Parution: REMMM n° 148 | 2020-2, « Fantômes d’Empire. Persistances et revendications d’ottomanité(s) dans les espaces post-ottomans », A. Schlaepfer, P. Bourmaud et I. Hassan (dir.)

Vient de paraître (en ligne et imprimé)

Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée – N° 148 | 2020-2
Fantômes d’Empire.
Persistances et revendications d’ottomanité(s) dans les espaces post-ottomans
Sous la direction de Aline Schlaepfer, Philippe Bourmaud et Iyas Hassan

Construites sur l’idée que les peuples « s’étaient endormis » pendant des siècles de domination ottomane avant de se réveiller au son d’une modernité tardive, les historiographies nationales du Moyen-Orient ont présenté la sortie de l’Empire ottoman comme une rupture. La réalité de ces transformations ne saurait être remise en question, car cette époque charnière témoigne d’une multitude de reconversions, cultivées comme des projets politiques par les nationalismes de la région. Il nous apparaît pourtant qu’on donne à l’effacement de l’Empire ottoman de la carte politique une portée globale forcée et mécanique. De même que l’ingénierie sociale de nouveaux États ne s’est pas faite en opposition systématique au legs ottoman, de même l’ingénierie culturelle n’a pas conduit à une disparition brutale des référents ottomans, notamment des référents turcs ottomans dans le monde arabe, et arabes dans la Turquie républicaine. Au contraire, ce legs a souvent été entretenu, tantôt par un attachement non délibéré à des formes ottomanes connues, tantôt par une réappropriation intentionnelle du reliquat ottoman, à des fins de revendications diverses. Ce volume s’intéresse aux expressions socio-politiques, culturelles, linguistiques et littéraires de l’hybridation des référents ottomans dans les espaces turcs et arabes après 1918 – que nous appelons les fantômes d’Empire – en s’appuyant sur une documentation aussi bien visuelle et matérielle que diplomatique ou littéraire.

Aline Schlaepfer est professeure assistante à l’Université de Bâle (FNS – Eccellenza Professorial fellowship). Ses travaux portent sur l’Irak et sur les communautés juives des pays arabes au 20e siècle.

Philippe Bourmaud est maître de conférences en histoire contemporaine (Université Jean Moulin – Lyon 3 / LARHRA – UMR 5190), spécialiste d’histoire des problèmes sanitaires et sociaux au Moyen-Orient.

Iyas Hassan est professeur de littérature arabe médiévale à Sorbonne Université. Spécialiste d’histoire des genres narratifs, il coordonne le programme ANR Littératures Populaires du Levant (2020-24).

 

Un texte publié dans la rubrique « Comprendre l’actualité » du site de la revue, accompagne la sortie de ce numéro et permet de découvrir ou redécouvrir les contenus précédemment édités dans la Remmm en lien avec ce dossier : « Actualité des espaces post-ottomans ». Sélection (réalisée en mai 2021) d’articles et de comptes rendus sur les espaces post-ottomans précédemment parus dans la Remmm, par Matthieu Rey.

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search