François et Ahmad al-Tayyeb ont souligné que « le pluralisme et la diversité religieuse sont une sage volonté divine ». En islam, la reconnaissance du pluralisme religieux qui trouve son fondement dans plusieurs versets coraniques a déjà été travaillé par des savants musulmans. Mais selon les écoles théologiques et les commentaires, les interprétations diffèrent et n’induisent pas nécessairement une vision positive de cette diversité pour tous les hommes, quelles que soient leurs religions. Dans cette optique, le pluralisme serait une providence pour les musulmans mais ne présage pas nécessairement du salut des membres des autres communautés religieuses.

Ce colloque porté par le Laboratoire de recherche « Islam et altérité » permettra de dégager les lectures et les principes théologiques en islam qui président aujourd’hui pour rendre compte du pluralisme religieux. Il interrogera la manière dont est pensé le lien entre unité et diversité. Cette articulation n’est pas sans susciter débats et difficultés dans la mesure où si l’unité est valorisée (un Dieu, une communauté), parallèlement, la réalité islamique se décline au pluriel : un coran mais des commentaires ; une sharia mais des écoles juridiques d’interprétation, une voie spirituelle mais des soufismes…

Alors que les logiques identitaires peinent à s’ouvrir à l’autre, ce colloque se présente comme une contribution pour éclairer la manière dont les théologiens musulmans ont pensé et pensent le pluralisme religieux. Il mettra en lumière comment certaines lectures passées et contemporaines s’ouvrent de manière heureuse à d’autres religions et fondent une pensée de l’altérité.

Vendredi 19 novembre 2021
1. Les notions d’altérité et l’approche de l’autre en islam classique (9h30 – 12h)
Poser la question du pluralisme religieux dans les théologies de l’islam induit de questionner l’histoire de l’altérité dans les sources sunnites et shiites l’islam classique entre le VIIIe et XIVe. Comment le pluralisme religieux est-il interprété ? Comment est comprise la notion d’unité ?
– Les commentaires des versets coraniques pluralistes chez Ghazali (Emmanuel Pisani)
– Qui est l’autre dans la perspective de la mystique islamique ? (Charbel Attalah)
– Questions autour des interactions entre les notions d’unité, d’altérité, de diversité et d’identité en théologie islamique (Nasser S. Gabryel).

2. Les intellectuels du monde musulman contemporain face aux enjeux du pluralisme religieux (14h – 16h30)
Avec raison, on présente le XXe siècle comme le siècle des engagements intellectuels : dans le monde musulman, des intellectuels ont engagé un dialogue direct des membres d’autres religions et ont intégré à leur réflexion théologique le pluralisme religieux, aussi bien dans le christianisme d’Orient (Ayoub) qu’en islam (Iqbal, Bennabi, Taha) : identité, civilisation, pluralisme sont autant de thèmes que ces intellectuels vont engager, discuter et interroger.
– Le pluralisme religieux chez Muḥammad Iqbal (Youssouf Sangaré)
– De l’identité islamique à la construction d’une civilisation humaine universelle. L’exemple de la théologie de Malek Bennabi ? (Jamel el-Hamri)
– La réflexion de Mahmoud Ayoub sur le christianisme (AS Vivier-Muresan)
– La pensée de Mahmoud Taha sur les religions (Mohammed Chirani)

Samedi 20 novembre 2021
3. L’épreuve du politique face au pluralisme religieux (9h – 12h30).
Le pluralisme religieux dans les théologies de l’islam conduit aussi à une mise à l’épreuve du politique : par politique il s’agit de saisir le rôle de l’État en tant que puissance publique dans sa relation avec le pluralisme religieux. Dans cette relation se dessinent des enjeux juridiques, une lutte pour la reconnaissance des minorités religieuses, une nécessaire réflexion sur l’interprétation des théologies musulmanes et finalement une certaine conception de la citoyenneté.
– Les musulmans devenus apostats : du rejet à la reconnaissance théologique ? (Houssam Bentabet)
– Quelques reflexions à propos des politiques et discours de la République islamique d’Iran concernant l’union shiite – sunnite (Sepideh Parsapajouh).
– La définition juridique de l’unité religieuse en Algérie et ses référentiels théologiques comme vecteur d’exclusion de l’autre (Aziadé Zemirli)
– La « pleine citoyenneté » pour fonder le dépassement des discriminations religieuses. Origine et histoire d’un concept clef (Markus Kneer)
– Répliques des réformistes musulmans français aux mobilisations belliqueuses du fîqh (Cédric Baylocq)

Plus d’informations et inscription: ici


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search